TPSinfos

ENTRETIEN AVEC MAUDE MATHYS, NOUVELLE RECORDWOMAN DU MARATHON DU MONT-BLANC / 01-07-12

PORTRAIT : L’AVENEMENT DE MAUDE MATHYS

Après son triomphe sur le Marathon du Mont-Blanc, nul doute que la Suissesse Maude Mathys s’est définitivement fait un nom dans le landerneau du trail hexagonal où elle n’avait accouru jusque-là qu’une seule fois, le 31 mai 2009 sur le 32km du Trail des Allobroges.

Etrennant ses running en 2004 comme pistarde, Maude Mathys, âgée aujourd’hui de 25 ans et résidant à Ollon dans le canton de Vaud, bascule très vite dans la course nature où elle ne cesse depuis trois ans de féconder son palmarès.
Le trail aura d’abord sa préférence, dévoilant d’emblée de réelles qualités d’endurance. En 2009, elle remporte, grande première, le 32km des Allobroges, puis l’édition princeps du 52km de Verbier – Saint-Bernard, de conserve avec son époux Jean-Marc. L’année suivante, toujours à Verbier, elle s’adjuge la place de dauphine sur le 61km. Mais ses faits d’armes passent alors quasiment inaperçues dans un pays où le trail vient tout juste d’émerger.

Une nouvelle dimension en 2011
C’est à la suite de sa grossesse, période où elle s’adonne intensément à la marche (juillet 2010-avril 2011), qu’elle va se révéler au grand jour, multipliant en effet les coups d’éclat dans une discipline qui est une véritable institution en Helvétie : la course de montagne. Elle se classe ainsi 4ème à Montreux – Les Rochers-de-Naye, 1ère aux Plans – Cabane de Plan-Névé et 7ème à Sierre-Zinal en 3h22’50 (2009 : 12ème en 3h33’50). Surtout, elle boucle sa saison en apothéose, le Km Vertical de Fully tombant dans son escarcelle. A cette occasion, elle accomplit en 38’24 le 3ème chrono de l’histoire de cette épreuve mythique née en 2001, soit à 29’’ du temps étalon réussi en 2009 par Laetitia Roux. Par la même, elle pulvérisera de 5’14 sa marque personnelle remontant à ce même cru 2009.
Parallèlement, cette Vaudoise native de Berne poursuit son ascension fulgurante sur le trail, son succès sur le 60km des Dents du Midi en septembre dernier, synonyme de 4ème position au scratch à 42’ seulement de Dacchiri Dawa Sherpa, étant là pour en témoigner.

Dans le sérail du ski-alpinisme…
Ses prouesses, en particulier celle réalisée à Fully, s’ébruitent comme une traînée de poudre. Elles finissent d’abord par lui ouvrir les portes du prestigieux Swiss Team, comprenez par là l’équipe nationale de ski-alpinisme, un sport particulièrement prisé dans cet Etat alpin par excellence. Un sport qu’elle pratiquait jusque-là en dilettante et où elle va s’imposer en deux temps trois mouvements.
Dès novembre 2011, elle rencontre le nouveau coach du Swiss Team qui n’est autre que le Beaufortain et ex-international Grégory Gachet. Aussitôt, elle lui donne son aval à sa proposition de suivre un camp d’entraînement. Elle n’allait pas le regretter. Le baptême du feu sous ses nouvelles couleurs aura lieu à Gryon le 10 janvier, à deux pas de son domicile, lors des Championnats Suisse de vertical race, ces montées sèches qui vont constituer sa grande spécialité à cause de son extraordinaire puissance. Elle en ressort avec une médaille d’argent autour du cou.
Dès lors, tout va s’enchaîner très vite pour l’Helvète. Sur les Championnats d’Europe à Pelvoux en février, elle se hisse au 3ème rang sur le relais, en compagnie d’Emilie Gex-Fabry, avant de terminer 4ème sur la Verticale Race.
Cerise sur le gâteau, elle grimpe sur la plus petite marche du podium à l’issue des quatre manches de la Coupe du Monde, et ce juste derrière les intouchables Laetitia Roux et Mireia Miro Varela. Résultat qui est le fruit de ses brillantes prestations en verticale race mais aussi en course individuelle qui pourtant n’est pas son point fort, Maude s’avérant peu habile dans les manipulations.

