TPSinfos

ENTRETIEN AVEC ARNAUD BONIN, L’ENFANT PRODIGUE DE LA COURSE DE MONTAGNE ET DU TRAIL COURT / 28-09-14

« QUOI QU’IL ARRIVE, CETTE ANNEE RESTERA GRAVEE DANS MA MEMOIRE ! », NOUS DECLARE ARNAUD BONIN A LA VEILLE DES 2EMES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE TRAIL COURT A BUIS-LES-BARONNIES

A vrai dire, on le sentait venir depuis 2012 déjà. Basculant dans la course à pied en 2010 après avoir été, un de plus (!), footballeur, Arnaud Bonin aura mis à peine plus de quatre ans pour intégrer la sélection française de course de montagne, sa discipline de prédilection.
Et ce n’est pas tout ! Le Clunisois de souche fait encore un tabac sur km vertical (3ème aux Championnats Nationaux cette saison) sans oublier le trail courte distance. Inutile de dire que cette figure emblématique d’Ambérieu Marathon et du Team Scott Odlo Led Lenser sera l’un des grands favoris des France de trail court qui vont enflammer, ce dimanche 28 septembre, la Drôme provençale et Buis-les-Baronnies. 

François Vanlaton

Question de François Vanlaton : Avant de parler du sommet hexagonal de trail court, un petit mot s’il te plaît sur les Mondiaux de courses en montagne qui ont eu lieu le 13 septembre en Toscane. Quel souvenir en garderas-tu ?
Réponse d’Arnaud Bonin : Tout simplement magique, avec un décor grandiose, une ambiance électrique et une flopée de coureurs de haut vol. Le final rendant visite à la carrière de marbre de Carrare valait son pesant d’or ! De même que l’inévitable pointe de stress au départ. Et puis, ce fut une grande fierté d’étrenner le maillot de l’équipe de France, avec un résultat prometteur (1) !

Question de F.V. : N’y a-t-il pas eu interférence entre ta préparation pour ces France et celle pour les Championnats du Monde de courses en montagne.
Réponse d’Arnaud : Absolument pas ! En réalité, j’ai axé mon entraînement uniquement dans l’optique du sommet mondial. Durant mes trois semaines de vacances passées à Bali, j’ai ainsi multiplié les séances de vitesse et de dénivelé sur courte distance, la compétition n’excédant pas les 11,7km.
Du coup, il n’y a pas eu de préparation spécifique pour ces France. Et depuis les Mondiaux, j’ai surtout mis l’accent sur la récupération. Si je suis présent à Buis-les-Baronnies, je n’aurai donc pas mis tous les atouts de mon côté.

Question de F.V. : Tu as terminé à la 12ème place le 13 avril dernier à Buis-les-Baronnies sur un tracé quasiment identique à celui qu’emprunteront les France (2). Quel est ton sentiment au sujet de cette épreuve ?
Réponse d’Arnaud : Eh bien, si elle ne manque pas de cachet, elle est par contre difficile.
Il faut surtout être excellent descendeur, à la fois techniquement et musculairement. Ce n’est donc pas un parcours qui met en valeur mes qualités athlétiques. Aussi, ma prestation plus que moyenne intervenue il y a cinq mois et demi ne m’a pas vraiment surpris.

Question de F.V. : Que penses-tu des forces en présence ? Ne trouves-tu pas qu’elles se retrouvent quelque peu diminuées par l’absence du top 6 sortant ?
Réponse d’Arnaud : Il y aura encore du beau monde cette année. Dommage quand même que « Manu » Meyssat (3) et Alain Gillet (3) ne soient pas de la partie !
Savoir qui peut l’emporter est impossible pour la simple et bonne raison qu’il n’est jamais évident d’être au pic de sa forme à cette époque, et ce après une saison bien remplie pour la plupart d’entre-nous. Ce qui est sûr en tout cas, c’est qu’une chaude bagarre nous attend !   

Question de F.V. : Quel sentiment portes-tu sur ta prestation l’an passé à Gap lors du 1er épisode des France ?
Réponse d’Arnaud : Une impression mitigée, et encore en euphémisant ! 4ème en haut de l’ultime côte en étant tout proche des 3 premiers, je gère mal la longue descente, par endroits technique.
In fine, je franchis la ligne en 14ème position. Frustré, je l’étais car j’avais à cœur d’insérer au moins le top 10.

