TPSinfos

COMPTE RENDU DE L’IZERNIGHT / 27-10-12

MAIS QUELLE MAREE HUMAINE !

Les brutales intempéries neigeuses balayant ce week-end le Haut-Bugey n’y ont rien fait. La 3ème édition de l’IzerNight aura connu un extraordinaire engouement populaire, dominée aussi par le nouveau coup d’éclat de l’Oyonnaxien Florian Schäfer. Et ce dix jours après avoir été sacré vice-champion du monde amateur d’aquathlon à Auckland, en Nouvelle-Zélande, précisément dans la catégorie des 25-29 ans.

Une fois les lièvres lâchés, Arnaud Huber, l’un des deux architectes de génie avec Laurent Lugand de ce premier trail nocturne départemental, ne pouvait que jubiler devant les chiffres officiels de la participation qui venaient de lui être communiqués : « Avec 734 trailers inscrits contre 571 l’an passé, c’est du jamais vu dans l’histoire de la course nature dans l’Ain, au demeurant après seulement trois épisodes ! Autre satisfaction personnelle, la désastreuse météo aura entraîné la défection de seulement 77 athlètes. Et sans cet impondérable, il est clair que nous aurions certainement crevé le plafond, ayant eu très peu d’engagés le jour J ! »
Le caractère envoûtant des courses nature de nuit, très en vogue à l’heure actuelle (Belley s’y préparerait aussi, affaire à suivre), n’explique pas tout. Le fabuleux rapport qualité prix n’est bien sûr pas étranger à ces chiffres frisant la démesure, preuve de la remarquable organisation, à l’image de cette signalétique qui en dépit du « blizzard » interdisait quasiment tout fourvoiement.

Schäfer en état de grâce
La belle saison, qui pour l’occasion portait si mal son nom, avait été marquée par la maladie de Lime. Depuis, ce diable de Florian Schäfer, âgé de 29 ans, enchaîne les faits d’armes en tout genre, tantôt sur l’asphalte (lauréat à Coligny et Polliat), tantôt chez Dame Nature (victorieux à Belley), sans occulter naturellement son acmé océanienne. Et rien ne lui résiste, pas même les 38h de voyage aller-retour entre la France et la Nouvelle-Zélande, ni encore le double décalage de 11h généré en dix jours, ni enfin cette météo dantesque (température à 0°, brouillard, neige, vent) prévalant sur Izernore ce samedi soir.
Sur un parcours abaissé de 26 à 24km, la coqueluche des runners de l’Ain aura su parfaitement gérer sa chevauchée. Comme à l’accoutumée, serait-on tenté d’ajouter. Parti au triple galop en compagnie des seuls Yannick Chichoux et Lionel Ribeiro, il avalait d’un jet les raidillons, scotchant par là-même ses deux émules.
Cavalant au seuil en vue des Championnats de France de marathon le 4 novembre prochain, le gendarme Ribeiro allait être le premier à laisser filer l’ogre oyonnaxien peu après le 6ème km, préservant tout de même sa 3ème place. Et ce en dépit de la menace constante exercée par ce grand champion qu’est le parapentiste annécien Julien Irilli, 3ème dans cette discipline sur le Red Bull Eléments, le 15 septembre dernier à Talloires.
Pourtant, Schäfer ne prenait aucun risque dans les descentes et autres intersections névralgiques, laissant ainsi revenir à chaque fois le maçon-paysagiste Chichoux, de retour en forme également après une entame 2012 bien laborieuse (4ème il y a une semaine sur les 55km de la Grande Course du Lac). Celui-ci n’en faisait pas moins preuve de lucidité : « Le différentiel de 12’’ qui me sépare de Florian ne doit pas faire illusion. S’il avait livré un combat sans merci, l’écart aurait été certainement de l’ordre de 5’ bien tassées. »

