RESULTATS ET COMPTE RENDU DU TRAIL DES GLAISINS / 05-04-14

inc. - RESULTATS ET COMPTE RENDU DU TRAIL DES GLAISINS / 05-04-14

Malgré le temps maussade mais dénué d’averses, le 7ème Trail des Glaisins demeurera comme celui de tous les records. Records tout d’abord sportifs, trois d’entre eux (29km masculin et féminin, 18km masculin) passant entre de nouvelles mains. Atténuons toutefois la portée de ces performances dans le sens où le terrain était autrement plus sec que l’an passé, l’enneigement sur la Montagne de Lachat étant quasiment inexistant. En outre, la fin de parcours s’avérait beaucoup plus directe et plus roulante, évitant les bois au profit de l’asphalte. N’empêche, ces conditions idéales n’édulcorent en rien le talent de ces trois nouveaux recordmen.
Autre fait d’armes, celui accompli par les chevilles ouvrières de l’Union Sportive et Musicale Ancilevienne que préside Jean-Marie Fontana. En effet, celles-ci seront parvenues à drainer une foule inédite, forte de 903 engagés (498 sur le 29km, 405 sur le 18) contre 872 sur le précédent opus (507 sur le 29, 365 sur le 18), venus courir pour Nathan, âgé de 13 ans et lésé cérébral.

18km : cavalier seul pour Hanriot et… 
Sur la coure nature (17,7km pour 628m de dénivelée), on relèvera le retour au premier plan de Cyrille Hanriot (ASPTT Annecy Athlétisme) qui l’emporte aisément. A l’image du millésime 2011 où il n’avait pu hélas savourer très longtemps son triomphe, se blessant gravement dès le surlendemain lors d’un entraînement.
Franchissant la ligne en 1h11’56, ce sapeur-pompier d’origine francilienne, installé en Haute-Savoie depuis 2001, améliore de 2’26 l’ancienne marque référence de cette compétition qui lui appartenait. Preuve que son opération au talon gauche n’est plus qu’un mauvais souvenir. A l’arrivée, Cyrille ne masquait pas son bonheur : « Mais quel plaisir de remettre un dossard, même en vétéran » ! (1)
Le leader des « postiers » annéciens pense déjà à ses prochaines sorties, toutes disputées en Rhône-Alpes : le 28km des Princes en Foulées (19 avril) ; la Grimpée du Semnoz, concoctée par son club, qu’il a enlevée en 2010 (18 mai) ; enfin, les Championnats de France de courses en montagne au Chambon-Feugerolles, dans la Loire (25 mai).
Par ricochet, c’est de quasiment 3’ qu’il précède le gendarme Florian Madrignac (Coureurs du Monde en Isère), lui-même se débarrassant pour 4 microscopiques secondes de la nouvelle figure du Team New Balance, à savoir Mathieu Pasero, 2ème l’an passé.

… Diz Grana
Chez les filles, la victoire est revenue à la raideuse Karine Diz-Grana, membre de l’organisation de la Maxi-Race du Lac d’Annecy, et ce pour la deuxième fois après 2011 lorsqu’elle avait réalisé son premier fait d’armes en trail. Davantage encore que son alter ego masculin, elle pulvérise littéralement son précédent chrono, précisément de 6’29. Achevant son escapade en 1h31’32, elle s’approche ainsi du temps étalon de ce 18 bornes établi en 1h30’03, propriété de l’Ancilevienne Elodie Mouthon à compter de 2012.
Du coup, l’ambassadrice de Montagny-les-Lanches se joue facilement des autres prétendantes, reléguant à plus de 4’ la valeureuse quadra Nadège Vignand (ASPTT Annecy Athlétisme) qui occupe une place identique à la saison dernière, par ailleurs 4ème en 2012. Sociétaire de Chamonix-Mont-Blanc Marathon, Elodie Ollagnier complète le podium en surgissant plus d’1’ après la Desingeoise.

