PRESENTATION DE LA CREVE-CŒUR / 08-07-12

13ème édition ce dimanche à Morzine

UNE FABULEUSE COURSE DE MONTAGNE AU PARFUM HELVETE

Surgie à Morzine en 2000, la Crève-Cœur est l’une des rares authentiques courses de montagne des Pays de Savoie, celles-là même qui prolifèrent dans le proche Valais. Voilà en effet une épreuve bien singulière, à la fois rédhibitoire à l’asphalte, où le monotrace est roi et la pente cataclysmique. A vrai dire, seule la Montée Sallanches-Varan, mise sur pied en 2010, offre ces particularités si on excepte toutefois les km verticaux mais qui ont leur propre spécificité.    
Cependant, aussi envoûtante soit-elle, la manifestation n’a pas encore acquis ses lettres de noblesse, l’affluence n’ayant jamais décollé, y compris en 2011 quand la FFA lui a donné son agrément. Mais les atouts qu’elle regorge devraient lui permettre rapidement d’inverser la tendance.    

Décidément le Chablais vénère la course de montagne ! Après Bernex et sa mythique Dent d’Oche le 24 juin dernier, voilà que c’est au tour de Morzine de séduire leurs adeptes, ceux qui n’ont jamais succombé aux sirènes du trail.
Le 13ème opus de la Crève-Cœur leur permettra ainsi d’arpenter ce dimanche 8 juillet la Pointe de Ressachaux (2173m). Petite sœur et voisine des Hauts-Forts (2466m), elle ne s’en laisse néanmoins pas aborder facilement, ses accès n’ayant rien à envier en effet à ceux du toit du Chablais.

Un km vertical bis
La pente est encore bien plus redoutable qu’à « la Bec », et au contraire de celle-ci, on rentre immédiatement dans le vif du sujet. Alors que dans la commune du Pays de Gavot une route asphaltée de 3,5km précède le sentier, seuls 600m de bitume font guise d’introduction avant l’effrayant « dré dans l’pentu ».
D’ailleurs sans ce prélude, sans aussi la descente de 410m de dénivelée, cette équipée sauvage s’apparenterait sérieusement à un véritable km vertical, l’ascension avoisinant les 3,1km, soit par rapport au Môle et à Manigod, respectivement 1km et 300m de moins.
La Crève-Cœur est concoctée sous l’action conjuguée d’un triple partenariat :
– Le Club Alpin Français du Haut-Chablais Morzine que préside aujourd’hui ce talentueux athlète qu’est Alain Premat.
– La Daille ou faucheurs de Ressachaux, qui foinent à la main, en renouant avec les gestes d’autrefois.
– Le Secours en Montagne Morzine-Avoriaz-Montriond.

Un alpage, une vie
Apparemment, le nom de cette compétition évoquerait son âpreté. En réalité, il n’en est rien, son appellation faisant référence à l’unique source, glaciale, qui jaillit à 1857m à l’aplomb de la Pointe de Ressachaux. Point d’eau qui servait jadis à alimenter les paysans qui grimpaient à l’alpage du Creux, situé à 1750m.
A travers cette estive, les alpagistes fauchaient le foin puis le stockaient dans de minuscules granges dénommées bôts. En plein hiver, ils le descendaient sur des luges spécialement conçues pour transporter les meules. Le 2 février 1992, le célèbre Morzinois Arthur Richard trouva ainsi la mort en reconstituant cette descente d’antan, son corps s’écrasant sur un arbre. Né en 1929, il devint aveugle dès l’âge de 18 ans à la suite d’un accident, ce qui ne l’a pas empêché de faire preuve de dextérité avec ses mains, étant à la fois masseur-kinésithérapeute et artisan, restaurant les chalets de montagne menaçant de s’écrouler ou fabriquant des meubles.
Depuis 1999, l’eau de cette source est acheminée vers un bachal édifié sur l’alpage des Creux, et ce pour le plus grand bonheur des nombreux randonneurs qui lui rendent visite à la Belle Saison, sans oublier les fidèles de la… Crève-Cœur !