L’opiniâtreté d’une Jurassienne et l’élégance d’une Bugiste
Décidément, les fondeuses doubistes ne repartent jamais bredouilles d’Izernore. Après l’éblouissante victoire l’an dernier sur le 11km d’Anne-Laure Bourgeat (15ème au scratch sur 347 classés), c’est au tour de Claire Durand d’empocher cette fois-ci le pactole. Réussissant ainsi la prouesse de devancer de plus d’1’ ces grandes figures locales que sont Christine Catin et Anne Ruelen qui se contentaient respectivement des seconde et 3ème marches du podium.
Née le 4 décembre 1986 et sociétaire du Club des Skieurs Randonneurs Pontissaliens, cette professeur des écoles, spécialisée dans le trail courte distance qu’elle a étrenné en 2009, n’aura rien lâché lorsque lui est parvenu au km12 le scoop de sa place de leader.
Cette captivante épreuve féminine, Anne Ruelen l’aura magnifiée à quelques encablures du but après avoir rejoint au 18ème km Christine Catin, probablement éreintée par ses incessantes escarmouches avec Durand sur les prémices. Mettant à profit la chute de Catin pour enlever le 18,5km du Trail de la Côtière le 7 octobre dernier, c’est sans l’once d’une hésitation qu’elle lui rendit la pareille, sacrifiant ainsi son statut de dauphine qui lui était sans doute promis.
Mais qui oserait encore affirmer que le fameux « esprit trail » n’est plus qu’à ranger au rayon des souvenirs ?

François Vanlaton pour le compte également de la page sports des éditions de l’Ain du « Dauphiné Libéré », en date du mardi 30 octobre 2012.


3 COLONNES (10,5KM) : SEBASTIEN DENEF ET ANNE VACTHER AU FIRMAMENT !

Bien plus encore que le 24km (273 inscrits), cette course nature aura fait littéralement un tabac (461 inscrits). Parmi les 401 athlètes parvenus dans des conditions apocalyptiques au stade René Jaud d’Izernore où était jugée l’arrivée, on relevait la présence de 127 ambassadrices de la gent féminine, soit près d’un tiers du peloton !
Parmi elles, se détachait irrésistiblement la Belleysane Anne Vacther qui reléguait à 2’19 sa plus dangereuse rivale en la personne de la jeune Charlotte Furnon, licenciée à Ain-Est Athlétisme.
Ayant vu le jour le 17 juin 1979 à Lyon mais originaire du Valromey, la lauréate cavale  uniquement pour le plaisir en ayant pratiqué autrefois le tennis et le ski nordique. Pensionnaire du Belley Sport Pédestre, cette prof d’EPS officiant dans la capitale du Bugey est surtout connue pour être la dulcinée de Roland Vacther, un des deux architectes avec Jean-Pierre Nehr des 11km de Contrevoz, une autre course nature qui, au vu de son engouement populaire, a fait une entrée fracassante dans le calendrier 2012.

Virage à 180° pour Denef
Chez les hommes, quelle heureuse surprise de retrouver le Haut-Savoyard Sébastien Denef sur la plus haute marche du podium alors que la course nocturne lui était inconnue. Raison pour laquelle il démarrait très prudemment, se faisant volontairement éclairer. Ce n’est qu’à l’entame de la première bosse (km3,5) qu’il prenait la poudre d’escampette. N’empêche, ce cavalier seul fut à deux doigts de mal finir lorsqu’à 500m du but il se fourvoya nonobstant l’excellent balisage en place. C’est concomitamment qu’il retrouva le bon chemin et Baptiste Choutkoff, un des meilleurs éléments de la course nature départementale. Tel un gentleman, celui-ci lui concéda le jackpot.
De souche bas-normande, né en effet à Caen le 19 février 1974, « Seb » et sa ravissante épouse Sonia s’installèrent en 2005 en Haute-Savoie où ils rallièrent prestement l’Athlé Saint-Julien 74 (ASJ 74). C’est dans cette prestigieuse escouade qu’il réalisera la plupart de ses records sur piste, en particulier le 3000m steeple qui fut sa grande spécialité. Le 9 juin 2007, lors des Championnats Rhône-Alpes de demi-fond, il portera ainsi sa marque à 9’29’’36, soit le niveau N3.
Aujourd’hui, même s’il n’a pas remisé toutes ses ambitions, il cavale davantage pour le plaisir, ce qui l’a amené à quitter tout récemment l’ASJ 74 afin de rejoindre une autre association des bords de l’Aire : Jogg’Attitude. C’est justement son président-fondateur Patrick Leservoisier, avec qui il bosse dans la blanchisserie de l’hôpital saint-juliénois, qui l’incita à s’aligner sur l’IzerNight, et ce pour un double motif.
D’une part, l’illustre quadra avait été subjugué par ce trail à l’occasion des deux premières éditions où il s’était classé brillamment 12ème et 3ème V1 en 2010 sur le 23km, 7ème et 4ème V1 en 2011 sur le 25km. Par ailleurs, Seb se devait d’affiner sa préparation dans l’optique d’une compétition qu’il disputera le 30 novembre, pareillement de nuit : la 3ème Course du Duc (17,5km entre Reignier et Genève), intégrant tous les cinq ans la manifestation de l’Escalade, et où il avait terminé 4ème en 2007 en 1h01’59.
En cette fin de saison, il se fixe aussi un autre objectif : descendre sous les 34’ sur le 10km des Foulées Annemassiennes alors qu’il a réalisé 35’06 le 23 septembre dernier à Annecy (temps référence en 32’24 à Cherbourg 2005). L’an prochain, il poursuivra ses aventures en trail qu’il a découvert cette saison, s’adjugeant ainsi le 19 août la 3ème place sur le 25km du Trail Omaha Beach à Saint-Laurent-sur-Mer, dans son département du Calvados. En attendant de réintégrer un club FFA, en l’occurrence la Foulée d’Annemasse ou Arve Athlétisme Bonneville Pays Rochois, à moins que ceux-ci ne décident de fusionner…

