TPSinfos

PRESENTATION DU TRAIL DE FAVERGES : ORGANISATION (1ER VOLET) / 15-06-13

QUAND FAVERGES FAIT SA REVOLUTION !

Indubitablement, 2013 marque l’entrée d’une nouvelle ère pour le Trail de Faverges. Tandis que le 42km se réapproprie le label TTN, son petit frère du 28 voit son parcours presque totalement refondu. Ce qui, loi de la nature oblige, nécessitera pour les organisateurs de l’Espérance Favergienne de dégoter une nouvelle date pour 2014. 

Devant l’impitoyable concurrence sévissant dans le milieu des courses hors stade, les architectes du rendez-vous favergien n’auront jamais cessé de se remettre en question. A la sclérose et à l’autosatisfaction, ils opteront résolument pour le mouvement et l’innovation.

TTN
Ainsi, faisant fi des innombrables critiques, souvent acérées, envers la mainmise de la FFA sur le trail, Christian Bailly, connue pour être la figure tutélaire de cette manifestation, a d’emblée misé sur la carte maîtresse du TTN. Surgi en 2008, celui renferme immédiatement le 40 bornes de Faverges qui par ricochet devient un maratrail, minimum requis pour décrocher le jackpot.
Bis Repetita en 2010 au moment de la création du TTN court qui d’entrée intégrera le 28km favergien, Christian mesurant l’extraordinaire ascendant du format light sur la communauté des trailers.
Seul problème et il n’est pas mince, si le 28 en tira bénéfice, cela se fit au détriment du maratrail qui, lui, perdit en qualité et en dynamique, l’effet TTN jouant à plein.
Cette nouvelle tournure allait entraîner un reflux de la participation en 2011 (204 inscrits en moins en regard du millésime précédent), à vrai dire, le premier constaté depuis l’éclosion de cette épopée en 2001, et qui sonnera comme un avertissement, si ce n’est un coup d’arrêt. Pour Gaëlle Warczareck, âgée de 30 ans, qui en décembre 2010 avait repris le flambeau à la tête de l’équipe managériale, il n’était pourtant pas question de baisser les bras. Au contraire, l’heure était à la mobilisation générale et aux réformes structurelles.

Métamorphose
2012 vit ainsi l’entrée en lice d’un nouveau partenaire, en l’occurrence la marque néo-zélandaise Icebreaker qui se substitua à l’Helvète Odlo. Parallèlement, Gaëlle et son escouade concoctèrent une nouvelle compétition sur le parcours du Maratrail à travers un séduisant relais à deux. Preuve de son opportunité, celui-ci connaîtra un vif succès avec l’engagement de quelque 57 binômes, ce qui amena les chevilles ouvrières favergiennes à renouveler l’expérience. Au final, l’irruption du relais permit à l’affluence de repartir à la hausse, le cru 2012 enregistrant 1094 concurrents contre 969 en 2011.
En réalité, ces réformes, aussi importantes soient-elles, présageaient des bouleversements encore plus profonds qui allaient révolutionner le Trail de Faverges. Il s’agissait de valoriser concomitamment les deux épreuves, la longue et la courte, et non plus, comme cela se faisait jusqu’alors par l’octroi du TTN, une seule au dépens de l’autre.
Concrètement, on redonna du lustre au maratrail, quelque peu dévalué depuis trois éditions, celui-ci retournant cette année dans le giron du TTN après l’avoir été en 2008-2009. Première étape d’un mouvement en deux temps.
Ensuite, il fallait trouver la parade qui permettrait au 28 bornes de sauvegarder son attractivité, du moins pour la masse, l’élite nationale risquant de déserter la compétition en raison de la perte du label TTN au profit du maratrail.

