TPSinfos

ENTRETIEN AVEC CELINE LAFAYE, FEU FOLLET DU TRAIL, A LA SUITE DE SA VICTOIRE AU 27KM DES CABORNIS (RHONE) / 10-03-13

« COURIR AU PLUS HAUT NIVEAU PERMET DE CONNAITRE RELLEMENT SA VALEUR » NOUS DECLARE CELINE LAFAYE

Chassez le naturel, il revient au galop ! Eh bien voilà une maxime qui sied comme un gant à Céline Lafaye à propos du virage qu’elle donne à son parcours 2013. L’an dernier, la sociétaire de l’Espérance Favergienne et du Team Scott Odlo Les Saisies avait en effet quelque peu délaissé sa discipline de prédilection : le trail courte distance. Elle tirait ainsi sa révérence sur le TTN dont les deux premières éditions en 2010-2011 lui étaient revenues sans autre forme de procès.
La nouvelle en avait surpris plus d’un. Néanmoins, au regard du leadership qu’elle y exerçait, celle qui est la protégée de Jean-Louis Bal à compter de septembre 2003 avait tout simplement fait le tour de la question. Irrésistiblement, de sérieuses envies de changer d’air la tenaillaient.

Prouesses sur trail long…
La gazelle haut-savoyarde tentait alors l’aventure sur d’autres formats de course, pareillement sur des circuits étrangers à celui de la FFA. Elle optera ainsi pour le trail long (1), sans excéder toutefois les 50 bornes, où elle s’illustrera à travers deux manches du TTN. De prime abord, le Gruissan Phoebus Trail où, dans un contexte extrêmement relevé, elle finira 3ème derrière la lauréate mancelle Nathalie Mauclair et la Ligérienne Fiona Porte, seconde.
Ensuite, le Nivolet-Revard qu’elle fera tomber dans son escarcelle. Si elle concède 4’53 à Isabelle Jaussaud, victorieuse en 2011, elle réalise en théorie un chrono supérieur à la Gapençaise, le parcours ayant été majoré, ce qui générait un surplus de 8’ environ pour l’avant-garde de la course. En outre, Céline ne forcera pas son talent, n’ayant aucune concurrente à sa hauteur, sa dauphine, la Corse du Nord Mélanie Rousset, concluant son périple avec plus d’une heure de retard. Indubitablement, la compétition chère à Bernard Donzel sonnera pour la Favergienne comme l’un de ses plus retentissants faits d’armes, surtout lorsqu’on compulse le pedigree de Jaussaud, l’une des meilleures Françaises qu’on n’ait jamais vues sur des longueurs oscillant entre 40 et 70km.

… sur km vertical…
De même, pour le deuxième km vertical de son histoire (2), concouru à Fully, la native de Tours fera des merveilles sur la pente la plus rapide au monde (1,9km). Invitée de dernière minute, et donc dépourvue de préparation spécifique, elle se hissera au pied du podium en 38’13, soit un chrono pas très éloigné de l’ancienne marque mondiale, propriété de la Haut-Alpine Laetitia Roux (37’55).
Cependant, une blessure plus ou moins latente gâchera sa saison, réduisant ainsi ses ambitions, en particulier en Skyrunning qu’elle a la ferme intention d’honorer en 2013. Si on reverra son minois sur km vertical, elle a surtout décidé de revenir à ses premiers amours, réinvestissant le trail court au dépens du long.

… enfin sur trail court !
D’ores et déjà, la Nouvelle Année a démarré sur les chapeaux de roues. En un mois, elle a déjà ajouté deux lignes à sa copieuse carte de visite, témoignant, pour ceux qui en douteraient encore, qu’elle est bien, à 31 ans, la traileuse la plus performante à l’échelle hexagonale sur ce type de distance. Le 3 février à Montanay, en rive gauche rhodanienne de la Saône, elle remportait ainsi le 21km du Trail Givré qui frappait les trois coups du TTN court qu’elle compte bien de nouveau décrocher. 2’05 la séparèrent de sa dauphine en la personne de la Rémoise Céline Bosc, 4ème l’an passé du TTN court.
Enfin le 10 mars, à deux pas de Montanay mais sur l’autre bord de la Saône, elle récidivait sur le 27km des Cabornis, reléguant à 1’46 sa traditionnelle rivale, la prestigieuse Stéphanie Duc, championne de France en titre de trail court, qui se contentait de la 2ème place. Soit quasiment le même écart (1’56) qui la séparait d’elle, toujours en sa faveur, lors du précédent millésime.
Preuve de ses énormes qualités athlétiques, Céline tutoyait comme à l’accoutumée l’élite masculine : 49ème au scratch au Givré, 9ème aux Cabornis, respectivement sur 720 et 591 finishers.
En exclusivité pour « Trails Endurance Mag », cette icône de la course nature nous éclaire davantage sur l’année en cours qui s’annonce d’ores et déjà captivante, risquant de nouveau de faire chavirer ses aficionados, de plus en plus nombreux au fil des saisons.