… puis celui de la course de montagne
Mais ce n’est pas tout. En mars 2012, Patrick Cretennand, manager du fameux BCVs (Banque Cantonale du Valais) Mount Asics Team qu’il a fondé en 2008 avec Tarcis Ançay, n’a aucun mal pour la convaincre de rallier le groupe A de cette escouade, composé de dix des meilleurs montagnards valaisans. Un cénacle dont les leaders naturels se nomment César Costa et Emmanuel Vaudan.
Enchantée par l’ambiance qui y règne, elle entend bien redoubler d’effort afin de parvenir au plus haut niveau, corrigeant ainsi ses points faibles à l‘exemple des longues descentes roulantes. Pour s’en donner les moyens, elle n’hésite pas non plus à quitter, le 30 avril, la vie active où elle officiait comme infirmière dans une maison de retraite. Preuve que la course à pied est bien son premier objectif devant le ski-alpinisme, même si celui-ci l’envoûte un peu plus chaque saison.
Dans ces conditions, en dépit d’une féroce concurrence, édulcorée toutefois par l’abandon de Céline Lafaye après une demi-heure de chevauchée en raison de vives douleurs aux côtes, sa victoire sur le Marathon du Mont-Blanc ne surprendra personne. Pas même le nouveau record qu’elle porte sous les 4h30 (exactement 4h28’17), anéantissant ainsi de 11’19 le précédent établi l’an passé par la skyrunneuse Stéphanie Jimenez. D’autant plus que cette démonstration survient huit jours après avoir décroché le bronze sur les Championnats Suisses de course en montagne à Lenzerheide, dans le canton des Grisons.
Maintenant, faisons plus ample connaissance avec cette nouvelle déesse de la montagne !

François Vanlaton


MAUDE MATHYS SUR LE GRILL

Question de FV : Revenons à ton exploit du 1er juillet. T’étais-tu préparée en conséquence ?
Réponse de Maude Mathys : Dans un premier temps, j’étais extrêmement motivée pour y prendre le départ, ayant paraphé mon engagement bien avant la clôture des inscriptions. Mais cette année, suite à mes excellents résultats en course de montagne, nous avons décidé avec mon coach Tarcis Ançay de tenter la sélection pour les Championnats d’Europe qui doivent se disputer ce 7 juillet à Denizli, en Turquie.
Délaissant par ricochet le marathon et m’alignant sur des courses de montagne à l’instar, le 26 mai, du Droit du Catogne (6km pour 1100md+) où je m’approprie le temps référence (51’43), j’ai donc basé ma préparation dans l’optique de ce rendez-vous qui avait lieu le 9 juin à Mumliswil (canton de Soleure). Nonobstant une place et un chrono qualificatifs (2ème en 51’55 sur 10,4km pour 680md+ et 100md-), je n’ai pas été retenue, apprenant quatre jours auparavant l’obligation de présenter avant le 31 janvier ma candidature à Swiss Athletics, l’équivalent de la FFA.
In fine, je n’ai pas été trop déçue, pouvant enfin me concentrer sur la compétition montblanaise en dépit de la brièveté du temps imparti. J’ai alors ingurgité des séances un peu plus longues dans mon entraînement (2h30 environ) même si celui-ci a été quelque peu perturbé par les Championnats Suisses de course en montagne, le 23 juin. Epreuve où j’ai fait 3 au scratch et 2 dans ma catégorie en 1h22’14 sur une distance de 11,4km pour 1400md+ et 100md-.

Question de FV : Quelles étaient tes sensations au départ ?
Réponse de Maude Mathys : Excellentes même si j’ai manqué de sommeil de par le tumulte régnant dans les rues de Chamonix l’ultime nuit. Les conditions atmosphériques étaient idéales, la chaleur torride de la veille étant retombée. Aussi, même si je n’ignorais pas la féroce rivalité, j’escomptais bien un podium d’autant plus que j’étais gonflée à bloc après mes probantes prestations en course de montagne.

Question de FV : Comment as-tu géré les 18 premiers et rapides km jusqu’à Vallorcine ?
Réponse de Maude Mathys : Je suis partie prudemment avant de commencer à remonter le peloton, me retrouvant ainsi 4ème en vue d’Argentière. Grillant la politesse à Céline Lafaye puis Maud Gobert, j’ai traversé ce village (km10) en seconde position, à une dizaine de mètres derrière l’Italienne Silvia Serafini (1) que j’ai finalement doublée peu avant Montroc (km12,5).
Ce fut alors un vrai bonheur de prendre le commandement du marathon et ainsi être portée aux nues par les innombrables spectateurs absolument survoltés. Assurément, un grand moment qui n’est pas prêt de s’étioler de ma mémoire !
En tout cas, c’est bien dans cette portion initiale et roulante que s’est nouée la compétition, et non pas comme on aurait pu le penser de prime abord sur les passages escarpés à l’image des Posettes, de la Flégère ou encore du mur final, authentiques juges de paix. Ma pointe de vitesse a incontestablement joué en ma faveur comme l’attestent, le 30 octobre dernier, mes 1h22’33 sur le Semi-Marathon de Lausanne.

