TPSinfos

COMPTE RENDU DE L’OYONNAXIENNE / 16-10-10

QUAND MEYSSAT ET THEVENOT DEPLOYENT LEURS AILES

Sans coup férir, le Ligérien Emmanuel Meyssat aura été à la mesure de son standing de montagnard hors norme. De son côté, la pistarde et crosswoman haut-bugiste, Anne-Cécile Thévenot, s’est offert une nouvelle perle à son collier, celui-ci comptant désormais deux succès en course nature après la Ronde des Grangeons du 5 septembre dernier.

Même si Ra déserta inopportunément les lieux, pas moins de 156 avaleurs de pente n’ont pas hésité à braver cette édition princeps, concourue sous le crachin et par une température n’excédant pas les 5° au Lac Genin, terme de cette équipée sauvage de 11km altérés par une dénivelée de 538m positifs et 227 autres négatifs.
Il faut reconnaître que pour leur baptême du feu les dirigeants oyonnaxiens de l’Union Sportive, architectes de la manifestation, n’avaient pas lésiné sur les moyens. Fédérant en amont toutes les forces vives du monde sportif de la capitale de la Plastics Vallée, leur succès ne pouvait dès lors qu’être éclatant, de l’omniprésente signalétique à la belle remise des prix.

Scénarios cousus de fil blanc
Pour autant, en dépit un peloton qui ne manquait pas d’allure, la trame de cette cavalcade n’eut rien d’hitchcockienne, Emmanuel Meyssat, 30 ans, et Anne-Cécile Thévenot, 24 ans, s’offrant une véritable promenade de santé, entérinant logiquement leur statut de grandissimes favoris.
Dès le tour de chauffe sur l’avenue Anatole France, il n’y avait nul besoin d’être grand clerc pour dénicher le futur vainqueur parmi un quintet qui fila promptement à l’anglaise. Cénacle dans lequel on reconnaissait sans peine, outre Meyssat, le Maroco-Oyonnaxien El Yazid El Madi, 35 ans, les Rhodaniens Guy-Noël Rouania, 26 ans, et Mazid El Quadi (pareillement Marocain), 31 ans, enfin le Bressan Philippe Robin, 39 ans.
Proue de course qui allait devenir binaire après un bon km d’intense chevauchée, seul El Madi, profitant du terrain encore vallonné, résistant à l’envol de Meyssat. Licencié à l’Athlétic Club de l’Ondaine, disposant d’une forte notoriété dans le milieu de la course de montagne pour être international depuis 1999, celui-ci n’en démontrait pas moins sa polyvalence, sa pointe de vitesse faisant ainsi merveille sur ces prémices aux faibles pourcentages.
En athlète lucide qu’il est, le sujet de Mohammed VI en connaissait l’épilogue. Sans autre forme de procès, celui-ci intervint dès le km 4 quand la pente devint l’élément fort du paysage. Brusquement, implacablement, définitivement, Meyssat abandonna son compagnon d’infortune pour entonner une formidable ode à la gestuelle montagnarde dont les couplets faisaient ressortir légèreté et puissance.
Autant dire que le futur lauréat n’aura eu que lui-même comme adversaire durant les deux ultimes tiers du parcours si l’on excepte le sol détrempé, ce qui n’entrava nullement sa progression, rendant son éblouissante copie en 40’07, un chrono qui risque bien d’être le temps étalon des lustres durant.
Derrière El Madi, solide second en 41’10, la bataille pour la troisième marche du podium fut constamment indécise. En pleine ascension, au km6, Rouania (Lyon Athlétisme mais demeurant à Grenoble) prit le dessus sur El Quadi (ex-Entente Athlétique de Chambéry, vivant à Vénissieux), avant que celui-ci ne revienne en trombe sur les rivages du Lac Genin, échouant à 12’’ de son rival à l’issue d’une course-poursuite singulièrement endiablée.

Quand Thevenot excelle en… montagne
Encore davantage que son alter ego masculin, Anne-Cécile Thévenot, la reine du 3000m steeple de l’Union Sportive Oyonnax Athlétisme Plastics Vallée, aura cavalé sans aucune opposition. Promptement, elle déposa son émule du jour et coéquipière Alexandra Chambard, 24 ans, au bout d’un km et des poussières, pour la distancer au final de 4’17. Et dire qu’elle était venue avant tout pour se faire plaisir et honorer son escouade pour l’occasion organisatrice…
C’est la nageuse et traileuse longue distance résidant à Bellignat, Stéphanie Gross, 35 ans, récente lauréate du 50km du Trail du Bugey, qui rejoignit les deux sociétaires de l’USO sur la « boite », après avoir ferraillé avec l’Oyonnaxienne Valérie Jeantet, 42 ans, celle-ci ne cédant qu’au 8ème km lorsque la pente se fit plus accueillante.