F.V.


LIONEL RIBEIRO, A LA CROISEE DES CHEMINS

3ème et 3ème senior en 1h45’16 sur le 24km.
2012 aura été marqué par son entrée en fanfare dans la course nature, en particulier sur le Challenge de l’Ain de course en montagne où il se classe 2ème en n’ayant disputé seulement huit manches sur les seize possibles : 1er sur la Montée des Jonquilles à Coligny et l’Escrapade de la Source à Journans ; 2ème aux Eaux l’Ain Piades, 3ème au Cross des Jonquilles à Cuvery-Retord, à la Voie du Tram à Bellegarde-sur-Valserine et donc à l’IzerNight ; 5ème sur la Ronde des Grangeons ; enfin, 9ème sur le Trail du Georgeant.
Il comptabilise ainsi 2688 points, à seulement 624 points du leader Sébastien Calamand qui pour sa part aura concouru quinze épreuves, ce qui bien sûr n’enlève rien à sa victoire, toutes les courses étant prises en compte dans le règlement. Il est clair que si le sociétaire de Pont-de-Vaux 01 Pulsion avait voulu jouer la gagne, il l’aurait facilement emporté.

La 6000D au menu
Mais étant donné le nombre d’étapes à honorer, celui qui aura 33 ans le 21 novembre prochain ne le regrette pas et n’a d’ailleurs nullement l’intention de le concourir en 2013, ayant d’autres objectifs en tête, au premier chef s’immerger dans la course nature. Si on le reverra encore dans l’Ain (par exemple à Coligny, Douvres, Journans…), il souhaite basculer sur le trail longue distance, ayant notamment en ligne de mire la légendaire 6000D qui célèbrera son 24ème opus le 27 juillet. Afin de dompter ses 63km (soit trois bornes de plus) ainsi que ses 4000m de dénivelée positive et autant en négatif, il ira début juillet sur l’Ile de Beauté avec son pote Sébastien Charnay arpenter le fameux GR20, et ce en quatre jours.

Record en vue
Mais le gendarme burgien n’en oubliera pas pour autant la route qui est sa discipline de base, comptant bien s’aligner sur le 10km de Bourg-en-Bresse (9 mars) et le Marathon International du Grand Toulouse, servant de support aux Championnats de France (27 octobre).
Auparavant, il tentera, à l’occasion de ces même France disputés ce 4 novembre sur le parcours Nice-Cannes, d’abaisser sa marque portée à 2h36’48 le 25 septembre 2011 à Berlin. Parti jeudi avec sa famille, il y retrouvera ses coéquipiers Sébastien Charnay et Cécile Mey qui essaieront, eux aussi, d’abattre leur temps référence établi à Berlin 2011 : 2h22’09 pour le premier, 3h09’44 pour la seconde qui visera ainsi les 3h04. A l’instar de Lionel, eux également ont quitté l’Ain jeudi pour s’y rendre en famille.
En grande forme après son nouveau record sur semi intervenu le 7 octobre dernier lors des France à Nancy (1h13’43 contre 1h17’05 le 24 février 2008 à Cannes), le fils de José a en tout cas toutes les cartes en main pour satisfaire ses ambitions.

F.V.


BREVES :

Parcours :
Vu les conditions climatiques dantesques, les deux principales chevilles ouvrières que sont Arnaud Huber et Laurent Lugand auront opportunément réduit les deux parcours. Le 26km a ainsi vu sa distance s’abaisser de deux bornes, ce qui engendra la suppression des deux bosses entre le 12ème et 18ème km. D’autre part, 500m furent enlevés au 11km.