François Vanlaton


Question de François Vanlaton :

Ayant un tant soit peu négligé le petit format l’an dernier, étais-tu inquiète d’affronter sur le 27km des Cabornis deux de tes plus dangereuses adversaires, en l’occurrence la Tarine Stéphanie Duc et la Rochoise Christel Dewalle ?
Réponse de Céline Lafaye :
Stéphanie et Christel sont des rivales de taille que je respecte beaucoup et qui auront poursuivi leur fulgurante ascension en 2012 : championne de France de trail court pour la première, détentrice du record mondial de km vertical pour l’autre. En réalité, je pense que l’on a des niveaux similaires et la victoire se joue souvent à pas grand chose. En outre, personne ne connaît vraiment son état de forme à l’heure de la reprise.
Par conséquent, je ne vais pas dire que j’étais inquiète car ce n’est que du sport, et donc que le meilleur gagne, mais je ne pouvais certainement pas prétendre que j’allais triompher. Et cette règle est bien sûr valable pour chaque compétition. Mon but est plutôt d’avoir de bonnes sensations et le reste arrive tout seul.

Question de FV : Peux-tu nous décrire ta cavalcade aux Cabornis ? Ta victoire est-elle le fruit d’un cavalier seul ou est-elle survenue à la suite de rebondissements ? Montes-tu en puissance, en particulier par rapport à ton succès glané sur le Trail Givré ?
Réponse de Céline : Ma course s’est déroulée sans trop de problèmes, et je me suis vraiment fait plaisir. Je redoutais un petit peu la météo car les prévisions n’étaient pas très optimistes mais au final ce fut un temps idéal avec un soleil resplendissant. J’ai pu m’échauffer avec Christel et Stéphanie, et surtout papoter un petit peu. Les jambes allaient bien.
Dès le départ, je me suis retrouvé en tête, à ma grande surprise car habituellement j’ai des entames un peu plus délicates. Les jambes répondaient bien dans les montées. Stéphanie n’étant cependant pas très loin, il fallait maintenir un excellent tempo.
Dans les toutes premières descentes, j’ai balisé car j’ai eu quelques prémices de crampes qui, heureusement, se sont rapidement envolées. A part cela, je me sentais bien et je n’ai jamais eu besoin de me mettre réellement dans le rouge. Il fallait cependant rester vigilante et ne pas s’endormir sur un rythme trop lent. Dans ces cas là, je me cale avec les garçons qui sont autour de moi. Grâce à la diversité du parcours sur de très beaux petits chemins sillonnant pâturages, sous-bois et vignes, je n’ai pas vu le temps passé. Encore toutes mes félicitations à l’organisation à qui l’on doit ce moment d’intense bonheur !
Pour répondre à ta deuxième question, je ne sais pas si je monte en puissance mais j’essaye de cavaler au mieux. C’est vrai que mon chrono en regard du vainqueur Emmanuel Meyssat, 1er sur le TTN court, cuvée 2011, est très bon : 2h20’47 pour ma pomme contre 2h03’27 pour lui, soit seulement 13,8% de temps en plus. Voilà qui est rassurant pour la suite !

Question de FV : Es-tu parvenue à t’entraîner correctement cet hiver malgré son exceptionnelle rigueur ?
Réponse de Céline : Certes, l’enneigement a été conséquent, mais globalement ne m’a pas trop perturbée. L’hiver est l’occasion en effet de varier un peu l’entraînement avec du ski de rando, des raquettes, de la course sur neige. Ce n’est pas la saison que je préfère car j’aime la chaleur mais je vis dans une si belle région que c’est largement supportable !
J’ai donc pu débuter le ski de rando en janvier et me faire un peu de dénivelé. C’est véritablement l’un des sports qui peut apporter un bonus en course nature. Il n’y a qu’à regarder le nombre de skieurs-alpinistes sur les podiums de trail, et surtout de km vertical. Je n’ai par contre pas pu travailler beaucoup les descentes et je l’ai ressenti un peu lors des Cabornis, mais l’année est longue et j’aurai bien le temps d’y penser avec l’irruption du printemps.