Question de F.V. : Quel est ton objectif affiché ?
Réponse d’Arnaud : Aucun ! Primo, je ne me sens pas vraiment prêt pour le motif déjà évoqué. Deuxio, il y a pléthore d’athlètes de premier plan. Enfin, je n’affectionne pas ce type de parcours qui donne la part belle à la descente, celle-ci ayant toujours dévalué mon classement sur les trois millésimes déjà concourus (4).
Maintenant, on peut compter sur moi, je vais tout donner, à l’image des Mondiaux !

Question de F.V. : Quel bilan tires-tu de 2014 où incontestablement tu as atteint ton acmé ? Quel fut ton meilleur moment ?
Réponse d’Arnaud : Quoi qu’il arrive, cette année restera gravée dans ma mémoire et pourtant que ce fut laborieux au départ ! Ma préparation a gagné en qualité grâce à mon entraîneur Sébastien Jeu. Naturellement, j’espère pouvoir continuer sur cette lancée. En tout cas, ça donne envie de poursuivre et même d’accentuer le travail qui finit toujours par payer !
Outre l’apothéose des Mondiaux, je ne peux occulter le Nid d’Aigle (5) ainsi que le Cross des Crêtes de Megève au niveau très relevé et à l’issue incertaine, où je parviens malgré tout à monter sur la boîte (6). Un podium qui m’aura permis, grande première, de rallier la sélection française de course en montagne, et par ricochet de prendre part aux Mondiaux.

Question de F.V. : Quelle est ta carte maîtresse et ton talon d’Achille ? Sur quels aspects peux-tu encore progresser ?
Réponse d’Arnaud : Ma force, c’est la montée. Mes faiblesses, ce sont le manque de vitesse et l’appréhension en descente.
Je pense pouvoir progresser dans tous les domaines car cette année je vais enfin pouvoir m’entraîner avec des côtes dignes de ce nom, demeurant désormais en terre bugiste à Ambérieu et bossant à Bellegarde au pied de la Haute Chaîne du Jura.

Question de F.V. : Les aventures au long cours te séduisent-elles ?
Réponse d’Arnaud : Je n’étais pas indifférent mais après mon expérience des Mondiaux, elles ne m’attirent plus du tout car je souhaite de nouveau endosser le maillot tricolore, restant ainsi fidèle à la course de montagne.  

Propos recueillis par François Vanlaton pour le compte du site Web « Trails Endurance Mag », en date du samedi 27 septembre 2014 :
http://www.trails-endurance.com/actus/trail/arnaud-bonin-prodigue-de-la-montagne-et-du-trail/

(1) La perf d’Arnaud Bonin aux Mondiaux de courses en montagne, disputés le 14 septembre 2014 à Casette Di Massa (Italie), sera la suivante : 47ème (39ème senior, 3ème Français) en 1h02’16. 
(2) L’itinéraire utilisé par les Championnats de France de trail court du 28 septembre 2014 diffère quelque peu de celui sillonné, le 13 avril dernier, par le 6ème opus du Trail Drôme. En effet, il englobe une côte supplémentaire à gravir.
(3) Lors de l’édition princeps des France de trail, qui s’est tenu à Gap le 6 octobre 2013, Emmanuel Meyssat et Alain Gillet brilleront de mille feux en se classant respectivement 2ème et 4ème.

(4) Sur le Trail Drôme, Arnaud Bonin arrivera 7ème en 2012, 8ème en 2013, et donc 12ème le 13 avril dernier.
(5) Arnaud Bonin se hissera sur la 3ème marche à la Montée du Nid d’Aigle, pointant à 1’23 du lauréat Sylvain Court.
(6) Au Cross des Crêtes de Megève, Arnaud Bonin endossera le costume de dauphin, manquant la victoire pour quatre microscopiques secondes, celle-ci revenant à Cédric Fleureton.  

.
REACTION D’ARNAUD BONIN A L’ISSUE DES CHAMPIONNATS DE FRANCE DE TRAIL COURT DU 28 SEPTEMBRE 2014 :

Finalement, Arnaud Bonin s’est adjugé la 22ème place (15ème senior) en 1h52’07. Une prestation synonyme d’échec qu’il nous décrit sans fard.