Serge Rapy sur tous les fronts :
A n’en pas douter, le don d’ubiquité est l’une de ses plus grandes qualités. Tenant absolument à disputer le grand format, Serge achèvera son périple en 2h28’28. Classé 143ème au scratch, il échouera, hélas, au pied du podium V3, à seulement 35’’ d’Yves Degas (Corcy Endurance).
La fatigue et le froid à peine dissipés, il n’était cependant pas question de musarder ! Bloc-notes et stylo à la main, il ira très vite s’enquérir, méthodiquement il va sans dire, des prestations des lauréats afin de concocter, en tant que correspondant au « Progrès » pour la course à pied dans l’Ain, un de ces merveilleux papiers dont il a le secret et qui fera le bonheur de ses innombrables fans.
En réalité, Serge porte depuis longtemps cette double casquette, à l’exemple cette saison du Semi-Marathon de Bourg-en-Bresse (qu’il boucle en 1h43’15), de Courir en Bugey (53ème et 4ème V3 en 1h25’11 sur le 16km) ou encore de la Voie du Tram (86ème et 6ème V3 en 1h28’38).
Né le 22 juin 1948, Serge a été un remarquable athlète sur route. Le 8 mai 1990 à Bourg-en-Bresse, alors qu’il endossait les couleurs de l’Entente Athlétique Bressane, il établissait son record sur marathon en 2h32’40. En 1987, il remportait la 3ème édition de la Montée du Fort du Mont, bien connue des Albertvillois.
Aujourd’hui, il court pour le fun pour reprendre la formule consacrée, ayant rallié en 2006 Ambérieu Marathon, le club phare de la course nature dans le 01.

Soutien de Vincent Faillard :
Pour la seconde année consécutive, l’IzerNight était parrainé par Vincent Faillard, 33 ans, originaire du village de Chevillard niché sur le Plateau de Retord, connu comme l’un des meilleurs raideurs hexagonaux.
Les 14 et 15 avril derniers dans le Vaucluse, après 20h08 d’efforts violents, le Team Lafuma Vibram où il figurait en compagnie de Fanny Frechinet et Benoît Peyvel a remporté en mixte la 1ère édition, au demeurant très relevée, des Championnats de France des raids. Parallèlement, son escoude finissait 3ème au scratch.

Yannick Chichoux :
2ème et 2ème senior en 1h41’01 sur le 24km.
Après avoir enlevé en 2011 le Challenge de l’Ain de course en montagne, le Bas-Bugiste, âgé de 32 ans et résidant à Artemare, souhaitait cette saison franchir un pallier en étrennant le Trail Tour National (TTN) court. Hélas, des pépins physiques auront eu raison de ses ambitions. Au final, il ne s’alignera que sur deux manches : le Trail Drôme Lafuma et Cap Aubrac où il se classera respectivement 36ème et 10ème.
En conséquence, il s’est rabattu sur le grand format qu’il découvrait, excepté toutefois la Grande Course du Lac concourue en 2010 où il avait dû capituler à 5km du but, faute d’une gestion alimentaire idoine. In fine, l’expérience s’est révélée concluante comme en attestent les prestations suivantes : 1er sur le 42km de la Promenade du Bûcheron, 4ème à la fois sur le Trail des 4 Châteaux et la Grande Course du Lac.
N’oublions pas non plus son excellent chrono sur le Semi-Marathon de Provence Lubéron, disputé le 7 octobre (non classant et non qualificatif) : 1h15’09, soit second à 11’’ du vainqueur.
L’an prochain, celui qui porte les couleurs d’Ambérieu Marathon et du Belley Sport Pédestre jouera sur trois tableaux : les diverses manches de cross-country qualificatives pour les Championnats de France ; le TTN court ; enfin, le trail long, à l’instar du Tour des Glaciers de la Vanoise. En attendant, il s’alignera le 18 novembre sur son 10km initiatique, en l’occurrence celui de la Foulée Vénissiane.

