TPSinfos

CHAMPIONNATS DU MONDE 2016 : UNE EDITION PROMETTEUSE !

Le spectacle promet d’être grandiose. Même si certains reprocheront à ce rendez-vous une programmation inadaptée (une semaine après le Festival des Templiers et le Grand Raid de la Réunion) et d’autres un format trop long (décourageant des athlètes habitués à des formats plus courts), ces 6èmes championnats du Monde s’annoncent comme un grand crû. Côté français, le vigneron François D’Haene ne sera pas là, ayant privilégié, avec le succès que l’on connaît, l’Ultra trail de la Réunion une semaine avant. L’Espagnol Hernando, lui, sera bien présent, avec l’équipe ibérique avec la ferme intention de faire s’abattre l’orage sur l’épreuve et de noyer la concurrence. Les français sont prévenus, il faudra sortir le grand jeu cette année pour déboucher le champagne!

 

Après une édition 2015 disputée sur les hauteurs d’Annecy (sur le parcours de la Maxi Race) dont la réussite avait été unanimement saluée, c’est au Portugal que se sont donnés rendez-vous cette année les coureurs de plus de 40 nationalités différentes pour cette nouvelle édition des championnats du monde. Ce 29 octobre c’est donc sur Gérès que seront tournés tous les regards. Sur un parcours extrêmement exigeant de 85km et 4700m D+ dont le point culminant se situera au kilomètre 45 à plus de 1250m d’altitude, il ne fait aucun doute que les organismes seront soumis à rude épreuve.

 

 

Une équipe de France prête au combat

Côté français, le moral semble au beau fixe. Au sortir d’un stage de préparation à Saint Martin Vésubie début octobre durant lequel les coureurs ont pu effectuer les derniers réglages, l’équipe de France arrive au Portugal avec de grandes ambitions. Faire mieux que l’an dernier sera toutefois compliqué, tant l’édition 2015 fût fructueuse pour nos bleus avec pas moins de 4 médailles d’or glanées sur autant de titres distribués (individuel hommes, individuel femmes, par équipes hommes et par équipes femmes). Avec une moyenne d’âge dépassant les 36 ans, l’équipe tricolore apparaît vieillissante, mais pourra s’appuyer sur son expérience puisqu’une grande partie des coureurs qui la composent comptent plusieurs sélections à leur palmarès. C’est ainsi le cas chez les hommes de Sylvain Court, Champion du monde 2015, qui aura la lourde tâche d’assumer le statut de leader d’équipe. Ludovic Pommeret, récent vainqueur de l’UTMB, ou encore Michel Lanne (1er CCC 2016), l’épauleront dans la bataille pour la conservation du titre par équipe. On notera également la présence de Nicolas Martin, spécialiste de course en montagne mais dont l’aisance sur des formats plus longs est remarquable (7ème des championnats du monde 2015, 2ème Transvulcania 2016 derrière Hernando mais loin devant S.Court ). Il pourrait donc bien créer la surprise et l’ambition d’un top 5 pourrait être envisageable.

 

2000x2000POMMERET%2BMAXI%2BRACE

Ludovic Pommeret vainqueur de la maxi-race 2016 !

Ludo Pommeret et Michel Lanne à l'arrivée pour le

Michel Lanne et Ludo Pommeret lors du Nivolet Revard 2016 ©Alexandre Garin

 

Chez les femmes,  Caroline Chaverot semble une candidate logique pour s’emparer d’un premier titre mondial, tant sa suprématie cette année a marqué le monde du trail. Vainqueur notamment de l’UTMB, de la Transgrancanaria et des 80kms du Mont-Blanc (6ème au scratch), la franco-suisse a écœuré la concurrence tout au long de la saison et compte bien en faire de même ce week-end. Toutefois, le format de course pourrait ne pas être à son avantage, elle que l’on sait plus à l’aise sur des parcours plus longs. A ses côtés, la tenante du titre Nathalie Mauclair , Anne-Lise Rousset (deuxième derrière la suédoise Nilsson à la Transvulcania 2016) ou encore Maud Gobert devraient faire office de partenaires de luxe à la membre du Team Hoka pour la défense du titre par équipe.