« Incontestablement, la densité aux avant-postes était bien présente en dépit de l’absence du top 6 des 1ers Championnats de France de trail court, le 6 octobre 2013 à Gap. Toujours aussi somptueux et ardu, le parcours était quasiment similaire à celui du 13 avril dernier si ce n’est une bosse supplémentaire à grimper. L’organisation est toujours aussi rigoureuse, trop à mon goût, comme en témoigne la trop longue liste de matériel obligatoire. En effet, je pense que la première condition afin de s’assurer de la sécurité des trailers est la mise en place de multiples ravitaillements, d’autant plus lorsque la chaleur est au rendez-vous. De toute évidence, un seul point d’alimentation, installé à mi-parcours, est notoirement insuffisant comme le prouvent les 500ml obligatoires avalés qui ne m’ont pas empêché de crever de soif…      
D’emblée, imposant un rythme endiablé, j’ai voulu montrer le maillot de l’équipe de France de course en montagne durant le premier km, accaparant la tête avec mes deux coéquipiers des Mondiaux que sont Cédric Fleureton et Benjamin Bellamy. Nous nous sommes amusés alors à nous mettre des mines !
Et puis dès la première rampe, j’ai compris que les jambes ne répondraient pas, signe évident de grosse fatigue. Aussi, il ne me restait plus qu’à gérer l’épreuve sans me mettre dans le rouge. J’ai alors eu l’impression d’entreprendre une randonnée, sans vraiment réussir à cavaler. C’est frustrant mais bon, je savais au préalable que je n’étais pas prêt.
La saison est longue, et pour beaucoup de concurrents, on ressentait de la lassitude. Assurément, il est difficile de gérer sa saison en abordant en parfaite condition les prémices automnales. A méditer pour l’an prochain ! 
Forcément déçu, je n’en reste pas moins sur l’excellente note des Mondiaux ! »

Arnaud Bonin

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC ARNAUD BONIN, L’ENFANT PRODIGUE DE LA COURSE DE MONTAGNE ET DU TRAIL COURT / 28-09-14

.
ARTICLE DU QUOTIDIEN « LE PROGRES » CONCERNANT UN ENTRETIEN AVEC ARNAUD BONIN AVANT LES CHAMPIONNATS DU MONDE DE COURSES EN MONTAGNE DU 14 SEPTEMBRE 2014 :

Ci-dessous, vous trouverez l’interview d’Arnaud Bonin, recueillie par l’excellent correspondant Serge Rapy, figurant en page sports de l’Ain du quotidien « Le Progrès », en date du vendredi 29 août 2014.

HORS-STADE : CHAMPIONNATS DU MONDE DE COURSES EN MONTAGNE 

LA PREMIERE D’ARNAUD BONIN

A 29 ans, le coureur d’Ambérieu Marathon endossera pour la première fois le maillot de l’équipe de France lors des Championnats du Monde de courses en montagne, le 14 septembre prochain à Casette di Massa (Italie).

Question de Serge Rapy : Comment devient-on spécialiste de course de montagne ?
Réponse d’Arnaud Bonin : Originaire de Cluny, j’ai longtemps joué au football. En 2011, j’ai suivi mon beau-frère qui participait au Challenge National de courses en montagne. Avec des attaches familiales dans le Bugey, j’ai adhéré au club d’Ambérieu Marathon où l’ambiance est très conviviale. Désormais, pour la deuxième année consécutive, je fais partie du Team Scott Odlo Led Lenser où je suis conseillé par Sébastien Jeu.

Question de S.R. : Quand avez-vous décroché cette sélection ?
Réponse d’Arnaud : Début août, après le Cross des Crêtes de Megève. Lors de la compétition, seul le premier était assuré de la sélection pour les Mondiaux. J’ai terminé 2ème, 4’’ derrière Cédric Fleureton (Athlé Calade Val-de-Saône – ACVS), et 10’’ devant Georges Burrier (Athlétisme Metz Métropole). L’impitoyable joute à laquelle nous nous sommes livrés tout au long de la course a permis en définitive à notre trio de rejoindre l’équipe de France. Et ce aux côtés des expérimentés Julien Rancon (Amicale Laïque Echirolles Athlétisme, section de l’Entente Athlétique Grenoble 38), Benjamin Bellamy (Entente Athlétique du Pays de Foix) et Renaud Jaillardon (ACVS).