1488291395.5384animation3 - COMPTE RENDU DE L’IZERNIGHT / 27-10-12

Sébastien Calamand :
37ème et 22ème senior en 2h03’26 sur le 24km.
« Seb » aura totalement raté sa course, sa frontale lui jouant de bien mauvais tours jusqu’au 12ème km. Il n’en remporte pas moins le Challenge de l’Ain de course en montagne, 13ème du nom, auquel il est fidèle depuis deux ans (3ème en 2010, 4ème en 2011). A vrai dire, seule une place en dehors du top 40 conjuguée à un succès de Lionel Ribeiro sur cet IzerNight l’aurait empêché de le faire tomber dans son escarcelle.
Né le 7 juin 1973 à Oyonnax et résidant à Samognat, commune résidentielle de 650 âmes à 9km de la capitale de la Plastics Vallée, Sébastien n’a épinglé le dossard qu’en 2009. Professeur des écoles à Bellignat, dans l’agglomération oyonnaxienne, dépourvu de club, il ne fréquente que les coures nature de son département. Seule entorse à ce rituel, sa participation, le 29 juillet dernier, au 30km du Quechua Tour des Fiz où il finira 46ème et 29ème senior.
Progressant sensiblement à compter de l’automne 2011, le Haut-Bugiste a su enfin maîtriser la longue distance, se classant cette saison 13ème et 9ème senior sur le Trail des 4 Châteaux (46,5km), et ce après avoir abdiqué au km22 lors de la précédente édition.

Denis Bousquet :
135ème et 2ème V3 en 2h25’18 sur le 24km.
Une année exceptionnelle pour cet athlète qui aura fêté ses 63 ans au surlendemain de l’IzerNight. C’est sa faculté à enchaîner les compétions les plus diverses, d’un 10 bornes sur route à un km vertical, d’une course nature à un ultra, qui frappe d’abord les esprits. Principalement, il a surtout été observé sur le Challenge de l’Ain de course en montagne ainsi que le trail long et l’ultra.
Sur ledit challenge, il aura pris le départ de pas moins de dix épreuves sur les seize réalisables, avec à la clef une 9ème position au scratch et le faîte chez les sexagénaires. Mais c’est bien dans les aventures au long cours qu’il aura été le plus impressionnant. Qu’on en juge :
– 4 mars, Trail de Vulcain (72km) : 98ème sur 237 classés (4ème V3 sur 4 classés) en 10h31’58.
– 15 avril, Beaujolais Villages Trail (54km) : 96ème sur 108 classés (3ème V3 sur 3 classés) en 8h29’20.
– 19 mai, Promenade du Bûcheron (100km) : 2ème sur 15 classés (unique V3).
– 24 juin, Grand Duc de Chartreuse (80km) : 56ème sur 107 classés (2ème V3 sur 2 classés) en 15h01’44.
– 15 juillet, Ice Trail Tarentaise (65km) : 106ème sur 143 classés (unique V3).
– 30 août, Sur les Traces des Ducs de Savoie (112km) : abandon à Bourg-Saint-Maurice (km47) après 7h42’30 de course, occupant alors la 493ème position.
– 21 octobre, Grande Course du Lac (55km) : 44ème sur 91 classés (unique V3) en 6h06’12.
Demeurant dans le Revermont à Jasseron, Denis est à la fois pensionnaire du club FFA de l’Entente Athlétique Bressane, ainsi que de Not Dead But Bien Raid, association d’adeptes des sports nature basée à Bourg-en-Bresse.

F.V.


RESULTATS DES PREMIERS :

– IzerNight (24km) :
Scratch
(273 inscrits, 256 partants, 240 classés, 16 abandons) :
– 1er et 1er senior : Florian Schäfer (Triath’Spiridon Oyonnax, Team Run Alp Bourg-en-Bresse et Schäfer Coaching) en 1h40’49.
– 2ème et 2ème senior : Yannick Chichoux (Ambérieu Marathon et Belley Sport Pédestre) en 1h41’01.
– 3ème et 3ème senior : Lionel Ribeiro (Pont-de-Vaux 01 Pulsion) en 1h45’16.
– 4ème et 4ème senior : Julien Irilli (Club Alpin Français d’Annecy) en 1h45’28.
– 5ème et 1er V1 : Alain Petit (Evasion Tonic Montrevel) en 1h47’06.
– 6ème et 1er V2 : Christian Odobez (Pratz) en 1h49’31.
– 7ème et 2ème V1 : Jean-Luc Ray (Triathlon Ambérieu-en-Bugey) en 1h50’15.
– 8ème et 5ème senior : Ludovic Pillon (Saint-Rémy) en 1h50’18.
– 9ème et 6ème senior : Gérald Carraz (Champfromier) en 1h50’51.
– 10ème et 3ème V1 : Noël Modoux (Lacets du Lizon) en 1h51’14.
Femmes (33 classées) :
– 1ère et 1ère senior (49ème au scratch) : Claire Durand (Club des Skieurs Randonneurs Pontissaliens) en 2h08’43.
– 2ème et 1ère V1 (55ème au scratch) : Christine Catin (Courir Nature Saint-Jean-de-Niost) en 2h09’48.
– 3ème et 2ème V1 (56ème au scratch) : Anne Ruelen (Ambérieu Marathon) en 2h10’07.
– 4ème et 3ème V1 (71ème au scratch) : Mireille Rohmer (Espace Chambéry Orientation) en 2h12’30.
– 5ème et 2ème senior (104ème au scratch) : Sandrine Varrel (Ambérieu Marathon) en 2h18’02.

