NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11

Surgissant en Suisse le 6 août 1994 en provenance de son Portugal natal, Nisa Camelo, 29 ans, aura franchi à la vitesse de l’éclair les innombrables rouages de son intégration socio-culturelle. A l’avenant de son parcours sportif où ses prouesses ne manquent pas d’enflammer la communauté lusophone, en particulier l’une de ses prestigieuses vitrines : le club de l’Athlétisme Viseu Genève qu’elle préside depuis mars 2010.

Opiniâtreté, voilà un trait de caractère qui symbolise bien la personnalité et l’existence de Nisa Camelo, celui-là même que tout athlète désireux de progresser se doit de renfermer. Sa première expérience en course à pied, intervenue à l’âge de 10 ans, allait en effet révéler chez elle un tempérament bien singulier.
A l’occasion d’un cross scolaire mixte, Nisa, pourtant remontée comme une pendule, n’avait pas eu la force nécessaire pour poursuivre son effort en raison d’une entame bien trop rapide. Sa capitulation suivie d’un détour en ambulance au dispensaire la priva de la fameuse coupe qu’elle rêvait tant. En dépit de cet échec cinglant, la Lusitanienne démontrera une foi inébranlable en rechaussant aussitôt ses running. Une fibre venait d’éclore…

L’exode…
Ayant vu le jour le 17 février 1982 à Oeiras, à quelques 30km de la capitale lisboète, proche du littoral atlantique, Nisa Camelo est la seconde d’une fratrie de trois enfants, avec un père restaurateur, épaulée par son épouse qui deviendra vendeuse a posteriori. La ville d’Odemira, au cœur de la province de l’Alentejo personnifiant les plateaux agricoles méridionaux, rythmera son enfance et sa pré-adolescence.
Son papa, José Antonio, né le 20 janvier 1957, est l’élément fort du foyer, situation qui n’est que l’exact reflet de la société patriarcale prévalant dans l’Europe du Sud. Jeune militant de gauche, il fraternise avec la Révolution des Œillets qui, le 25 avril 1974, sonnera le glas de la dictature salazariste sévissant depuis 1932. Ce séisme politique, il le côtoiera de près, l’Alentejo, bastion du Parti Communiste Portugais, étant l’épicentre en 1975 d’une réforme agraire réclamée à cor et à cris par les journaliers.
Trente-sept ans après, Nisa, particulièrement conscientisée, a fait sienne les idéaux de cette épopée, surnommée ainsi par allusion aux fleurs que la population offrit alors spontanément aux militaires révoltés. Parmi ces valeurs, on y décèle le collectif, l’engagement, la générosité, la tolérance, qu’elle prend un soin particulier à inculquer dans son escouade : à savoir Athlétisme Viseu Genève (AVG) qu’elle dirige en personne à compter de mars 2010, se substituant à Abilio de Figueiredo, devenu vice-président.
En 1988, ne pouvant s’acquitter de ses dettes, le paternel est contraint de s’expatrier en solitaire. Destination : le canton de Genève, où guidé par des relations il vendangera à Bernex et Onex.
L’année suivante, José pose définitivement ses valises avec un double objectif en tête : subvenir à sa famille, qu’il ne voit plus qu’à Noël, par l’envoi régulier de fonds, et préparer activement son irruption à moyen terme.

… puis l’intégration
Le 6 août 1994, la mort dans l’âme, sa dulcinée et leur progéniture, abandonnent leurs racines pour emménager dans la cité de Calvin, rue de Lyon. La langue française leur étant totalement étrangère, les prémices de la vie genevoise renforcent leur mal-être et par ricochet la nostalgie de leur terre ancestrale.
Pourtant, c’est à la vitesse de la lumière que Nisa, rejoignant un mois après une classe d’accueil où pullulent une myriade de nationalités, cisèle son nouvel idiome à raison de six heures de cours quotidiens, aussi rébarbatifs qu’intenses. Aussi, au terme du premier semestre, elle peut rallier le cursus classique qu’elle n’intégrera pourtant qu’en septembre 1995, précautionneuse qu’elle est.
Gage de son insolente réussite, elle est aujourd’hui en mesure d’exercer la profession de psychologue, forte d’un master et d’une formation en clinique de l’enfant qu’elle a soutenue et réussie le 7 septembre dernier. En attendant ce poste difficile à dégoter, elle bosse depuis le 15 août à Vernier comme enseignante spécialisée à l’Organisation romande pour l’intégration et la formation professionnelle, où elle coudoie un public de jeunes adultes en souffrance scolaire et sociale, instruits sur trois ans.