Une nouvelle dimension
Lors des 11 premiers millésimes, la manifestation avait un caractère non-officiel, leurs dirigeants ne cherchant pas trop à éventer leur rendez-vous, engendrant par la même une participation confidentielle, s’élevant bon an mal an à une quarantaine de coureurs. Nul n’était surpris dans ce contexte de remarquer que la Vallée d’Aulps était le principal pourvoyeur d’athlètes.
Cette escapade n’en était pas moins fréquemment relevée par la présence de redoutables dévoreurs de pente. A l’instar du Chablaisien valaisan Alexis Gex-Fabry, champion d’Europe 2002 de course en montagne, qui détient le record de l’épreuve porté à 50’33 en 2007 ; du Ballavaud Daniel Challande (2ème performance en 54’15 en 2009) ; de l’Eviannais Franck Vulliez (3ème performance en 55’49 en 2004) ; du Bernoland Alain Gillet (1er en 57’10 en 2003) ; ou encore du Riverot Yannick Buffet (3ème en 2007).
L’an passé, les architectes morzinois, au premier rang desquels on retrouve l’énergique Alain Premat, passent à la vitesse supérieure. Ils prennent en effet la décision d’inscrire leur événement dans le calendrier de la FFA, intégrant concomitamment le prestigieux Challenge Oxygène des courses de montagne. La raison ? Donner enfin un coup de fouet à l’affluence quelque peu clairsemée, en drainant enfin un public d’allochtones.
Hélas, ce challenge ne parvient pas à doper le cru 2011, 57 avaleurs de cime, soit une quinzaine de plus seulement qu’à l’accoutumée, prenant le départ, et ce en dépit du label Everest qui lui est octroyé, rapportant ainsi le double de points à l’exemple de trois autres manches. L’emprise tentaculaire du trail, la concurrence représentée le même week-end par la Feigéroise et la Montée des Cascades n’expliquent pas tout. En vérité, cette fréquentation moyenne illustre la difficulté pour une nouvelle course de montagne, discipline qui aura connu un incontestable reflux ces ultimes saisons, de s’imposer dans le calendrier.
Le chiffre de participation est cependant en progrès et comprend pour la première fois moult athlètes émanant du sérail départemental. A l’image de l’inoxydable René Amoudruz, victorieux à 53 ans en 56’05, des frères Denis et Gilles Farina, de Jean-Claude Gentzik, Fabrice Morat, Marc Peoch, Suzanne Perche et autre Daniel Vanel.
De quoi rasséréner l’escouade dirigeante. D’autant plus que la Crève-Cœur dispose de multiples cartes maîtresses qui finiront bien par payer : atmosphère chaleureuse, authenticité d’une course de montagne, parcours intégralement nature, panorama de premier ordre.
Plus que jamais, l’avenir lui appartient, comme une évidence !

François Vanlaton


PARCOURS :

– Longueur : 5,1km.
– Dénivelée positive : 1200m.
– Dénivelée négative : 410m.
– Départ : place de l’église à Morzine (960m).
– Arrivée : Le Creux (1750m).

Pendant 600 mètres, on emprunte une route goudronnée qui gagne le hameau des Udrezans (1220m).
De ce lieu-dit, commence le monotrace qui monte en forêt sur une pente des plus cauchemardesques.
Vers 1600m, le single-track fait un court instant relâche, grimpant moins rudement.
Puis il parvient vers 1720m dans une vaste combe où sont disséminés une myriade de granges : Le Creux (km2,5 à peine).
A partir de 1800m, l’itinéraire se redresse de nouveau. On s’élève ensuite sur une panoramique et superbe crête surplombant la Vallée de la Manche.
La quittant, on aboutit rapidement à la Pointe de Ressachaux. En réalité, on laisse le sommet à main droite pour le contourner à 2160m (km3,7).
Enfin, démarre la descente sur une croupe herbeuse des plus escarpées, traversant beaucoup plus bas une végétation d’aulnes verts avant de franchir la ligne à 1750m sur l’alpage du Creux (km5,1).
FV


PALMARES :

2000 :
Scratch :
– 1er : Hubert Gaillard (Montriond) en 56’29.
– 2ème : Benoît Feuquières.
– 3ème : Jean-François Premat.
Femmes :
– 1ère : Léa Jovignot (Le Biot).

2001 :
Scratch :
– 1er : Hubert Gaillard (Montriond) en 56’42.
– 2ème : Martial Premat.
– 3ème : Alain Premat.
Pas de femmes.

2002 (parcours amoindri en raison du mauvais temps, l’ascension de la Pointe de Ressachaux étant supprimée) :
Scratch :  
– 1er : Antoine Gaydon (Morzine) en 47’56.
– 2ème ex aequo : Hubert Gaillard et Alain Premat.
Femmes :
– 1ère : Delphine Desalmand (Arenthon).

2003 :
Scratch :
– 1er : Alain Gillet (Bernex) en 57’10.
– 2ème : Antoine Gaydon.
– 3ème : Jean-François Premat.
Pas de femmes.