Question de S.R. : Votre saison 2014 était déjà une réussite…
Réponse d’Arnaud : En course de montagne, à l’exception de ma décevante 14ème place aux Championnats de France, je me suis distingué dans trois manches du Challenge National : 3ème au Semnoz et au Nid d’Aigle puis 2ème à Megève. Au classement provisoire, je suis actuellement 3ème (1). De même, j’ai fini 3ème aux Championnats Nationaux de km vertical ainsi que 2ème au Cross du Mont-Blanc. Cette sélection, qui est assez inespérée, est pour moi une étape importante dans ma jeune carrière d’athlète.

Question de S.R. : Comment s’annonce ce Mondial ?
Réponse d’Arnaud : Les athlètes africains vont, cette année encore, dominer ce rendez-vous au sommet. Julien Rancon, 12ème l’an dernier en Pologne, sera notre chef de file. Collectivement, nous essaierons de faire aussi bien qu’en 2013 où la France avait pris la 5ème position. Le parcours de 11,7km avec 1 000m de dénivelé semble plutôt dans mes cordes. J’aborderai ce Mondial comme un débutant, avec beaucoup d’envie, mais en toute modestie (2).

Propos recueillis par Serge Rapy.

(1) Finalement, Arnaud Bonin se classera 4ème du Challenge National de courses en montagne, cuvée 2014.
(2) La prestation d’Arnaud Bonin aux Mondiaux de courses en montagne, disputés le 14 septembre 2014 à Casette Di Massa (Italie), donnera le résultat suivant : 47ème (39ème senior, 3ème Français) en 1h02’16. 

.
REPERES :

– Date et lieu de naissance : 8 mai 1985 à Mâcon (Saône-et-Loire).
– Mensurations : 1m72 pour 56kg.
– Commune où il a grandi : Bergesserin (Saône-et-Loire, région du Clunisois).
– Commune de résidence : Ambérieu-en-Bugey (Ain) depuis l’été 2014.
– Famille : en couple.
– Profession : professeur des écoles à Bellegarde-sur-Valserine depuis septembre 2014.
– Structures :
Club FFA : Ambérieu Marathon depuis janvier 2011.
Team : Scott Odlo Led Lenser depuis janvier 2013.

.
PALMARES 2014 :

Km vertical, course de montagne et trail :
– 9 février, le Trail Givré (23km) à Montanay (Rhône), 2ème manche du TTN court : 5ème (5ème senior) en 1h25’04.
– 16 mars, le Trail du Petit Ballon d’Alsace (25km) à Rouffac (Haut-Rhin), 3ème manche du TTN court : 4ème (4ème senior) en 1h36’33.
– 13 avril, le Trail Drôme (24,7km) à Buis-les-Baronnies (Drôme), 4ème manche du TTN court : 12ème (10ème senior) en 1h54’38.
– 18 mai, la Grimpée du Semnoz (16,5km) à Quintal (Haute-Savoie), 2ème manche du Challenge National de courses en montagne : 3ème (3ème senior) en 1h07’28.
– 25 mai, les Championnats de France de courses en montagne (12,586km) au Chambon-Feugerolles (Loire) : 14ème (11ème senior) en 57’04.
– 31 mai, la Tecnica Maxi-Race Trail du Lac d’Annecy (86km en relais à 4, Haute-Savoie) : 2ème par équipe (1er par équipe mixte) avec le Team Scott Odlo Led Lenser, en compagnie d’Alain Gillet, Rémi Berchet et Céline Lafaye, en 7h38’23.
– 13 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Notre-Dame (6,356km, Isère), 1ère manche du Défi des 3 Villards en Oisans : 2ème (2ème senior) en 41’48.
– 14 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Reymond (5,429km, Isère), 2ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans : 1er (1er senior) en 43’10.
– 15 juin, les Championnats Nationaux du km vertical empruntant le parcours Bourg-d’Oisans – Villars-Reculas (5,612km, Isère), 3ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans : 3ème (3ème senior) en 36’01.
– 27 juin, le Cross du Mont-Blanc (23km) à Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) : 2ème (1er senior) en 2h09’07.
– 20 juillet, la Montée du Nid d’Aigle (19,920km) à Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie), 7ème manche du Challenge National de courses en montagne : 3ème (3ème senior) en 1h58’09.
– 3 août, le Cross des Crêtes de Megève (12,8km, Haute-Savoie), 9ème manche du Challenge National de courses en montagne : 2ème (1er senior) en 57’56.
– 13 septembre, les Championnats du Monde de courses en montagne (11,7km) à Casette di Massa (Italie) : 47ème (39ème senior, 3ème Français) en 1h02’16.
– 28 septembre, les Championnats de France de trail court (23,4km) à Buis-les-Baronnies (Drôme) : 22ème (15ème senior) en 1h52’07.