Le forcing de Matos
C’est en 1995 qu’elle se met à galoper mais dans l’unique but, du moins dans un premier temps, d’affiner sa condition physique en karaté, un sport qui lui prendra les tripes jusqu’en 2001, multipliant les actions d’éclat sur les tatamis : 3ème aux Championnats Genevois 1996, 3ème par équipe l’année suivante à travers un tournoi international. Cependant, progressivement, va s’opérer une sorte d’interaction entre ces deux disciplines, l’une préparant l’autre et inversement.
Dès lors, tout s’enchaîne très vite. L’Ibère dispute ainsi sa première épreuve officielle dénommée la Cup 2000, hybridité d’une course pédestre et d’un parcours d’obstacles, illustrant alors de belles aptitudes pour une activité qui l’accapare seulement trente minutes hebdomadaires à l’école.
En avril 1996 à Vernier, lors d’un 7km fêtant le 32ème anniversaire de la Révolution des Œillets et dévolu à la communauté portugaise, elle se classe 3ème fille et première de sa catégorie. Sur une course qui n’a jamais été aussi longue pour elle, Nisa tape aussitôt dans l’œil de José Matos. Né le 19 mars 1972, celui-ci est à la fois directeur technique et coach au sein de la section d’athlétisme du Club Académico de Viseu em Genebra, ancêtre d’AVG qui ne sera porté sur les fonts baptismaux qu’en 2005. Toujours au printemps 1996, consécutif à sa 3ème place dans sa classe d’âge sur la Cup 2000, elle parvient à se qualifier pour la finale suisse à Macolin.
C’est un siège que Matos lui fait, ainsi qu’à ses parents, pour l’inciter à s’engager dans la formation lusophone. Si dans un premier temps, elle s’y entraîne officieusement, privilégiant toujours son art martial, elle finit en 1998 par céder à ses desiderata. Immédiatement, elle répond aux espoirs que son nouveau mentor a placés en elle comme l’attestent sa 10ème position au général et le faîte chez les cadettes sur le renommé Tour du Canton de Genève, opus 1999.