4 juillet 2004 :
Scratch (41 classés) :
– 1er : Franck Vulliez (Evian-les-Bains) en 55’49.
– 2ème : Ludovic Cande.
– 3ème : Alain Premat.
Femmes (2 classées) :
– 1ère : Chantal Reboud en 1h21’59.

2005 :
Résultats introuvables !

2006 :
 Scratch :
– 1er : Frédéric Peillex (Morzine) en 57’07.
– 2ème : Sébastien Baud.
– 3ème : Alain Premat.
Femmes :
– 1ère : Agnès Bardy (Morzine) en 1h17’50.

2007 (parcours légèrement plus long, atteignant le sommet même de la Pointe de Ressachaud par une trace vertigineuse) :
 Scratch :
– 1er : Alexis Gex-Fabry (Suisse, Collombey) en 50’33.
– 2ème : Frédéric Peillex.
– 3ème : Yannick Buffet.
Femmes :
– 1ère : Véronique Fillon (Morzine) en 1h11’22.

1488291395.5384animation3 - PRESENTATION DE LA CREVE-CŒUR / 08-07-12

13 juillet 2008 (parcours diminué en raison d’une médiocre météo, l’ascension de la Pointe de Ressachaux étant supprimée) :
Scratch (27 classés) :
– 1er : Frédéric Peillex (Morzine) en 41’53.
– 2ème : Sébastien Baud.
– 3ème : Alain Premat.
Femmes (2 classées) :
– 1ère : Véronique Fillon (Morzine) en 50’39.
Résultats complets :
Ils sont mis en ligne sur le site Web du Club Alpin Français (CAF) du Haut-Chablais Morzine :
http://www.cafmorzine.com/creve_coeur_individuelle_2008.htm

12 juillet 2009 :
Scratch (41 classés) :
– 1er : Daniel Challande (Bellevaux) en 54’15.
– 2ème : Sébastien Baud.
– 3ème : Antonin Guigonnat.
Femmes (7 classées) :
1ère : Véronique Fillon (Morzine) en 1h13’52.
Résultats complets :
Ils sont mis en ligne sur le site Web du CAF du Haut-Chablais Morzine : http://www.cafmorzine.com/crevecoeur2009individuel.htm

4 juillet 2010 :
Scratch (41 classés) :
– 1er : Frédéric Peillex (Morzine) en 58’22.
– 2ème : Antonin Guigonnat en 1h00’02.
– 3ème : Jean-Charles Baud en 1h01’06.
Femmes (6 classées) :
1ère : Véronique Fillon (Morzine) en 1h15’28.
Résultats complets :
Ils sont mis en ligne sur le site Web de « Nico La Clusaz » :
http://www.nicolaclusaz.com/wp-content/uploads/2012/07/Crève-coeur1.pdf

10 juillet 2011 :

Scratch (57 classés) :
– 1er : René Amoudruz (Taninges) en 56’05.
– 2ème : Martial Premat en 56’50.
– 3ème : Frédéric Peillex en 57’26.
Femmes (11 classées) :
– 1ère : Véronique Fillon (La Côte-d’Arbroz) en 1h12’40.
Résultats complets :
Ils sont mis en ligne sur le site Web du CAF du Haut-Chablais Morzine :
http://www.caf-haut-chablais.fr/sites/default/files/crevecoeur2011.pdf


INFOS PRATIQUES :

Une course et deux randonnées :
La course :
– La Crève-Coeur : 5,1km pour 1200md+ et 410md-.
Les deux randonnées :
Raid
par équipe de trois à six personnes comprenant au moins un jeune de moins de 16 ans : 5,1km pour 1200md+ et 410md-, empruntant le parcours de la Crève-Coeur.
– Mini-Raid
par équipe de trois à six personnes comprenant au moins un jeune de moins de 16 ans : 2,9km jusqu’au Creux.

Un challenge :
Le Challenge Oxygène des courses de montagne
(22 manches) dont la Crève-Coeur constitue la 12ème étape.
Site Web : http://www.oxygene74.com/#

Réglementation :
– Bâtons : interdits.

Inscriptions :
– Courrier électronique : Alain Premat
, président du Club Alpin Français (CAF) du Haut-Chablais-Morzine : alainpremat@yahoo.fr
– Courrier postal : Alain Premat, 107, route de La Mernaz 74110 Morzine.
– Sur place jusqu’au samedi 7 juillet à 17h : office de tourisme de Morzine.
– Téléphone : 
office de tourisme de Morzine au 04-50-74-72-72.
– Jour J : sous la halle, place de l’église, à Morzine.