– 3 Colonnes (10,5km) :
Scratch
(461 inscrits, 401 partants, 401 classés) :
– 1er et 1er senior : Sébastien Denef (Jogg’Attitude) en 45’11.
– 2ème et 1er V1 : Baptiste Choutkoff (Team Sport Léo le Lysosome) en 45’11.
– 3ème et 2ème senior : Thomas Boban (Gavand Sport) en 45’58.
Filles (127 classées) :
– 1ère et 1ère senior (100ème au scratch) : Anne Vacther (Belley Sport Pédestre) en 57’18.
– 2ème et 2ème senior (134ème au scratch) : Charlotte Furnon (Ain-Est Athlétisme) en 59’37.
– 3ème et 1ère V1 (145ème au scratch) : Kethy Morand en 1h00’27.

.
RESULTATS COMPLETS :

Oeuvre de « Matsport Timing », ils figurent sur le site web de la manifestation :

– IzerNight (24km) :
http://www.cb-is.com/php/sites_web/documents/3/scratch_25km_20141029092213.pdf

– 3 Colonnes (10,5km) :
http://www.cb-is.com/php/sites_web/documents/3/scratch_11km_20141029092213.pdf

Ces résultats complets ont été mis en ligne peu après l’arrivée de l’ultime coureur du 24km. Voilà qui tranche avec certaines épreuves où il faut patienter plusieurs jours, pour ne pas dire davantage, avant de se procurer les classements !
Aussi, j’adresse mes plus vives félicitations à cette société de chronométrage iséroise dont le siège est à Saint-Ismier. Et bravo en particulier à la personne qui officiait aujourd’hui sur l’IzerNight, en l’occurrence Sébastien Crespin, à la fois affable et disponible, et dont la réactivité en matière de divulgation des résultats aura fait merveille.


CLASSEMENT FINAL DU CHALLENGE DE L’AIN DE COURSE EN MONTAGNE 2012 :

Il est mis en ligne sur le site web « Courses.free.fr » :
http://courses.free.fr/challenge/challenge.php?annee=2012


PHOTOS :

Elles ont été prises par Pascal Pierrain alias Photogone.
Merci Pascal pour la transmission éclair des quatre clichés !
L’intégralité des images tirées par Photogone fécondent son site web :
http://www.photogone.net/

IMG_1345Le podium scratch du 24km, avec de gauche à droite : Lionel Ribeiro (3ème en 1h45’16) ; Florian Schäfer (1er en 1h40’49) ; et Yannick Chichoux (2ème en 1h41’01).

IMG_1332Le podium féminin du 24km, avec de gauche à droite : Christine Catin (2ème en 2h09’48) ; Claire Durand (1ère en 2h08’43) ; et Anne Ruelen (3ème en 2h10’07).

IMG_1274Le podium scratch du 10,5km, avec de gauche à droite : Thomas Boban (3ème en 45’58) ; Sébastien Denef (1er en 45’11) ; et Baptiste Choutkoff (2ème en 45’11).
Un Baptiste qui, l’an prochain, répondra présent sur le Cross du Mont-Blanc, la manifestation soutenant l’association « Vaincre les Maladies Lysosomales » dont est issu son Team Sport Léo le Lysosome.

IMG_1267Le podium féminin du 10,5km, avec de gauche à droite : Charlotte Furnon (2ème en 59’37) ; Anne Vacther (1ère en 57’18) ; et Kethy Morand (3ème en 1h00’27).

1488291395.5384animation3 - COMPTE RENDU DE L’IZERNIGHT / 27-10-12
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events