– Le classement général du Défi des 3 Villards en Oisans : 1er (1er senior) en 2h00’59. 
– Le classement hommes du Challenge National de courses en montagne : 4ème (4ème senior) avec 4935 points : 1150 points pour la Grimpée du Semnoz ; 1305 points pour les Championnats de France ; 1380 points pour le Cross des Crêtes ; 1100 points pour les Championnats du Monde.

Cross-country :
– 12 janvier, les Championnats Départementaux de l’Ain (8970m) à Châtillon-sur-Chalaronne : 4ème (3ème senior) en 30’27.
– 2 février, les Championnats Rhône-Alpes (10670m) à Aix-les-Bains (Savoie) : 29ème (27ème senior) en 40’18.

.
PHOTOS :
l-ambarrois-arnaud-bonin-sera-au-depart-du-championnat-du-monde-de-course-de-montagne-photo-serge-rapyArnaud Bonin, le 29 août 2014, à l’occasion de l’entretien qu’il a réservé à Serge Rapy, correspondant au quotidien « Le Progrès ».
Cliché de Serge Rapy.
10660879_10203282930777137_1856752092_n7 septembre 2014, 16ème édition de la Ronde des Grangeons à Ambérieu-en-Bugey.

Contraint au repos avant l’échéance des Mondiaux de courses en montagne, survenant une semaine plus tard en Italie, Arnaud Bonin, à gauche, assistera en spectateur à la célèbre manifestation concoctée par son club d’Ambérieu Marathon.
On le voit ici en compagnie de Serge Rapy, correspondant au quotidien « Le Progrès » et coéquipier d’Arnaud à Ambérieu Marathon, jadis marathonien de renom (record personnel en 2h32’40 le 8 mai 1990 à Bourg-en-Bresse alors qu’il défendait, à 41 ans, les couleurs de l’Entente Athlétique Bressane). 
Cliché d’Emmanuel Chaume.
10700254_865056970173324_4806710344647871060_o28 septembre 2014, 2èmes Championnats de France de trail court à Buis-les-Baronnies.
Portant le dossard 3, on reconnaît Arnaud Bonin (Ambérieu Marathon et Team Scott Odlo Les Saisies), talonné immédiatement par Sébastien Fayolle (AS de Course à Pied VEO 2000 La Plagne et Team Mammut – Smartwool).
Dans un jour sans, les deux hommes finiront respectivement 22ème (15ème senior) en 1h52’07 et 38ème (25ème senior) en 1h56’27.
Cliché de Jean-Louis Bal (site Web « Ski and Run »).
10435127_10204932508811972_2844339039851444_n28 septembre 2014, 2èmes Championnats de France de trail court à Buis-les-Baronnies.
A l’arrivée, Arnaud Bonin (Ambérieu Marathon), à droite, 22ème en 1h52’07, ne manque pas de retrouver deux de ses rivaux mais amis, à savoir : Anthony Guillard (Athlé Bocage Vendée), à gauche, 9ème en 1h47’36 et 2ème du TTN court ; Geoffroy Sarran (Montpellier Agglomération Athlétic Méditerranée), au centre, 11ème en 1h47’53 et lauréat du TTN court.

 

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC ARNAUD BONIN, L’ENFANT PRODIGUE DE LA COURSE DE MONTAGNE ET DU TRAIL COURT / 28-09-14
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events