François Vanlaton pour le compte de la page sport de l’Ain du « Dauphiné Libéré », en date du mercredi 20 octobre 2010.


COUPS DE PROJECTEURS :

Emmanuel Meyssat, 1er et 1er senior en 40’07.
Né le 19 mai 1980 à Annonay et demeurant à Larajasse dans les Monts du Lyonnais, il est l’une des figures de l’Athlétic Club de l’Ondaine et du Team Asics.
Etrennant l’athlétisme en 1994, « Manu » n’est pas un stakhanoviste de l’entraînement en raison de sa profession d’enseignant en conduite automobile qui l’accapare plus de 40h par semaine. In fine, il s’adonne à six séances hebdomadaires, mais pas davantage.
Après la victoire le 17 octobre de Julien Rancon sur le Trail des Hauts Pays (Nord), Manu s’est octroyé la seconde place derrière son prestigieux coéquipier dans le classement final du Trail Tour National (TTN) court. Pour l’an prochain, s’il ne délaissera pas la course de montagne, il n’en fera cependant plus sa priorité, ayant pratiquement tout gagné ou tout concouru depuis ses débuts en junior aux France 1998 à Satillieu. Son sentiment est en effet partagé entre la reconduction du TTN court et la découverte du TTN long. Remarquons que pour le moment, sa plus longue distance parcourue l’a été à l’occasion du 40km du Lyon Urban Trail, le 28 mars dernier, où il avait aisément remporté la mise.
Le 4 décembre prochain, il risque bien de majorer son record kilométrique puisqu’il prendra le départ de la SaintéLyon en individuel, où il n’émarge pas encore sur la liste des inscrits. Epreuve qui l’a toujours fait rêver et dont il connaît le moindre recoin, le tracé sillonnant en effet son propre terrain d’entraînement des Monts du Lyonnais et l’ayant disputée à plusieurs reprises en relais. Ses deux ultimes prestations s’étaient d’ailleurs soldées par des victoires, avec l’Association Sportive Villeurbanne Eveil Lyonnais Triathlon en équipe de trois en 2007, avec le Team Asics en équipe de quatre en 2008.
Et bien sûr, il repartira sur le cross court où il s’était adjugé la 25ème position aux Championnats de France 2010.

Guy-Noël Rouania, 3ème et 3ème senior en 42’23.
Né le 30 juin 1984 à Villeurbanne et vivant à Grenoble où il est vendeur dans un tabac-presse, il est licencié à Lyon Athlétisme.
C’est un spécialiste des 10km et 3000m steeple, avec respectivement des temps référence en 32’28 (5 septembre 2010 à Grenoble) et 9’26’’66 (9 juin 2010 à Meylan). Ses objectifs : 31’45 sur le 10km de Vénissieux ce 21 novembre, 9’15 sur le 3000m steeple.

1488291395.5384animation3 - COMPTE RENDU DE L’OYONNAXIENNE / 16-10-10

Majid El Quadi, 4ème et 4ème senior en 42’35.
Né le 2 octobre 1979, ce Marocain de souche ayant élu domicile à Vénissieux est aujourd’hui dépourvu de formation. Jadis, il avait porté les couleurs du Club Athlétique des Maisons Neuves de Villeurbanne avant de rallier l’Entente Athlétique de Chambéry.
Valant sur semi-marathon 1h13’34 (2009 à Chambéry) et sur 10km 32’56 (2008 au Coteau dans la Loire), il s’oriente progressivement vers le trail même s’il ne tient pas à abuser du kilométrage. Le 4 avril dernier, il s’est ainsi classé 11ème sur le 57km de la Vallée de Chevreuse, pointant à 1h07’51 du lauréat Michel Verhaeghe. Epreuve qui servait de seconde manche au Challenge Salomon Endurance 2010.
Prochaines échéances d’ici la fin de l’année : le Marathon de Lausanne le 31 octobre et la Saintélyon le 4 décembre, manifestations où il n’a pas encore émargé.

Jérôme Martin, 8ème et 1er espoir en 45’40. Né le 7 avril 1988, ce pensionnaire de l’Entente Athlétique Bressane sera à surveiller de très près la saison prochaine. Affûté comme une lame, il vient de porter son temps étalon sur 10km à 33’29, pas plus tard que le 19 septembre dernier à Macon.