Montants :
– Adultes et cadets (Course, Raid et Mini-Raid chronométrés) : 18 euros.
– Jeunes de moins de 16 ans (Raid et Mini-Raid chronométrés) : 10 euros.
– Jour J : 2 euros de majoration.

Départs :
Lieu : place de l’église à Morzine.
Horaire :
– Course : 9h30.
– Raid et Mini-Raid chronométrés : 8h30.

Arrivée :
– Lieu : Le Creux, une fois effectuée l’ascension de la Pointe de Ressachaux. De cet alpage, chacun redescend à Morzine.
– Repas : 12h30.
– Remise des prix : 14h sous la halle, place de l’église, à Morzine.

Renseignements complémentaires :
– Plaquette : 
Plaquette : Crève-Coeur 2012
– Site Internet du CAF du Haut-Chablais Morzine :
http://www.cafmorzine.com/crevecoeur2012.pdf


PORTRAIT D’ALAIN PREMAT, FIGURE DU CLUB ALPIN FRANÇAIS DU HAUT-CHABLAIS MORZINE ET PRINCIPALE CHEVILLE OUVRIERE DE LA CREVE-CŒUR

Né le 29 novembre 1981, authentique enfant de Morzine, Alain Premat, est avant tout un remarquable skieur-alpiniste comme en témoignent ses performances sur la Pierra Menta : 14ème en 2005, 11ème en 2006 et 2007, 22ème en 2008, 17ème en 2009. En 2007, il intègre pour ne plus le quitter le Groupe Excellence Ski-Alpinisme de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne, l’élite du Club Alpin Français (CAF) en substance, placée sous la tutelle de Jean-François Grandidier, pivot du Trail d’Albertville.
Et puis les 16 et 17 mars 2010, c’est l’apothéose, en relevant avec son frère Jean-François, de six ans son aîné, et son pote morzinois Sébastien Baud, 32 ans, un défi vieux d’un an et demi  ! Tous trois sont en effet parvenus à relier à ski le Lac Léman, précisément depuis la commune frontalière de Saint-Gingolph, au sommet du Mont-Blanc en moins de 24h. Et ce à l’occasion de leur deuxième tentative après avoir été stoppés par d’exécrables conditions météorologiques en mars 2009. Cette formidable épopée aura atteint 110km pour une hallucinante dénivelée de 11000m, trois tronçons totalisant 32km ayant été effectués en ski roues afin de sillonner les fonds de vallée.
C’est à 12h le mardi 16 mars 2010 que les Morzinois ont pris leur envol pour fouler le toit de l’Europe le lendemain à 11h, soit 23h et 10’’ de périple ! Tout au long de leur prouesse, les trois hommes ont toujours été dans leurs prévisions, voire même en avance, illustrant ainsi leur parfaite préparation physique et mentale. Déférence !
Et le 2 avril 2011, cet héroïque trio a remis le couvert, rendant cette fois-ci caduc le précédent record sur la mythique traversée Chamonix-Zermatt en ski-alpinisme. En 18h50’29, ils font passer de vie à trépas le précédent fait d’armes accompli le 6 avril 2010 en 20h28’05 par Laurent Fabre et Yann Gachet.
Les dimensions pantagruéliques de cette sidérante gageure (110,2km pour 8400m de dénivelée) ne les auront nullement effrayés, en excellents montagnards et compétiteurs qu’ils ont toujours été.