Question de FV : Quel bilan tires-tu de 2012 où tu es partie à la découverte du trail longue distance ? Toi qui rituellement insuffle un dynamisme, une passion, un tempérament de feu, on t’a sentie cette fois-ci, du moins par moments, lasse, fatiguée, démotivée, clamant qu’ « on n’est pas des machines ». Alors, comment peux-tu expliquer ce décalage ?
Réponse de Céline : Après mes deux titres de championne de France de trail court et ma fabuleuse année 2011, incontestablement la plus belle de ma carrière, j’avais envie de changer afin d’éviter toute routine, toute lassitude. Et puis, je souhaitais me tester sur d’autres types d’épreuves : TTN long, km vertical, skyrace.
Néanmoins, mon programme a été perturbé dès mars par une chute aux Cabornis, qui m’a valu un éclat au niveau de la rotule. Cette douleur m’a poursuivi une bonne partie de la saison  et revient encore de temps en temps. Ajoute à cela une chute à vélo et une côte cassée quatre jours avant le Marathon du Mont-Blanc (3) ! Aussi, je justifierai essentiellement mon manque d’entrain par ces blessures qui, à force d’être récurrentes, deviennent démoralisantes et usantes.
Pour condenser 2012, bien qu’un tantinet en reflux, je dirais que je suis assez satisfaite car j’ai étrenné d’autres distances sur lesquelles j’ai pu performer : le TTN long mais pas au-delà de 5h30, du moins pour l’instant ; le km vertical surtout, avec celui de Fully qui m’a vraiment enchanté. Mais ce que je retiendrais par-dessus tout, c’est ma pérégrination au Japon (4), absolument extraordinaire, une expérience unique qui restera, quoi qu’il advienne, gravée dans ma mémoire. En tout cas, même si l’année passé n’a pas toujours été une sinécure, j’en retire, avec du recul, un bilan positif car les moments pénibles permettent souvent de rebondir in fine.

Question de FV : Après un an d’absence, quel est le motif, à moins qu’il y en ait plusieurs, engendrant ton retour sur la course distance ?
Réponse de Céline : Le trail court, d’une durée de 2 à 3h30, demeure le format que j’affectionne le plus, même si en France elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. En particulier par ceux qui pensent qu’en courant moins longtemps, le niveau de performance est forcément moindre ! Franchement, quelle stupidité d’étayer cet argument !
Et puis sur ce type de parcours, les sensations de vitesse sont plus présentes et je pense que c’est tout de même là où j’excelle le plus… mais cela ne m’empêchera pas de faire également quelques distances plus longues car désormais, j’aime varier.

Question de FV : En dehors de reconquérir le TTN court, quelles sont tes principales échéances et les motifs qui te poussent à les accomplir ?
Réponse de Céline : Un mot sur le TTN tout de même ! Après le Trail Givré, je vais donc m’aligner sur le Trail Drôme Lafuma, la Transjutrail, certainement la Via Romana (5), et bien entendu les Championnats de France à Gap sur un parcours qui ne m’est pas étranger (6) et qui me va à ravir. Mais attention, ce programme peut encore bouger.
Hormis le TTN court, je vais m’immiscer dans le circuit du Skyrunning pour me mesurer au gratin international. La raison ? Courir au plus haut niveau qui permet de connaître réellement sa valeur. En premier lieu, des skyraces, à l’instar du Marathon Alpin Zegama-Aizkorri, du Marathon du Mont-Blanc, des Championnats d’Europe concourus à Canazei dans les Dolomites, enfin d’autres à définir selon la forme.
Sinon, toujours en Skyrunning, je prendrai le départ de quelques km verticaux car je pense pouvoir progresser, surtout en apprenant à me servir des bâtons. Au menu, celui des Dolomites servant pour les Championnats d’Europe, disputé l’avant-veille de la skyrace. Autre km vertical programmé, Fully, bien évidemment, le must en la matière.
Par ailleurs, je serai présente dans une semaine sur le Trail du Ventoux, même si j’ignore encore la distance à parcourir. Si les conditions météo sont favorables, même si ce n’est pas certain du tout, il se peut que je bifurque sur le long, soit 46km. Car je connais déjà bien le petit format qui m’est revenu à trois reprises (7), et puis l’idée d’aller au sommet m’envoûte littéralement !