Talent et adversité
De corpulence moyenne (1m64 pour 48 à 49kg), la Portugaise est aujourd’hui une athlète qui brille en premier lieu sur la route et le cross. Concernant la première, elle porte ainsi ses records personnels à 1h26’09 sur semi-marathon (9 mai 2010 à Genève), à 37’55 sur 10km (25 octobre 2009 à Lausanne), et à 18’16 sur l’Escaladélite en dépit d’un parcours majoré (5 décembre 2009 à Genève). 2012 devrait la voir étrenner la distance mythique du 42km, sans doute le 15 avril dans le cadre idyllique du Lac d’Annecy, à moins qu’elle ne fasse parler son cœur le 4 décembre prochain, donnant ainsi sa préférence à Lisbonne.
Toujours sur l’asphalte, elle s’est encore distinguée sur le millésime 2011 du Tour du Canton de Genève, échouant au pied du podium scratch (seconde senior), à seulement 47 secondes de son éternelle rivale, la redoutable Colombiano-Suisse Fabiola Rueda Oppliger. Deux ans plus tôt, sur ce même rendez-vous, Nisa lui avait concédé 8’30 : un gouffre qu’elle s’est donc permis de combler sensiblement, symptomatique de son irrésistible ascension.
Sur terrain gras, elle a porté les couleurs de la Foulée d’Annemasse à quatre reprises (2005, 2007, 2010 et 2011), afin de pouvoir concourir aux épreuves labellisées du sceau de la Fédération Française d’Athlétisme, preuve de son appétence pour cette exigeante discipline. Ayant fait l’impasse cette année, elle n’avait pas pu également donner toute la mesure de son talent en 2010, terminant ainsi 146ème sur le parcours long des France à la Roche-sur-Yon. Auparavant, elle avait fait 27 aux Régionaux et 38 aux Inter.
Cette saison, elle aura décroché la timbale, tant à Versonnex dans le Pays-de-Gex (6 novembre) qu’au Cross Genevois (12 février) où elle terrassa Rueda Oppliger. Et sur les très relevés parcours de Vidy à Lausanne (15 janvier) et du Championnat Suisse de cross court à Sion (5 mars), elle se hissait de façon honorable, respectivement aux 24ème et 12ème rangs.
D’autre part, ses incursions sur le relief ne sont pas passées inaperçues, mettant ainsi en lumière sa plurivalence. Pour son baptême du feu, elle aura frappé fort, s’appropriant la 8ème place (6ème senior) sur la célèbre manifestation Neirivue-Moléson dans le canton de Fribourg (10,3km pour 920md+), le 20 juin 2010. Un mois plus tard, le 11 juillet précisément, elle récidivait sur Montreux – Rochers-de-Naye dans le canton de Vaud (9,5km pour 933md+) : au final, une 13ème position (9ème senior), admirable au regard de son inexpérience et de la sévère concurrence.
Ces faits d’armes sont d’autant plus remarquables qu’au terme de la décennie 1990-2000, elle apprit avec stupeur qu’elle souffrait concomitamment d’anémie et d’une carence en fer, engendrant épuisement et déficience en oxygénation. Si la première est pour partie jugulée, la seconde est désormais plus conséquente d’où le caractère erratique de ses performances, nonobstant un traitement rigoureux et une alimentation idoine à base de céréales et pain complets ainsi que de légumes verts.
In fine, alors que les années 2004, 2009, 2010 et 2011 n’ont pas vu un reflux de ses performances, il n’en fut pas de même hélas des autres. Mais sa pugnacité est telle qu’elle ne se laisse jamais démonter, raffermissant un peu plus son aura au sein de la diaspora portugaise du canton de Genève, la plus imposante en Helvétie après celle du canton de Vaud (35000 ressortissants).
Et ce formidable esprit combatif, Nisa le partage, là encore, avec les jeunes capitaines progressistes du Mouvement des Forces Armées qui n’en ont pas manqué lorsqu’ils devinrent les fers de lance et héros de la Révolution des Œillets.

François Vanlaton pour le compte :
– De la page sport de l’Ain du « Dauphiné Libéré », en date des mercredi 5 et vendredi 7 octobre 2011.
– De « Courir dans les 2 Savoie », numéro 31, octobre 2011 :

http://www.nicolaclusaz.com/wp-content/uploads/2012/07/mag31.pdf


REPERES :

– Patronymes : Nisa (prénom), Agostinho (nom maternel), Camelo (nom paternel).
Nationalité : Portugaise.
Date et lieu de naissance : 17 février 1982 à Oeiras (Portugal).
Mensuration : 1m64 pour 48 à 49kg.
Famille : Une sœur aînée et un frère benjamin. Vit maritalement.
Résidence : Meyrin, une des six communes du canton de Genève où se concentre un grand nombre de Portugais.
Profession : enseignante spécialisée pour jeunes adultes en difficulté scolaire et sociale.
Clubs : Athlétisme Viseu Genève depuis 1998 et Foulée d’Annemasse en 2005, 2007, 2010 et 2011.
Spécialités : route et cross au premier chef, montagne accessoirement.
Test du 22 septembre 2011 : VMA, 17km/h ; vitesse maximale au seuil, 14km/h ; endurance : 13km/h ; seuil des graisses : 11km/h.


PALMARES :

Etant donné son anémie et sa carence en fer jaillissant à la fin des années 1990, on peut affirmer sans ambages que Nisa Camelo n’a évolué à son vrai niveau qu’en 2004, 2009, 2010 et l’année en cours. Raison pour laquelle, à une exception près, je n’ai retenu que les résultats de ces quatre années-là. Choix sans doute arbitraire, j’en conviens pleinement.
Par ailleurs, je n’ai indiqué que les épreuves dont j’ai pu dégoter les classements. La liste infra n’est donc pas exhaustive.
Enfin, concernant la catégorie d’âge, j’ai repris la classification usitée en France, différente de celle prévalant en Suisse qui subdivise en particulier les seniors.
FV

2004 :
– 4 juillet, Ronde de la Presqu’île du Léman (Messery, 7,6km) : 1ère en 30’12, record de l’épreuve.
– 1er octobre, Morat-Fribourg (17,170km) : 38ème et 4ème espoir en 1h16’16.
– 20 novembre, Trans’Onésienne (Onex, 4,465km) : 1ère en 17’12.
– 4 décembre, Escalade Femmes 1 (Genève, 4,783km) : 4ème et 2ème espoir en 18’33.