Tétras lyre
Les maîtres d’œuvre dénichèrent alors un nouveau périple pour le 28km, à la fois plus alpin, plus intime, plus sauvage, plus reculé, plus esthétique, et cerise sur le gâteau, embrassant un panorama encore plus somptueux sur ce joyau qu’est le Lac d’Annecy. Un périple qui en même temps ferait oublier l’interminable route pastorale empierrée joignant la station de la Sambuy à l’alpage de l’Aup de Seythenex, où se mêlaient jusqu’à maintenant et dans une sorte de maelstrom les deux cohortes du 42 et du 28. Un périple que ses géniteurs s’empressèrent de baptiser, joliment d’ailleurs : « Le Trail des Sources du Lac », long de 29km et accusant un différentiel de 1400m.
Restait à obtenir l’aval de la préfecture, mais au préalable celui des autorités du Parc Naturel Régional des Bauges, fondé en 1995 et partenaire du Trail de Faverges qui emprunte à 80% environ des zones du réseau européen « Natura 2000 » (1).
Le 8 octobre 2012, le Parc, par la voix de Jean-François Lopez, chargé de mission Biodiversité et responsable du Pôle Patrimoines dans l’équipe technique, émit aussitôt une objection, le parcours proposé traversant à 1535m le lieu-dit « Le Plan de France » (km13,7). Un site qui n’est pas banal puisqu’il abrite une population de tétras lyres, cet oiseau magnifique, emblématique de nos massifs alpins, célèbre pour ses parades nuptiales printanières et surnommé encore le petit coq de bruyère.
Pour ce scientifique, si les trailers pouvaient arpenter ce secteur, il était en revanche hors de question qu’ils le fassent en mai-juin, précisément au moment de la couvaison et de l’élevage des jeunes. La nuisance serait d’autant plus forte que les tétras lyres y sont peu nombreux.

Exemplarité d’un accord
Aussi, il demanda aux organisateurs de dénicher une autre date, et en cas de réponse négative de ceux-ci, de revenir au tracé initial. Magnanime, Jean-François Lopez accorda une dérogation pour cette année à condition que les responsables du trail s’assurent bien que les compétiteurs ne couperont pas le sentier et passeront en silence.
Sans entraves, Gaëlle Warczarek et ses amis dont Christian Bailly, toujours sur la brèche à 64 ans, avalisèrent ce compromis, s’engageant :
– A renforcer, pour l’édition 2013, la prévention et la vigilance sur « Le Plan de France », en y faisant converger moult bénévoles et en y multipliant les panneaux de mise en garde.
– A faire disputer, à partir de l’édition 2014, le Trail de Faverges en juillet, vraisemblablement le premier samedi.
In fine, ce modus vivendi illustre d’abord les excellents rapports entre le Parc et l’organisation du Trail de Faverges. Deuxio, il nous montre que protection des écosystèmes et sport peuvent parfaitement faire bon ménage. A condition bien sûr que chacun y mette du sien, les environnementalistes en ne versant pas dans l’intégrisme, les trailers en respectant scrupuleusement Dame Nature.
« Oser, c’est encore le meilleur moyen de réussir ». Voilà une maxime qu’ont sans doute fait sienne les Favergiens au vu de leur inventivité et du record de participation sur ce 13ème opus, 1257 athlètes ayant paraphé leur engagement contre 1094 l’an passé, se décomposant de la manière suivante : 524 sur le Maratrail (contre 401 en 2012), 609 sur le 29km (contre 579 en 2012), enfin 124 sur le relais à deux (contre 114 en 2012).
De toute évidence, le travail accompli un an durant par les quinze membres des six commissions (bénévoles et animation, communication, informatique, parcours, partenaires et sécurité), mêlant créativité, esprit d’équipe et persévérance, aura fini par payer (2). De quoi enorgueillir tout le Pays de Faverges et celle qui en est désormais l’une de ses égéries : Gaëlle Warczareck.

1488291395.5384animation3 - PRESENTATION DU TRAIL DE FAVERGES : ORGANISATION (1ER VOLET) / 15-06-13

François Vanlaton

(1) Le réseau « Natura 2000 », institué par une directive européenne remontant à 1992, contraint les 27 Etats de l’Union Européenne à identifier des sites naturels renfermant une faune et une flore exceptionnelles.
(2) Au côté des 15 membres bossant dans les 6 commissions de l’organisation du Trail de Faverges, figurent également des personnes qui apportent un appui occasionnel, en particulier dans la promotion de la manifestation (distribution de dépliants, présence sur les salons) et le repérage des parcours.

.
PHOTOS :

SAMSUNGPréparation de la 11ème édition du Trail de Faverges, 15 mai 2011.
Une partie de l’escouade dirigeante du Trail de Faverges à l’occasion d’une des reconnaissances du parcours qu’elle concocte dans le mois précédent l’évènement.
On reconnaît Gaëlle Warczareck, deuxième personne accroupie en partant de la droite, pour qui ce millésime 2011 sera le premier en tant que coordinatrice de l’organisation.
Cliché de Christian Bailly.

Trail+favergeCe concurrent vient de passer le chalet de la Sarve, niché à 1440m d’altitude et situé au km32 sur le Maratrail.
En toile de fond, le Lac d’Annecy au centre et la Tournette (2351m) à droite.

1488291395.5384animation3 - PRESENTATION DU TRAIL DE FAVERGES : ORGANISATION (1ER VOLET) / 15-06-13
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events