Anne-Cécile Thévenot, 1ère et 1ère senior (28ème au scratch) en 50’21.
Née le 22 août 1986 à Saint-Claude, elle est avec Clémence Tavernier l’une des vedettes de l’Union Sportive Oyonnax Athlétisme Plastics Vallée (USO).
Après ses deux succès cette saison à la Ronde des Grangeons, et donc à l’Oyonnaxienne, la médaillée de bronze au 3000m steeple lors des Championnats de France élite commence à goûter à la course nature en raison de l’absence de pression et autre chrono. Mais elle s’y adonnera toutefois qu’avec parcimonie.
Ses prochaines sorties seront consacrées aux corridas de fin de saison où on devrait la retrouver à l’Escalade puis aux Lumières. Ensuite à l’orée 2011, elle s’alignera sur les cross en vue des France où elle s’est illustrée cette année, terminant 18ème sur la longue distance. Enfin, elle enchaînera avec le 3000m steeple où elle ambitionnera les 10’19, soit 4’’ de moins que sa marque actuelle établie à Andrézieux-Bouthéon le 19 juin dernier.

Alexandra Chambard, 2ème et 2ème senior (54ème au scratch) en 54’38.
Née le 7 novembre 1985, elle fréquente à l’image d’Anne-Cécile l’USO. Dans la vie active, elle est responsable qualité dans une usine de plasturgie du Bassin d’Oyonnax.
Ses disciplines de prédilection sont la course de montagne et le trail courte distance. Très connue dans les Pays de Savoie pour s’y rendre régulièrement, Alexandra est la compagne de Camille Laroche, 27 ans, triathlète au sein du club seynodien des Alligators, auteur d’une superbe performance sur l’Oyonnaxienne en dépit d’un contexte relevé (9ème et 7ème senior en 45’59).
Après le 13,5km du Trail de la Dent du Chat du 11 juillet, qui l’avait vue finir seconde à 7’30 d’Anne-Lise Chamiot-Poncet, elle a préféré couper durant un mois et demi pour alterner escalade, randonnée en montagne et surtout vélo. Le 5 septembre, elle a renoué avec la compétition à l’occasion du Triathlon d’Aiguebelette, discipline qui n’est pourtant pas sa tasse de thé en raison de sa perfectibilité en natation, s’adjugeant une modeste 21ème place sur le sprint, long de 29,050km. Trois semaines plus tard, elle échouait au pied du podium sur la Grimpée du Pays Rochois, précédée de 11’11 par la fondeuse internationale licenciée à l’Athlé Saint-Julien 74, Laure Barthélémy.
Dans son viseur, apparaissent les corridas où elle avait cartonné l’an dernier à Metz-Tessy (3ème en devançant de 10’’ la 4ème qui n’était autre que Céline Lafaye). Puis ce sera le tour, à l’entame 2011, des cross conduisant aux Championnats de France (39ème des Régionaux cette saison sur le parcours long).

Pascale Marie, 5ème et 2ème V1 (80ème au scratch) en 58’12.
Née le 10 janvier 1964 et habitant Ornex, elle est pensionnaire d’Ain-Est Athlétisme.
Décrochant la timbale sur le Challenge de l’Ain de course en montagne 2010, elle se lancera l’an prochain dans le trail longue distance où elle prendra notamment le départ de la CCC qu’elle devait étrenner il y a un mois et demi. Hélas, une maudite entorse à la cheville, contractée le 2 mai lors du 21km du Trail de Douvres, allait voir son rêve partir en fumée.
qu’elle n’aura pas réussie à soigner à temps, réfractaire en effet à tout… repos !
Elle achèvera sa saison par le Cross de Versonnex et l’Escalade avant de démarrer 2011 par les cross qualificatifs pour les  Championnats de France.

Enfin, épiloguons avec le robuste Baptiste Choutkoff, né le 20 septembre 1972 et résidant à Apremont. Sa capitulation survenue sur l’Oyonnaxienne en raison d’une entorse à la cheville n’aura pas compromis le titre glané sur le Challenge de l’Ain de course en montagne, titre illustrant on ne peut mieux sa magnifique année.
FV


RESULTATS :

Ils figurent sur le site Web « Ain Courir » :
http://aincourir.free.fr/oyonnaxienne10.htm

1488291395.5384animation3 - COMPTE RENDU DE L’OYONNAXIENNE / 16-10-10
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events