Question de FV : Ton mentor Jean-Louis Bal est-il toujours aussi important pour toi ?
Réponse de Céline : Oui, toujours autant et je ne le remercierai jamais assez. De plus, avec les autres athlètes qu’il coache tout aussi admirablement, cela fait un bon petit groupe bien sympa !

Question de FV : Es-tu comme un poisson dans l’eau au sein du Team Scott Odlo Les Saisies que tu as rallié à l’orée de 2012 en provenance du Team Asics ?
Réponse de Céline : Oui, l’atmosphère est extra ! Tous, sans la moindre exception, on s’entend remarquablement avec notre manager, le Saint-Jorien Pascal Giguet, qui est toujours à nos petits soins, sans jamais nous mettre la pression sur d’éventuels objectifs, ne serait-ce d’un iota. Car il sait que cette pression peut devenir contre-productive. Alors, avec une telle complicité, avec une telle philosophie, on n’a qu’une envie : per-for-mer !
En outre, la nouvelle chaussure de trail « Kinabalu » me convient pleinement. J’ai enfin trouvé une chaussure de trail à ma convenance, ce qui n’était pas évident du tout pour moi !

Propos recueillis par François Vanlaton pour le compte de « Trails Endurance Mag », en date du mardi 19 mars 2013 :
http://www.endurance-mag.com/actus/trail/celine-lafaye-feu-follet-du-trail/

(1) Lorsque Céline Lafaye s’oriente en 2012 vers le trail longue distance, elle ne part pas tout à fait à l’inconnu. Le 8 mai 2011, elle l’avait en effet étrenné par une victoire à l’occasion du 45km des Forts du Grand Besançon, qui sera cette année-là sa seule expérience en la matière.

(2) Céline Lafaye ascensionnera son premier km vertical le 3 août 2011 à Manigod en signant une victoire en 42’04, et ce sur un parcours de 3250m.

(3) A l’occasion du Marathon du Mont-Blanc, opus 2012, Céline Lafaye ressentira de vives douleurs aux côtes, contraignant à capituler au bout d’une demi-heure de course.

(4) Céline Lafaye s’est envolée au Japon en novembre 2012 pour pouvoir honorer, le 11 du mois, la Kanna Mountain Run and Walk (40 km), manifestation liée au Nivolet-Revard par un partenariat. Depuis 2010, les deux lauréats de l’épreuve voglanaise, Céline et le Rhodanien Fabien Antolinos la saison dernière, se voient ainsi gratifier d’un voyage dans l’archipel du Soleil Levant en participant naturellement au trail.

(5) Lors du 21km de la Via Romana (Haute-Corse), en 2011, Céline Lafaye empochera le pactole chez les filles en terminant 3ème au scratch ! Elle devancera ainsi de 35’’ le 4ème, à savoir l’Auvergnat Cyril Mulot, 5ème cette année-là sur le TTN court et dont le record personnel sur semi-marathon remonte en 2010 en 1h11’39.

(6) Le championnat de France de trail court empruntera le 25km de la Gapen’Cimes qui a vu Céline Lafaye l’inscrire à son tableau de chasse en 2011.

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC CELINE LAFAYE, FEU FOLLET DU TRAIL, A LA SUITE DE SA VICTOIRE AU 27KM DES CABORNIS (RHONE) / 10-03-13

(7) Céline Lafaye enlèvera la courte distance du Trail du Ventoux en 2005 (22km), 2006 (22km) et 2007 (26km), finissant respectivement 11ème, 6ème et 14ème au général.


PALMARES :