Question de FV : Peux-tu nous décrire la suite de ton épopée ?
Réponse de Maude Mathys : Même si je n’ai jamais revue la Trévisane, je n’ai cessé de craindre son retour, ignorant où elle se situait officiellement et minimisant les écarts divulgués par le public, à juste titre d’ailleurs, certains s’avérant erronés.
Sinon, deux autres tracas ont jalonné ma cavalcade. A partir de Vallorcine et jusqu’à l’arche d’arrivée, j’ai été gagnée par la soif, transpirant énormément malgré une température agréable. Enfin, sur la totalité de la dégringolade hyper-technique de l’Aiguillette des Posettes, j’ai été assailli par un angoissant point de côté que je n’avais connu qu’une seule fois, précisément en 2009 à Sierre-Zinal. Entravant ma respiration, il m’a contraint à ralentir afin d’atténuer la douleur. A cet instant, j’ai vraiment cru que mes deux poursuivantes immédiates allaient fondre sur moi, perdant d’ailleurs une minute sur elles au bas de la descente, soit un différentiel aux environs de 2’ avec Silvia et 9’ avec Maud.
Heureusement, cet handicap a disparu dès la remontée intervenant à Montroc. Cela m’a alors revigoré pour le restant de la course, ce qui m’a permis de creuser un tant soit peu l’écart sur mes deux rivales. En dépit de l’inéluctable fatigue, j’ai effectué une belle montée sur la Flégère. Enfin, si la dernière rampe n’a pas été une sinécure, le soutien exceptionnel de la foule et la possibilité de battre le record, info annoncé ici et là, m’ont littéralement procuré des ailes !

Question de FV : Quelle est ta semaine-type d’entraînement ?
Réponse de Maude Mathys : En moyenne, elle avoisine dix heures de sport, entre 50 et 80km, entre 2000 et 3000m de dénivelée positive, soit entre cinq et huit sorties.
Celles-ci se décomposent de la façon suivante :
– Trois à quatre séances d’endurance fondamentale d’1h à 1h30 que je pratique sur terrain plat avec ma fille dans la… poussette ! Sans elle, je fréquente alors les parcours vallonnés.
– Une séance de VMA courte ou bien un peu plus longue sous forme pyramidale mais en n’excédant jamais 3’ dans les séries. Je prends soin d’alterner une fois sur deux cet exercice entre le plat et la côte.
– Une randonnée tranquille en montagne oscillant entre 2h30 et 3h.
– Une séance de musculation-gainage.
Au retour de mes séances, je consacre deux à trois fois par semaine 10’ au gainage.
Occasionnellement, j’incorpore de longues courses en montagne de 2 à 3h, quelques décrassages en vélo sans occulter des entraînements plus intensifs en grimpée.

Question de FV : Et quand la bise fut venue ?
Réponse de Maude Mathys : Alors là, ma préparation est tout autre :
– Si possible une course à pied hebdomadaire.
– Une séance de musculation-gainage.
– Une à deux longues sorties en ski-alpinisme variant entre 2h30 et 4h.
– Un sortie en ski-alpinisme d’1h20.
Mais attention, avant de rallier le Swiss Team et BCVs Mount Asics Team, je ne disposais pas de planning quelle que soit la saison, cavalant alors aux sensations et au temps à disposition.

Question de FV : Alors, Sierre-Zinal cette saison ?
Réponse de Maude Mathys : Hélas non, partant à ce moment-là en vacances. Mes principales échéances seront donc :
– 28 juillet : le Cross du Vélan (6,8km pour 1010md+) servant pour le Championnat Valaisan de la montagne.
– 4 août : le Semi-Trail Ticino (58km pour 4400md+ et 4000md-).
– 8 septembre : le Marathon de la Jungfrau (42km pour 1829md+ et 305md-) servant pour le Championnat du Monde de course en montagne longue distance.
– 30 septembre : Fully-Sorniot (6,9km pour 1600md+).
– 20 octobre : le Km Vertical de Fully (1,9km pour 1000md+).