2005 :
– 8 mai, Semi-Marathon de Genève (21,1km) : 1h30’04. 8ème et 5ème senior. Son premier semi.

2009 :
– 28 février, Championnats Genevois de cross-country (Onex, 6km) : 5ème et 2ème senior en 25’28.
– 29 mars, Course Pédestre de Cologny Parcs (7,98km) : 2ème et 1ère senior en 30’56.
– 5 avril, Course des Ponts (Genève, 7,9km) : 5ème et 1ère senior en 41’18.
– Mai-juin, Tour du Canton de Genève, manifestation divisée en quatre étapes : 27 mai (Veyrier), 3 juin (Grand-Saconnex), 10 juin (le Lignon), et 17 juin (Prévessin-Moëns : 7ème et 4ème senior en 2h14’00.
– 5 juillet, Ronde de la Presqu’île du Léman (Messery, 7,6km) : 1ère en 29’59, record de l’épreuve.
– 11 octobre, Run Evasion Rhône (Genève, 22,3km) : 1ère et 1ère senior sur le relais féminin à deux avec sa coéquipière Sao Mesquita en 1h37’49. Nisa assure le premier relais (14,6km) en 1h02’13, record de l’épreuve.
– 25 octobre, Quart-Marathon de Lausanne : 37’55, record personnel. 8ème et 5ème senior.
– 21 novembre, Trans’Onésienne (Onex, 4,375km) : 1ère en 16’32.
– 5 décembre, Escaladélite (Genève, 4,783km, en réalité parcours majoré) : 28ème et 20ème senior en 18’16.

2010 :
– 7 février, Championnats Rhône-Alpes de cross-country (Mably, 6,420km) : 27ème et 16ème senior en 25’08.
– 21 février, Demi-finales des Championnats de France de cross-country Centre-Est (Yzeure, 6,830km) : 38ème et 23ème senior en 29’49.
– 27 février, Championnats Genevois de cross-country (Onex, 6km) : 3ème et 2ème senior en 21’00.
– 7 mars, Championnats de France de cross-country (la Roche-sur-Yon, 7,075km) : 146ème et 103ème senior en 29’22.
– 27 mars, A Travers le Coteau (Bernex, 10,055km) : 2ème et 1ère senior.
– 18 avril, Course des Ponts (Genève, 9,7km) : 2ème et 1ère senior en 40’44.
– 9 mai, Semi-Marathon de Genève (21,1km) : 1h26’09, record personnel. 6ème et 4ème senior.
– 20 juin, Neirivue-Moléson (10,3km pour 920md+) : 8ème et 6ème senior en 1h14’05.
– 11 juillet, Montreux – Rochers-de-Naye (9,5km pour 933md+) : 13ème et 9ème senior en 1h07’08.
– 25 septembre, A Travers Carouge Run to Run (Carouge, 10km) : 4ème sur le relais mixte à deux avec son entraîneur José Matos en 35’53.
– 31 octobre, 10km de Lausanne : 39’18. 8ème et 6ème senior.
– 7 novembre, Cross de Versonnex (6,1km) : 1ère en 23’58.
– 20 novembre, Trans’Onésienne (Onex, 11km) : 3ème et 2ème senior en 43’19.
– 4 décembre, Escalade Elite (Genève, 4,783km, en réalité parcours diminué) : 18ème, 14ème senior, 8ème Suissesse et 3ème Genevoise en 17’04.

2011 :
– 15 janvier, Cross de Vidy (Lausanne, 6km) : 24ème en 26’10.
– 12 février, Championnats Genevois de cross-country (Collonge-Bellerive, 6km) : 1ère en 24’34.
– 5 mars, Championnat Suisse de cross (Sion, 3km) : 12ème et 7ème senior en 11’50.
– 13 mars, Derby des Bois (Versoix, 9,090km) : 2ème et 1ère senior en 35’04.
– 3 avril, Vivicittà (Genève, 12km) : 3ème et 3ème senior en 49’00.
– 10 avril, Course des Ponts (Genève, 9,7km) : 3ème et 1ère senior en 39’17.
– Mai-juin, Tour du Canton de Genève, manifestation divisée en quatre étapes : 25 mai (Veyrier, 7,220km), 31 mai (Anières, 8,730km), 7 juin (CERN, 8,640km), et 15 juin (Saint-Julien-en-Genevois, 8,660km) : 4ème et 2ème senior en 2h10’05.
– 3 juillet, Ronde de la Presqu’île du Léman (Messery, 7,6km) : 1ère en 28’32, record de l’épreuve.
– 3 septembre, Course du Mandement (Satigny, 12,1km) : 1ère en 52’02.

