GRAND RAID 73 / 23-05-15 : Résultats et reportage par Alexandre Garin

  Cruet – LE GRAND RAID 73

BONNEL ET BERCHET ENSEMBLE POUR LA VICTOIRE

La nouvelle édition 2015 du Grand Raid 73 restera marquée par ces duos de coureurs qui auront d’abord partagé des heures à arpenter le massif des Bauges, jusqu’à passer la ligne d’arrivée main dans la main. Le binôme vainqueur Lionel Bonnel / Rémy Berchet en est l’un des exemples les plus marquants de cette solidarité sportive qui fait défaut dans de nombreux sports. Mais c’est aussi ça le trail !

Bonnel et Brichet à l'arrivée, un beau moment de p

Rémy Berchet à gauche et Lionel Bonnel (Photo : A.Garin)

A 5h du matin quelques 300 traileurs engagés sur le Grand raid 73 se sont élancés depuis la salle des fêtes de Cruet à l’assaut du Colombier. Mais pour ravir le sommet puis s’offrir l’arrivée après 73km et 4800m de D+, il fallait être costaud et tous n’iront pas jusqu’au bout et tous n’auront pas leur opinel finisher spécialement gravé pour l’évènement par le célèbre fabricant savoyard.

 

Peu après le départ, à travers les chemins escarpés de la Toscane savoyarde, le peloton s’étire très vite laissant la guirlande multicolore se faufiler entre les vignobles plantés sur les contreforts des Bauges. Dans l’ascension de la roche du guet, le ton est donné et très vite les hommes forts du jour mènent les débats. On notera un passage en haut des crêtes en 52’, un chrono canon en comparaison des 47’ sur le petit savoyard. Mais pour les ténors du trail, pas le temps de contempler les plaines du val Coisin. Un trio de 3 coureurs se forme très vite avec Lionel Bonnel du Team Technica, Rémy Berchet du team Scott Odlo Led Lenser et Mathieu Brignon du team Hoka, uniquement des savoyards spécialistes de la montagne. Les difficultés s’enchaînent à un rythme soutenu jusqu’au plat de résistance, l’ascension du Colombier dont le point culminant se trouve à 2045m d’altitude.

 

Mais Mathieu Brignon du team Hoka, pourtant aguerri à la montagne en grimpeur averti est soudain pris de maux d’estomac. « J’avais les jambes mais avec mes problèmes intestinaux je ne pouvais ni boire ni manger et je fus très vite dans le dur ». Au km40, le grand gaillard doit jeter l’éponge, laissant ainsi ses compagnons de route s’envoler vers une victoire promise. Derrière le duo de tête, les écarts se creusent surtout que le Colombier par le chalet de la Bôtière, avec ses 9km d’ascension pour 1100m de D+ aura laissé des traces à certains. Un retour par le col de la Fullie, puis le mont Pela et le tour est joué. Retour au bercail.

Finalement, au terme de 8h37’02 de course aucune seconde ne sépare les deux hommes, ayant décidé de faire cause commune pour s’offrir cette belle victoire partagée. En revanche une vingtaine d’années sépare Rémy Berchet, jeune papa venu de Tarentaise, heureux d’effacer sa déception passée sur le récent Nivolet Revard, à Lionel Bonnel lui aussi père deux jeunes championnes. « Les sensations étaient bonnes et c’est vraiment encourageant pour la suite de la saison, un bonheur de courir avec Lionel ». Quant au vétéran Mauriennais l’expérience lui aura permis de rivaliser avec la jeunesse. Car celui qui présente à son actif l’un des plus gros palmarès du sport outdoor termine « ravi d’être encore là, devant pour se tirer la bourre avec les copains. J’ai voulu relancer une fois dans le groupe de tête une erreur habituelle que j’ai un peu payée ensuite. Heureusement qu’on s’est bien entendu par la suite. » L’image d’arrivée est un beau trait d’union entre deux générations de traileurs, l’ainé reconnaissant que son cadet « ira certainement loin dans la discipline s’il continue d’apprendre aussi vite ». Et son cadet impressionné par la performance de son aîné et qui aimerait bien « pouvoir en faire encore autant dans 20 ans ».