 

1 Caroline Chaverot vainqueur 46 km photo Robert Goin

Caroline Chaverot lauréate Trail du Ventoux 2016 photo Robert Goin

 

L’Espagne pour redorer son blason

1488291395.5384animation3 - CHAMPIONNATS DU MONDE 2016 : UNE EDITION PROMETTEUSE !

Même si les français semblent donc présenter une équipe très compétitive, rompus à ces grands événements d’autres le sont également. C’est le cas notamment de Luis Alberto Hernando, considéré par la grande majorité des observateurs comme le grand favori de cette compétition. En 2006, l’espagnol participait aux Jeux Olympiques d’hiver de biathlon à Turin. 10 ans après, ce ne sera pas avec des skis mais bien avec des baskets aux pieds qu’il prendra le départ de ces championnats du monde de trail, avec la ferme intention de réparer l’affront subi en 2015 (deuxième derrière Sylvain Court alors qu’il était donné grand favori). Il aura également à cœur de se racheter après la grosse déception liée à son abandon sur l’UTMB en raison d’un problème d’ampoules aux pieds. L’épisode 2 du duel Hernando-Court s’annonce donc palpitant.Il est difficile de savoir à quel niveau se situe actuellement le français même si sa victoire aux championnats de France 2016 est plutôt de bon augure.

hernando en seconde position chalet de l'aulpes

Hernando souffre lors des championnats du monde 2015 Annecy.

 Sylvain CourtEl Pilar

Sylvain Court à gauche et Andy Symonds -Transvulcania 2016 ©Alexandre Garin

 

Chez les féminines, ses compatriotes Maiora forfait(3ème des derniers mondiaux mais qui a peu couru cette année) et Fraile (3ème à l’UTMB et à la Transgrancanaria cette année) auront également une carte à jouer.

L’Espagne s’avance donc indéniablement avec de grosses ambitions et fera tout pour mettre un terme à l’hégémonie française quasi sans partage constatée depuis quelques années sur cette compétition.

 

Les suédoises en outsider, britanniques et américains sans pression

Sur l’épreuve féminine, les françaises devront se méfier de l’équipe suédoise, à même de leur jouer un mauvais tour. En effet, Emelie Forsberg dont le talent n’est plus à présenter fera le déplacement. Si elle est totalement remise de sa blessure au genou, elle ne sera pas loin de la vérité. Elle sera également accompagnée de Ida Nilsson forfait (lauréate du Marathon du Mont Blanc 2016 devant la française Amandine Ferrato, pourtant réputée coureuse rapide) et Kotka forfait(vainqueur de la CCC 2016 et deuxième au scratch du Gran Trail Courmayeur), capables de bien figurer. La fédération suédoise a préféré la qualité à la quantité en n’engageant que trois féminines sur cette compétition, mais il semble que ces trois coureuses puissent figurer dans le haut du classement final.

Emelie Forsberg ©DROZPHOTO

Emelie Forsberg ©DROZPHOTO

1 2016 Ida Nilsson 1ère 42 km photo Damien Rosso www.droz-photo.com

Ida Nilsson 1ère Mrathon du Mont Blanc 2016 photo Damien Rosso www.droz-photo.com

 

Chez les hommes, américains et britanniques seront également du voyage avec de bons éléments tels Tom Owens (5ème au Trofeo Kima) ou Andy Symonds (4ème de la Transvulcania à 11min de S.Canaday qui ne fera pas le déplacement au Portugal) qui pourraient venir se mêler à la bagarre pour les places d’honneur. Il faudra aussi se méfier de l’allemand Stephan Hugenschmidt, vainqueur cette saison du Trail Del Monte Soglio (64km, 3430m D+) qui aurait sans doute préféré un terrain plus accidenté et du néo-zélandais Scott Hawker (qui a montré de belles dispositions cette saison en terminant notamment 5ème du North Face Lavaredo Ultra Trail à quelques encablures de S.Court) même s’il semble un peu juste pour prétendre à mieux qu’un top 10.

La lutte pour le classement par équipe s’annonce donc rude. Si les tricolores devraient logiquement ramener une médaille collective tant chez les hommes que chez les femmes, ils devront batailler ferme pour monter sur la plus haute marche du podium. Quoi qu’il en soit, la course sera palpitante et risque d’être indécise jusqu’au bout. A suivre…

Hugo PELLETIER

1488291395.5384animation3 - CHAMPIONNATS DU MONDE 2016 : UNE EDITION PROMETTEUSE !
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events