1488291395.5384animation3 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11


ATHLETISME VISEU GENEVE, CLUB DE NISA CAMELO :

Athlétisme Viseu Genève (AVG) est une formation bigarrée d’une cinquantaine de licenciés, comprenant, outre une majorité de Portugais, des Espagnols, Français, Hongrois et Italiens, reflétant ainsi l’extraordinaire melting-pot enveloppant le Genevois suisse.
La plupart des Lusitaniens qui s’y trouvent proviennent de Viseu, une ville de 100000 âmes localisée dans le centre-nord de ce petit Etat méditerranéen qu’est le Portugal. C’est à l’orée des années 1980, peu après la Révolution des Œillets instaurant la démocratie (1974) et avant l’entrée du pays dans ce qui se dénomme aujourd’hui l’Union Européenne (1986), une époque charnière dans l’Histoire portugaise, qu’une myriade d’habitants quittent Viseu. Ils immigrent pour des motifs économiques dans le canton de Genève qui regroupe aujourd’hui quelques 35000 Portugais (dont 7000 originaires de Viseu), moult jeunes ayant désormais vu le jour sur le rivage du Léman.
Créé en 2005 par José Matos, l’actuel directeur technique et coach, AVG apparaît en réalité dès 1996, n’étant alors qu’une simple section d’athlétisme au sein du Club Académico de Viseu em Genebra, orienté principalement vers le football. Si AVG ne renie pas son ascendance portugaise comme en témoigne son appellation, ses cadres réfutent catégoriquement tout nationalisme. Au contraire, cette détonante escouade encourage les adhésions plurinationales, s’affiliant par ailleurs à la Fédération Suisse d’Athlétisme. Enfin, l’esprit individualiste n’a pas droit de cité à AVG où les déplacements collectifs sont légion.
FV

052312 1854 NISACAMELOL2 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
28 février 2009, Championnats Genevois de cross-country (Onex, 6km).
Nisa Camelo récoltera la 5ème position et la 2ème chez les seniors en 25’28.
Cliché de Mirko Zinetti.

052312 1854 NISACAMELOL3 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
29 mars 2009, Course Pédestre de Cologny Parcs (7,98km).
Nisa Camelo s’adjugera la seconde position et le faîte chez les seniors en 30’56, à quelques 18’’ de son éternelle émule, la Colombiano-Suisse Fabiola Rueda-Oppliger.

Cliché de Mirko Zinetti.

052312 1854 NISACAMELOL4 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
5 décembre 2009, Escaladélite (Genève, 4,787km).
Nisa Camelo (maillot blanc) finira 28ème et 20ème senior en 18’16, soit son temps référence sur la doyenne des courses genevoises, au demeurant sur un parcours majoré.
Cliché de Mirko Zinetti.

052312 1854 NISACAMELOL5 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
27 février 2010, Championnats Genevois de cross-country (Onex, 6km).
Au premier plan, Nisa Camelo, qui terminera 3ème et 2ème senior en 21’00. A l’arrière, on reconnaît Heidi Beffa portant les couleurs jaunâtres de la Foulée d’Annemasse, qui échouera au pied du podium, franchissant la ligne
8’’ après Nisa.
Cliché de Mirko Zinetti.

052312 1854 NISACAMELOL6 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
27 mars 2010, A Travers le Coteau (Bernex, 10,055km).
Nisa Camelo accaparera la 2ème position et la 1ère chez les seniors.

Cliché de Jorge Coimbra.

052312 1854 NISACAMELOL7 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
9 mai 2010, Semi-Marathon de Genève.
Nisa Camelo verra son record personnel s’établir à 1h26’09, se classant 6ème et 4ème senior.

Cliché d’Athlétisme Viseu Genève.