1510605_973815422659098_4539950498697918992_n

Rémy Berchet en tête suivi comme son ombre par Lionel Bonnel (photo Lilitophoto )

Quelques minutes plus tard, on assiste à l’arrivée du Suisse Yan Balduchelli venu se préparer pour le trail du Verbier le 11 juillet prochain. « Sous les conseils de mon ami Ryan Baumann (vainqueur de l’édition 2014) je suis venu découvrir le massif des Bauges et je ne regrette pas du tout mon choix » affirme-t-il a avec un sourire radieux. Plusieurs fois vainqueur du trail de Verbier, parfois avec Ryan Baumann, il savoure cette 3ème place acquise en 9h04’29. Il faut dire que le coureur du team Ride Spirit aura bien géré son affaire « J’ai préféré assuré au départ car c’est vraiment parti très vite d’entrée de jeu. Puis je suis revenu au train sur certains coureurs plus marqués au fil des heures et qui auront eu du mal à conserver le rythme soutenu les heures s’égrenant. »

11150781_973815575992416_2521724938360920508_n

Le suisse Yan Balduchelli  3ème scratch (photo Lilitophoto )

Nouvelle scène de partage et d’émotion lorsque Sébastien Gérard du Team Les Saisies et Olivier Morin du Team Trace de Trail arrivent main dans la main après 9h13’45 de course, heureux d’avoir partagé leurs efforts. Il faut dire que le tracé dessiné par Gilbert Codet, Catherine Morin et ses amis est très sélectif et que deux coureurs motivés valent souvent mieux qu’un seul, le courage de l’un entraînant la motivation de l’autre. Dans le top 10, nous retrouverons d’autres bons coureurs comme Fabrice Couchoud du team Helly Hansen ou le madrilène Raul Frechilla également chez Helly Hansen 8ème en 9h32. Le prochain gros objectif de l’espagnol sera sans doute l’épreuve de sa marque à Barcelone, organisée fin novembre.

Les 5 premiers hommes du parcours long bis

Les 5 premiers scratch du 73 km avec de gauche à droite Olivier Morin,Sébastien Gérard, Lionel Bonnel, Rémy Berchet et Yan Balduchelli (Photo : AGarin)

Près de deux heures après le premier homme, la première féminine passera la ligne en 10h56’35. On savait grâce aux infos radio que 3 filles se tiraient la bourre depuis le départ avec Josiane Piccolet aux commandes, Zuzana Chateau et Cécile Vanier. Longtemps « nous avons joué au jeu du chat et de la souris avec le autres filles. J’étais souvent devant dans les montées et Cécile Vanier prenait un peu d’avance dans les descentes » expliquera Josiane Piccolet la coureuse de l’APDC. Finalement dans la longue montée du Colombier, l’expérience aura une fois de plus été plus forte que la jeunesse, laissant Josiane Piccolet prendre peu à peu le large sur ses adversaires directes. Derrière, la jeune garde rapprochée pouvait espérer finir dans un mouchoir de poche. Mais c’était sans compter les longues descentes techniques qui menaient au point retour à Cruet. Si celles-ci furent un atout pour la traileuse hollandaise Cécile Vanier venue « pour profiter de la Savoie, un coup de cœur depuis que j’ai découvert les montagnes. C’est vraiment un terrain de jeu que j’adore », elles furent en revanche un frein pour la sociétaire de Chambéry Triathlon, la savoyarde Zuzana Château. « J’étais vraiment bien aujourd’hui mais dans les descentes finales je me suis fait distancée. Je ne descends pas très bien, je dois vraiment travailler ce point faible ». 3ème en 11h17’25, elle mettra normalement le cap sur l’Ultra Trail du Beaufortain, une course qu’elle avait découvert l’an dernier et sur laquelle elle espère à  nouveau pouvoir s’exprimer au mois de juillet. 11377361_973815115992462_1459947991618710323_nJosiane Piccolet entourée de Cécile Vanier à gauche et Suzanna Château.(photo Lilitophoto )

en haut de la roche du Guet, 1ère bosse au km6

Roche du Guet…

RESULTATS COMPLETS :  grandraid73scratch73km

 

TRAIL LE PETIT SAVOYARD 23KM

LES LAURIERS POUR MARCONNET ET BUGNARD

Le militaire du 27ème BCA, membre du Team Technicien du Sport Laurent Marconnet avait décidé de partir seul laissant sur place ses concurrents. Avec un chrono de 2h00’29, il s’offre en prime le record de l’épreuve.