Montagne, trail et route
Pareillement, ce menuisier et moniteur de ski excelle en course de montagne. C’est en 2011 qu’il atteint son acmé dans cette discipline, le Challenge Oxygène tombant dans son escarcelle chez les seniors après avoir disputé neuf de ses manches dont les résultats figurent ci-dessous (1). Son triomphe, il le doit essentiellement à son éblouissante fin de saison, marquée le 9 octobre par son coup d’éclat à la Perjusienne où il s’avouera vaincu pour deux microscopiques secondes dans le sprint final qui l’oppose au redoutable Pierre Chauvet, lauréat. Une course-poursuite menée de main de maître par Alain, second sans discontinuer avec un écart sur l’homme de tête variant entre 30 et 150m, avant de revenir dans le dernier km.
Indubitablement, le fait d’avoir mis entre parenthèses le trail longue distance et l’ultra lui aura permis de gagner en tonicité d’où une kyrielle d’exploits en course de montagne. Exploits qui ne sont pas étrangers avec la prise en charge, à l’automne 2010, de ses entraînements par le renommé Jean-Louis Bal, devenant ainsi l’un des cinq skieurs-alpinistes coachés par le Favergien. Dommage toutefois qu’il ne prenne pas une licence FFA qui lui ouvrirait les portes du Championnat de France !
Cette saison, il entend bien continuer sur sa lancée, ayant déjà pris part, avec des fortunes diverses, à trois compétitions : Grimpée du Ruisseau (8ème en 1h17’16 contre 11ème en 1h19’58 en 2011) ; Assaut des Mémises (3ème en 49’33 contre 4ème en 48’20 en 2009, record personnel) ; Course de la Dent d’Oche (9ème en 59’34 contre 57’21 en 2011, record personnel).
Par ailleurs, son meilleur chrono sur les six millésimes concourus au Km Vertical de Fully intervient en 2006 en 35’45, synonyme de 17ème place. En 2010, il manquera à 6’’ près de l’égaler (27ème).
D’autre part, c’est aux Aiguilles Rouges qu’il étrenne le 30 septembre 2007 le trail longue distance. Le résultat va bien au-delà de ses espérances puisqu’il échoue au pied du podium, à 1’08 de l’ultime marche, celle-ci revenant à Christophe Jacquerod en personne. L’année d’après sur la même épreuve, il s’adjugera la 6ème position, à 5’18 de la caisse. Toujours en 2008, on observera son 17ème rang sur le Maratrail de Faverges en 4h36’04. Deux ans plus tard, il décrochera le bronze sur le 42km des Hauts-Forts.
Par la suite, ses prestations seront à l’avenant, y compris sur des formats plus courts. Comme en atteste sa place de dauphin au 35km des Allobroges 2010, à 2’11 du lauréat Lionel Mathieu, également sa 5ème position au 21km des Hauts-Forts 2011, enfin son 6ème rang au Bélier 2011 en 2h00’50, gagnant 5’15 au regard du cru 2010. En revanche après sa capitulation sur l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, opus 2009, il renonce sine die à la très longue distance.

Côté cour, côté coulisses
Sociétaire du Team Sport 2000 Anthy-sur-Léman, cet invétéré montagnard n’en oublie pas pour autant sa pointe de vitesse qu’il cherche à bonifier. Ses deux succès en 2009-2010 sur le Cross des Hermones témoignent de l’étendue de son potentiel, l’absence de relief ne lui apparaissant nullement rédhibitoire. Et sur 10km, il hisse son temps référence, le 19 novembre dernier à Annemasse, à 33’47, en dépit d’un terrain de jeu morzinois peu propice aux entraînements roulants.
En dehors du VTT, on remarque encore le Haut-Savoyard dans les coulisses de deux courses de montagne où il se révèle comme un maître d’oeuvre hors pair en tant que président du CAF du Haut-Chablais Morzine. Au premier chef sur la Crève-Cœur qu’il tient à bout de bras, l’inscrivant en 2011 dans le calendrier FFA pour qu’elle connaisse enfin l’engouement populaire qu’elle mériterait amplement mais qui pourtant lui a fait défaut jusqu’ici.
Enfin, n’occultons pas qu’il a été en 2010 l’un des pionniers du Km Vertical de Nantaux Crazy Idea sur Montriond, commune contiguë à Morzine, où il finit sur l’édition princeps 13ème en 38’01. Perçu comme le plus rapide du circuit français après la Verticale du Grand Serre (Isère), il se disputera cette année le 16 septembre.
Par son talent, par son labeur acharné, par la passion qui l’anime, et ce à travers toutes les activités sportives où il se sera immergé, Alain Premat est, assurément, devenu le modèle à suivre tant pour les générations actuelles que futures !

François Vanlaton

(1)
– Grimpée du Ruisseau : 11ème en 1h19’58.
– Course de la Dent d’Oche : 4ème en 57’21, record personnel (précédent : 59’08 en 2010).
– Montée du Nid d’Aigle : 12ème en 1h42’25.
– 21km du Trail des Hauts-Forts : 5ème en 2h26’00.
– 7km de la Couratt’ de Nyon : 3ème en 53’07 (record personnel en 51’54 en 2010).
– Bélier : 6ème en 2h00’50, record personnel (précédent : 2h06’05 en 2010).
– Grimpée Chedde – Les Ayères : 3ème en 1h19’24.
– Grimpée du Pays Rochois : 5ème en 52’18.
– Perjusienne : 2ème en 42’47, à 2’’ du lauréat Pierre Chauvet.

 

1488291395.5384animation3 - PRESENTATION DE LA CREVE-CŒUR / 08-07-12
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events