2011 :
– 6 février, Trail Givré (2ème manche du Trail Tour National (TTN) court, 21km) :
3ème et 2ème senior (41ème au scratch) en 1h29’39.
– 20 mars, Foulées de Villeurbanne (10km) : 6ème et 5ème senior (144ème au scratch) en 38’20.
– 3 avril, Lyon Urban Trail (38km) : 1ère et 1ère senior (13ème au scratch) en 3h19’07.
– 17 avril, Trail Drôme Lafuma (3ème manche du TTN court, 23km) : 1ère et 1ère senior (19ème au scratch) en 2h07’50.
– 8 mai, Trail des Forts du Grand Besançon (45km) : 1ère et 1ère senior (17ème au scratch) en 4h13’07.
– 5 juin, Transju’Trail (5ème manche du TTN court, 36km) : 1ère et 1ère senior (9ème au scratch) en 3h26’34.
– 12 juin, Les Gendarmes et les Voleurs de Temps (6ème manche du TTN court, 32km) : 1ère et 1ère senior (22ème au scratch) en 2h25’48.
– 18 juin, Trail de Faverges (7ème manche du TTN court, 28km) : abandon.
– 25 juin, Sur les Traces du Loup (8ème manche du TTN court, 33km) : 1ère et 1ère senior (16ème au scratch) en 2h27’56.
– 31 juillet, Via Romana (9ème manche du TTN court, 21km) : 1ère et 1ère senior (3ème au scratch) en 2h21’17.
– 3 août, Km Vertical de Manigod (3,250km) : 1ère et 1ère senior (18ème au scratch) en 42’04.
– 14 août, Sierre-Zinal (31km) : 3ème et 3ème senior (63ème au scratch) en 3h15’31.
– 28 août, Bélier (27km) : 2ème et 2ème senior (16ème au scratch) en 2h09’31. Record personnel.
– 9 septembre, Chamechaude Xpress (2,15km) : 1ère et 1ère senior (20ème au scratch) en 34’20.
– 25 septembre, Trail d’Albertville (21km) : abandon.
– 2 octobre, Gapen’Cimes (25km) : 1ère et 1ère senior (9ème au scratch) en 2h21’09.
– 22 octobre, Marathon des Causses (40km) : 1ère et 1ère senior (12ème au scratch) en 3h32’31.
– Classement du TTN court : 1ère et 1ère senior avec 29000 points : 5250 points pour le Trail Drôme Lafuma, la Transju’Trail, Sur les Traces du Loup et Via Romana ; 8250 points pour Les Gendarmes et Les Voleurs de Temps (course bonus).

2012 :
– 12 février, Gruissan Phoebus Trail (50km) :
3ème et 2ème senior (21ème au scratch) en 4h34’00.
– 11 mars, Trail des Cabornis (25km) : 1ère et 1ère senior (6ème au scratch) en 2h03’48.
– 1er avril, Lyon Urban Trail (38km) : 1ère et 1ère senior (26ème au scratch) en 3h14’11.
– 5 mai, Nivolet-Revard (51km) : 1ère et 1ère senior (20ème au scratch) en 5h14’35.
– 15 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Reculas (1ère manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 5,974km) : 1ère et 1ère senior (22ème au scratch) en 53’22.
– 16 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Reymond (2ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 5,429km) : 1ère et 1ère senior (17ème au scratch) en 51’50.
– 17 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Notre-Dame (3ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 6,356km) : 1ère et 1ère senior (10ème au scratch) en 48’33.
– 1er juillet, Marathon du Mont-Blanc (42km) : abandon après 1/2h de course à cause de côtes endolories.
– 29 juillet, Giir di Mont (32km) : 10ème et 9ème senior (87ème au scratch) en 4h21’38.
– 12 août, Sierre-Zinal (31km) : 8ème et 6ème senior (109ème au scratch) en 3h18’30.
– 26 août, Bélier (27km) : 2ème et 2ème senior (23ème au scratch) en 2h13’11.
– 15 septembre, Montée de la Tournette (dans le cadre du Red Bull Eléments, 11km) : 1ère et 1ère senior (17ème au scratch) en 1h44’09. Record de l’épreuve.
– 22 septembre, Grand Trail de Saint-Jacques (26km) : 1ère et 1ère senior (4ème au scratch) en 2h09’34.
– 20 octobre, Km Vertical de Fully (1,9km) : 4ème et 4ème senior (65ème au scratch) en 38’13.
– 11 novembre, Kanna Mountain Run and Walk (40 km) : 1ère et 1ère senior (5ème au scratch) en 4h04’.
– Classement du Défi des 3 Villards en Oisans : 1ère et 1ère senior (12ème au scratch) en 2h33’46.