Question de FV : Observera-t-on un jour ton minois sur l’ultra ?
Réponse de Maude Mathys : Non, je ne crois pas, et ce pour plusieurs motifs. En premier lieu, je suis viscéralement attaché à ma vie de famille qui me semble incompatible avec la profusion d’interminables sorties d’entraînement qu’induit l’ultra. Ensuite, vu mon jeune âge, je tiens à me préserver, les articulations étant soumises à rude épreuve. Car lorsque je vois certains perclus d’arthroses à 35 ans, cela laisse songeur ! Et puis, je tiens à sauvegarder un semblant de vitesse que m’interdirait l’excès kilométrique.

Propos recueillis par François Vanlaton pour le compte :
– De « Trails Endurance Mag »,
numéro 94, août-septembre 2012.
– Du site Web « Esprit Course » :
http://www.esprit-course.com/esprit/index.php?option=com_content&view=article&id=501:interview-maude-mathys&catid=30:the-community

(1) Jadis pistarde et routière, la Transalpine Silvia Serafini s’est lancée cette année et avec succès dans le circuit du Skyrunning.


REPERES :

– Née le 14 janvier 1987 à Berne, capitale de la Confédération Helvétique.
– 1m63 pour 53kg.
– Mariée avec Jean-Marc ; une fille, Charlotte, née le 8 avril 2011.
– Réside dans la commune d’Ollon (7000 âmes), située dans le Chablais Vaudois (Suisse, canton de Vaud).
– Mère au foyer à compter du 30 avril 2012 après avoir été infirmière à la maison de retraite d’Aigle.
– Sponsorisée par Icebreaker en 2011-2012.
– Sociétaire depuis décembre 2011 du Swiss Team de ski-alpinisme et depuis mars 2012 du cadre A (élite) de la Banque Cantonale du Valais Mount Asics Team.


PALMARES DEPUIS 2009 :

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC MAUDE MATHYS, NOUVELLE RECORDWOMAN DU MARATHON DU MONT-BLANC / 01-07-12

2009 :
– 25 avril, 20km de Lausanne : 10ème et 8ème senior (167ème au scratch) en 1h22’20.
– 31 mai, Trail des Allobroges (32km pour 2000md+ et -) : 1ère (23ème au scratch) en 3h34’58.
– 4 juillet, Trail Verbier – Saint-Bernard (52km pour 4166md+ et -) : 1ère (11ème au scratch).
– 9 août, Sierre-Zinal (31km pour 2200md+ et 800md-) : 12ème et 11ème senior (118ème au scratch) en 3h33’50.
– 18 octobre, Altitrail de Chalin (12km pour 2365md+, réduit à 11km pour 2065md+) : 2ème et 1ère senior (23ème au scratch) en 2h10’25.
– 24 octobre, Km Vertical de Fully (1,9km pour 1000md+) : 8ème et 7ème senior (167ème au scratch) en 43’38.

2010 :
– 12 mai : 6ème étape du Tour du Chablais à Monthey : 5ème et 5ème senior en 35’17.
– 22 mai, Montée d’Illiez (9,2km pour 700md+ et 150md-) : 1ère en 51’40.
– 5 juin, Vitodojo (22,1km pour 1913md+ et 868md-) : 1ère (1ère senior, 17ème au scratch) en 2h37’13.
– 3 juillet, Trail Verbier – Saint-Bernard (61km pour 4166md+ et -) : 2ème et 1ère senior (15ème au scratch) en 8h29’48.

2011 :
– 10 juillet, Course Montreux – Rochers-de-Naye (18,8km pour 1600md+) : 4ème et 3ème senior (51ème au scratch) en 1h57’10.
– 24 juillet, Course Les Plans – Cabane de Plan-Névé (6,4km pour 1190md+) : 1ère (12ème au scratch) en 1h01’07.
– 14 août, Sierre-Zinal (31km pour 2200md+ et 800md-) : 7ème et 6ème senior (89ème au scratch) en 3h22’50.
– 18 septembre, Trail des Dents du Midi (60km pour 3500md+ et -) : 1ère (4ème au scratch) en 7h20’
– 22 octobre, Km Vertical de Fully (1,9km pour 1000md+) : 1ère (65ème au scratch) en 38’24.
– 30 octobre, Semi-Marathon de Lausanne : 1h22’33, record personnel. 8ème et 7ème senior (111ème au scratch).
– 19 novembre, Course de la Sainte-Catherine de Saillon (5,53km pour 140md+ et -) : 3ème et 3ème senior (5ème au scratch) en 20’53.