052312 1854 NISACAMELOL8 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
20 novembre 2010, Trans’Onésienne (Onex, 11km).
Le podium féminin, avec de gauche à droite, Nisa Camelo (3ème et 2ème senior en 43’19), la Suèdoise Johanna Bjermkvist (lauréate en 41’34), et la Colombiano-Suisse Fabiola Rueda-Oppliger (2ème et 1ère V1 en 42’19).

Cliché de FV.

052312 1854 NISACAMELOL9 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
13 mars 2011, Derby des Bois (Versoix, 9,090km).
Lutte au couteau entre deux des égéries des courses genevoises, la Colombiano-Suisse Fabiola Rueda-Oppliger à gauche et Nisa Camelo à droite, revêtant respectivement les couleurs jaunâtres du Stade Genève Athlétisme et noires d’Athlétisme Viseu Genève.

La première l’emportera, reléguant à 19’’ la Portugaise, 2ème et 1ère senior en 35’04.
Cliché de l’organisation présidée par Philippe Chevallier.

052312 1854 NISACAMELOL10 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
3 juillet 2011, Ronde de la Presqu’île du Léman (Messery, 7,6km).
Le podium féminin, avec à droite Nisa Camelo qui vient de porter le nouveau temps étalon de l’épreuve à 28’32.

Cliché de Didier Giubergia.

052312 1854 NISACAMELOL11 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11Nisa Camelo durant son entretien avec le scribe, le 18 janvier 2011 à Meyrin, dans le canton de Genève.
Cliché de FV.

052312 1854 NISACAMELOL12 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11Un des grands événements historiques de la fin du XXème siècle en Europe : la Révolution des Œillets au Portugal, surgissant le 25 avril 1974.

Allez, ouvrons succinctement une page d’Histoire à laquelle Nisa Camelo et les Portugais sont très attachés, celle dont je fais référence explicitement dans mon reportage. Je suis sûr que vous me pardonnerez cette légère entorse à la course à pied et pour ceux qui n’en ont cure, leur restera le choix de zapper…
La Révolution des Oeillets est inspirée et dirigée par une fraction de l’armée portugaise, connue sous le nom du Mouvement des Forces Armées (MFA), regroupé autour de jeunes capitaines progressistes, celui-ci se fixant deux objectifs :
– La chute de la dictature de Marcelo Caetano, héritier d’Antonio de Oliveira Salazar qui gouvernait le pays depuis 1932, et en corollaire, l’avènement de la démocratie. Aussi, le Portugal sera l’une des dernières dictatures d’Europe occidentale à tomber, avant celles de la Grèce (23 juillet 1974) et de l’Espagne (20 novembre 1975).
– La décolonisation des territoires en Afrique (Angola, Cap Vert, Guinée-Bissau, Mozambique et Sao Tomé-et-Principe).
A l’exception de six personnes décédées, ce coup d’Etat se produira sans effusion de sang. Très vite, les premiers œillets rouges deviennent le signe de ralliement à la Révolution. Les soldats insurgés fixent ainsi un oeillet à leur boutonnière et un autre dans la bouche de leur fusil, suivis de milliers de Portugais en liesse. Ces stupéfiantes images, celles d’observer des armes ornées d’œillets rouges qui ne tireront pas, feront le tour du monde. Voici donc pourquoi cette fleur est devenue au Portugal le symbole du 25 avril 1974.
Enfin, dernier aspect et non des moindres de la Révolution des Œillets, celui de constater que l’armée portugaise ne constituait pas un bloc politique monolithique, en l’occurrence exclusivement dominée par la droite, mais au contraire reflétait les multiples courants de pensée du pays. Et c’est bien évidemment son secteur gauchisant qui sera le chantre de cette révolution.
FV


Un très grand merci à Nisa Camelo pour les infos et clichés récoltés, pour son infinie patience également à mon endroit, notre entretien remontant au… 18 janvier 2011.
D’autre part, suite à mon intervention, « Léman Bleu Télévision », par le biais du journaliste et athlète Maxence Garin, diffusera le mardi 8 novembre 2011 à 19h un sujet sur Athlétisme Viseu Genève, le club de Nisa, avec celle-ci comme ambassadrice. Super et mille fois merci Maxence, à la fois pour Nisa et son escouade !

1488291395.5384animation3 - NISA CAMELO, LES ŒILLETS ENTRE LES DENTS / 05-10-11
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events