2013 :
– 3 février, Trail Givré (21km) : 1ère et 1ère senior (49ème au scratch) en 1h30’50.
– 10 mars, Trail des Cabornis (27km) : 1ère et 1ère senior (9ème au scratch) en 2h20’47.
– 24 mars, Ergysport Trail du Ventoux (26km) : 1ère et 1ère senior (23ème au scratch) en 2h32’46.
– 14 avril, Trail Drôme Lafuma (21km) : 1ère et 1ère senior (24ème au scratch) en 1h45’01.
– 5 mai, Nivolet-Revard (50km) : 1ère et 1ère senior (16ème au scratch) en 5h07’41. 
– 26 mai, Marathon Alpin Zegama-Aizkorri (42km) : 9ème et 8ème senior (150ème au scratch) en 5h15’33.
– 2 juin, Transju’Trail (36km) : 1ère et 1ère senior (12ème au scratch) en 3h42’53.
– 14 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Reculas (1ère manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 5,974km) : 1ère et 1ère senior (11ème au scratch) en 52’37.
– 15 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Reymond (2ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 5,429km) : 1ère et 1ère senior (13ème au scratch) en 52’50.
– 16 juin, Bourg-d’Oisans – Villard-Notre-Dame (3ème manche du Défi des 3 Villards en Oisans, 6,356km) : 1ère et 1ère senior (13ème au scratch) en 50’24.
– 28 juin, Km Vertical de Chamonix (3,8km) : 6ème et 5ème senior (56ème au scratch) en 46’07.
– 30 juin, Marathon du Mont-Blanc (42km) : 3ème et 3ème senior (54ème au scratch) en 4h35’00.
– Classement du Défi des 3 Villards en Oisans : 1ère et 1ère senior (8ème au scratch) en 2h35’52.


RESULTATS DU TRAIL DES CABORNIS DU 10 MARS 2013 :

Ils figurent sur le site Internet « Terre de Running » :

– 40km :
http://www.terrederunning.com/medias/news_medias/72/40_km_version_du_mardi_12_mars.pdf

– 27km : http://www.terrederunning.com/medias/news_medias/72/25_km_versoin_du_mardi_12_mars.pdf

– 10km : http://www.terrederunning.com/medias/news_medias/72/10_km_corrige_version_du_mardi_12_mars.pdf


PHOTOS :

Excepté la dernière, les images sont l’oeuvre de Jean-Louis Bal. Aussi somptueuses les unes que les autres, elles enrichissent son site Web « Ski and Run ».
Pour le Trail Givré 2013, 104 clichés ont été tirés :
https://picasaweb.google.com/109078709583768921134/TrailGivre2013#slideshow/5840726708459149298
Pour le Trail des Cabornis, 165 clichés ont été tirés :
https://picasaweb.google.com/109078709583768921134/Cabornis2013#slideshow/5853790148226367874

P1110687
3 février 2013, 21km du Trail Givré à Montanay (Rhône).
Quand Céline Lafaye mène la vie dure aux hommes…

P1110746
3 février 2013, 21km du Trail Givré à Montanay (Rhône).
Céline s’apprête à franchir la ligne victorieusement en 1h30’50 (49ème au scratch), précédant sa dauphine Céline Bosc de 2’05.

P1120993
10 mars 2013, 25km du Trail des Cabornis à Chasselay (Rhône).
A peine les hostilités déclenchées, Céline se place d’emblée en proue de course, sous l’oeil vigilant de Stéphanie Duc, au second plan en noir.

P1130162
10 mars 2013, 25km du Trail des Cabornis à Chasselay (Rhône).
Céline, seule au monde !

P1130242
10 mars 2013, 25km du Trail des Cabornis à Chasselay (Rhône).
Mais quel quintette ! De gauche à droite, on reconnaît :
– Stéphanie, seconde (2ème senior, 15ème au scratch) en 2h22’33.
– Christel Dewalle, 3ème (3ème senior, 20ème au scratch) en 2h27’19.
– Céline, lauréate (1ère senior, 9ème au scratch) en 2h20’47.
– Zuzana Chateau-Kudelova, 4ème (4ème senior, 63ème au scratch) en 2h46’08.
– Catherine Dubois, 5ème (1ère V1, 80ème au scratch) en 2h50’10.

011Céline le 9 juillet 2011, à l’occasion d’un de ses entraînements visant à ascensionner le Grand Sorbier (2526m), un des chiens de garde de l’extrémité sud de la Chaîne de Belledonne, surplombant de 1500m la spectaculaire vallée en auge de la Romanche.
On la voit ici aux Lacs Robert (1998m), à proximité de la station de Chamrousse, pour une courte pause avant de gravir l’ultime raidar de 500m de dénivelée qui en comptera au total 1400 positifs et idem négativement.
Cliché de FV.

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC CELINE LAFAYE, FEU FOLLET DU TRAIL, A LA SUITE DE SA VICTOIRE AU 27KM DES CABORNIS (RHONE) / 10-03-13
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events