2012 :
– 26 mai, Droit du Catogne (6km pour 1100md+) : 1ère (11ème au scratch) en 51’43, record de l’épreuve.
– 9 juin, Course de sélection pour les Championnats d’Europe de course en montagne (10,4km pour 680md+ et 100md-) : 2ème en 51’55.
– 23 juin, Championnats Suisses de course en montagne (11,4km pour 1400md+ et 100md-) : 3ème et 2ème senior en 1h22’14.
– 1er juillet, Marathon du Mont-Blanc (42km pour 2511md+ et 1490md-) : 1ère (23ème au scratch) en 4h28’17.


PRECISIONS SUR LE MARATHON DU MONT-BLANC DU 1ER JUILLET 2012 :

Je me suis permis d’extraire du site Internet « Ski and Run » deux précieuses infos, communiquées par Jean-Louis Bal, présent sur l’épreuve :
– L’une sur l’origine de la blessure de Céline Lafaye.
– L’autre sur les écarts sur le bas de la descente de l’Aiguillette des Posettes entre Maude Mathys et ses deux poursuivantes immédiates, à savoir Silvia Serafini ainsi que Maud Gobert.
Ce même Jean-Louis Bal a d’autre part rédigé un passionnant compte rendu de la course qui figure sur « Ski and Run », en date du lundi 2 juillet 2012 : http://www.skiandrun.fr/index.php/trail/282-cr-du-marathon-du-mont-blanc
FV


UNE DOUBLE INTERVIEW DE MAUDE MATHYS SUR « SKI AND RUN » :

Décidément, le coup d’éclat de Maude Mathys intervenu le 1er juillet dernier sur le Marathon du Mont-Blanc n’est pas passé inaperçu au sein des médias spécialisés. Après notre site Web « Trail-Running en Pays de Savoie/Ain », c’est au tour d’un autre site Internet, en l’occurrence « Ski and Run » de braquer les projecteurs sur la Suissesse sous la forme d’un double et captivant entretien suscité par le Favergien Jean-Louis Bal, responsable dudit site. Après s’être entretenu avec Maude, il donne un autre éclairage sur elle en sollicitant celui qui l’a recruté en novembre dernier au sein du fameux Swiss Team de ski-alpinisme, à savoir l’Arêchois Grégory Gachet qui en est le coach. Voilà qui est parfaitement mérité pour cette athlète et skieuse-alpiniste d’exception !
Le reportage, en date du mardi 10 juillet 2012 : http://www.skiandrun.fr/index.php/trail/299-maude-mathys
FV

maudemathys74 juillet 2009, 52km du Trail Verbier – Saint-Bernard.
Maude Mathys franchit victorieuseusement la ligne, et bonheur suprême avec son époux Jean-Marc.
Cliché de François Perraudin.

maudemathys5Octobre 2011 : Maude Mathys à l’occasion d’une séance d’entraînement, quelques jours après son retentissant succès en 38’24 sur le Km Vertical de Fully.
Cliché transmis par Maude Mathys.

maudemathys6Octobre 2011 : Maude Mathys sur la même séance d’entraînement que celle de la photo précédente, intervenant quelques jours après son succès en 38’24 sur le Km Vertical de Fully.
Cliché transmis par Maude Mathys.

maudemathys
1er juillet 2012, Marathon du Mont-Blanc.
Maude Mathys aborde à Vallorcine (km18) la rampe conduisant à l’Aiguillette des Posettes.
Cliché de Jean-Louis Bal.

maudemathys2
1er juillet 2012, Marathon du Mont-Blanc.
Quand Maude Mathys avale le mur final de Planpraz…
Cliché de Jean-Louis Bal.

maudemathys31er juillet 2012, Marathon du Mont-Blanc.
Maude Mathys va bientôt conclure. Plus qu’une minute de souffrance et elle deviendra la nouvelle recordwoman de cette épreuve de légende en 4h28’17.
Cliché de Jean-Louis Bal.

maudemathys41er juillet 2012, Marathon du Mont-Blanc.
Maude Mathys sur le faîte du podium en compagnie, à droite de Silvia Serafini (2ème en 4h33’53), et à gauche de Maud Giraud (3ème en 4h39’12), toutes deux annihilant également l’ancien temps référence.


Un très grand merci à Maude Mathys pour m’avoir constamment épaulé, au demeurant avec le souci du détail et l’extrême gentilesse qui la caractérise !
FV

 

 

1488291395.5384animation3 - ENTRETIEN AVEC MAUDE MATHYS, NOUVELLE RECORDWOMAN DU MARATHON DU MONT-BLANC / 01-07-12
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events