Marconnet avec 1' d'avance à la roche du guet

Laurent Marconnet vainqueur du 23km Roche du Guet (Photo A.Garin)

Il sentait bien qu’un c’était son jour. Laurent Marconnet a mis le feu aux poudres dès le départ, asphyxiant bon nombre de ses concurrents. Dans la montée menant à la Roche du Guet, inutile de suivre le coureur haut savoyard qui était bien le plus fort du jour, obligeant les tarins Stéphane Avrillon et Aurélien Brun à lâcher du lest. En haut de la Roche du Guet, au passage de la table d’orientation offrant un point de vue splendide sur la vallée, il passe avec une bonne minute d’avance. Dans la première descente il « continue de mettre du rythme et de relancer après une petite pause au lac de la Thuile pour me ravitailler. Puis j’ai relâché la pression dans la dernière descente voyant que j’avais une bonne avance, souhaitant surtout garder du jus pour mon objectif principal dans 15 jours le Championnat de France Militaire, puis fin juillet le trail Tour des Fiz ». Les jambes sont bonnes et l’avance s’accentue. Plus de 5’ avant d’entamer la descente retour. Conscient de la suprématie du haut savoyard, Avrillon et Brun abdiquent « préférant assurer le podium et faire en sorte que ça ne revienne pas derrière. Surtout que nous avions repris deux jeunes coureurs passés devant nous en haut de la bosse.». Une belle collaboration commence pour les deux amis « impressionnés par la densité de l’édition 2015 ».Aurélien Brun le coureur du val d’Arly semble un peu mieux, surtout dans les descentes très techniques. « Aurélien m’a attendu à certains moments et je suis très heureux de finir avec lui » commente Avrillon vainqueur chez les vétérans. En 2h02’58, les deux hommes devancent Antoine Jannin qui à la 4ème place, poursuit sa « reprise difficile après une blessure hivernale, en espérant des jours meilleurs ». Martin Kuashev aura quant à lui assuré sa course partant moins vite que d’habitude. Et sa prudence aura payé avec une 7ème place au général en 2h08’40 et surtout la 2ème place chez les vétérans devant Joel Pellicier.

1488291395.5384animation3 - GRAND RAID 73 / 23-05-15 : Résultats et reportage par Alexandre Garin

Brun et Avrillon en haut de la roche du guet

Avrillon et Brun pris de dos

Aurélien Brun suivi de Stéphane Avrillon

Antoine Jannin 4ème du 23km

Antoine Jannin 4ème scratch 23km

La foulée aérienne, la chevelure blonde au vent et un sourire radieux, on reconnaît très vite l’arrivée triomphale de la jeune traileuse de Tresserve, Corail Bugnard. A la bagarre au départ, elle peut savourer cette nouvelle victoire signée en 2h23’10 et au passage une 16ème place au général. Car ce n’était pas joué d’avance, la lyonnaise Sandrine Etienne avait bien décidé de lui donner du fil à retordre en passant devant en haut de la roche du Guet, puis en prenant une légère avance dans la première descente. Mais Corail Bugnard, la sociétaire de Bellegarde, reviendra sur le plat du côté du lac de la Thuile « retrouvant de la ressource surtout dans la dernière descente où j’ai décidé d’attaquer ». De bon augure pour les 15km de la Fémina Race dimanche prochain à Annecy.

Corail Bugnard a déjà pris sa douche lors de notre

Corail Bugnard a déjà pris sa douche lors de notre photo !…

Placée l’an dernier, Sandrine Etienne accuse « une petite erreur de parcours dans la dernière descente », et de ce fait la sociétaire de l’Entente Ouest lyonnais terminera logiquement seconde en 2h29’21. Aurore Metral de Villaz, avec un chrono en 2h33’20, complète ce beau podium une minute à peine devant l’Albertvilloise Stéphanie Manivoz et la jeune traileuse de Valloire Lucie Bidault. Une belle bagarre chez les féminines, certainement la plus belle du petit savoyard depuis sa création.

 

 

Les 5 premiers hommes et 5 premières femmes du Pet

Les 4 premiers H et cinq premières femmes du 23km.

 

RESULTATS COMPLETS :grandraid73scratch23kmRoche du Guet Riche du Guet bis

Roche du Guet 23km

Traversée du champ avant le ravito du lac de la th

Traversée du champs avant le ravitaillement du lac.

L'un des premiers coureurs sur le Petit Savoyard

Gédéon Pochat 1er Espoir 23 km  (8ème scratch).

Départ dans les vignes

Départ dans les vignes…

Aurélie Caucal sur le 23km

Aurélie Caucal (10ème Senior Femme) et  Emmanuel Paret (167 scratch)

au bord du lac de la Thuile

Au bord du Lac de la Thuile, Daniel Viguet Carrin (Ugine Running) 139 ème scratch (2ème V3)

Fred Bousseau s'est égaré dans la nature

Fred Bousseau (Trails Endurance Mag) égaré dans la nature terminera à la 155ème place.

1488291395.5384animation3 - GRAND RAID 73 / 23-05-15 : Résultats et reportage par Alexandre Garin
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events