29km : Coudert à l’usure
Concernant le trail courte distance (28,9km pour 1523m de dénivelée), il tombe dans l’escarcelle de ces étonnants tourtereaux que sont Julien Coudert et Juliette Bénédicto qui se permettent le luxe de détenir désormais les records de cette course. L’homme en 3h30’34 (anciennement 3h31’48 en 2013, œuvre de Guillaume Fontaine), sa dulcinée en 2h57’00 (anciennement 3h06’11 en 2009, œuvre de Stéphanie Duc).
Rapidement, un quatuor allait prendre la situation en main. On y reconnaissait Pascal Giguet, leader du Team Scott Odlo Led Lenser, accompagné de sa dernière recrue en la personne du Tarin Rémi Berchet, ensuite Julien Coudert qui a rejoint Christophe Assailly et son Team Craft, enfin Aurélien Brun, pilier du Team Tecnica.
5ème il y a trois semaines au Ventoux, Coudert mettra tout le monde d’accord en prenant définitivement le commandement peu avant le sommet de la Montagne de Lachat, altitude maximale de cette équipée sauvage à 1278m (km11,8). Si bien qu’au bas de la première et interminable descente, au moment d’enjamber le Fier (km17), Giguet, Berchet et Brun pointèrent tour à tour à 1’, 1’15 et 2’30.
Dès lors, la messe semblait dite, d’autant plus que cet Auvergnat de souche quadruplait l’écart sur Giguet au Col du Pré Vernet, épilogue de l’ultime ascension à 917m (km22,3). A l’arrivée, nos quatre héros du jour qui gardaient leurs places respectives devançaient sensiblement leurs poursuivants immédiats, Brun reléguant à plus de 6’ le 5ème homme, en l’occurrence le prometteur Douvainois Martial Collomb (sponsorisé par Smartwool).

29km : Bénédicto versus Chaverot 
De haute volée, la cavalcade féminine aura vu la domination sans partage du trio de tête qui aura réussi le tour de force d’effacer des tablettes la marque référence de Stéphanie Duc. Un trio au sein duquel on distinguait les minois suivants : celui de Juliette Bénédicto qui a rallié le Team Salomon au lendemain de sa retentissante victoire au Ventoux ; celui de Caroline Chaverot (Team Hoka OneOne), dauphine de Juliette au Mont Chauve à l’issue d’un hiver horribilis, en quête de rachat après une décevante édition 2013 (2), accourue aussi pour travailler sa vitesse sur une distance si inhabituelle pour cette adepte des aventures au long cours ; celui de Sandrine Motto-Ros (Teams 42km195 et Tecnica), toute auréolée par sa 4ème place au Ventoux et dont l’expérience est incontestablement l’atout maître.
In fine, le périple se résumera en un duel oh combien singulier opposant l’ex-triathlète, aujourd’hui protégée de Jean-Michel Faure-Vincent, désireuse de tout renverser sur son passage, à l’ex-kayakiste avide de confirmer son époustouflante saison 2013. Un affrontement sans merci dont le dénouement éclatera dans les deux dernières bornes, roulantes à souhait, asphaltées pour partie, qui permettront à Juliette, en 1ère position depuis le départ, de préserver sur Caroline sa famélique avance, estimée à 27’’ sous l’arche.
Seule, Sandrine, future 3ème en gagnant plus de 23’ d’une année sur l’autre, tentera crânement sa chance en s’invitant dans cette joute. Héroïquement, elle rattrapera ainsi « Caro » au moment de fouler le toit du trail avant de s’incliner dans les premiers arpents de descente. La descente justement dont la native de Genève, orfèvre en la matière, fera son miel, comblant progressivement son retard sur Juliette, qui, de toute évidence, n’est pas à la fête sur ce type de terrain, surtout lorsqu’il ne manque pas de technicité. Qu’on en juge : 4’30 à rebours de la future lauréate au point culminant (km11,8, terme de la 1ère grosse montée) ; 1’30 sur le pont franchissant le Fier (km17, terme de la 1ère grosse descente) ; 10 à 15’’ au Petit Port (terme de la 2ème grosse descente).
En regagnant leurs pénates, les deux premières dames ne cachaient pas leur joie, Juliette démontrant ainsi que son irruption chez Salomon n’était pas le fruit du hasard, Caroline se montrant à son avantage dans une discipline qui n’est pourtant pas sa tasse de thé.
En tout cas, leur mano a mano ne fait que débuter. Après l’Ultra Tour du Môle (18 mai), il devrait atteindre son paroxysme à l’occasion de la Tecnica Maxi-Race Trail du Lac d’Annecy (31 mai) dont la couronne donnera droit à une place en équipe nationale pour les Championnats du Monde 2015 qui enflammeront le même parcours. Le rendez-vous drômois des France (28 septembre) qu’honoreront les deux traileuses, sélectif également pour les Mondiaux, en sera le deuxième point d’orgue. On s’en régale déjà !
Par ailleurs, n’oublions pas de mettre en exergue la belle prestation de la Népalaise Manikala Rai qui échoue au pied de la boîte en 3h13’36 alors que le trail court, à l’instar de Caroline, n’est pas son domaine de prédilection. Agée de 25 ans, naviguant entre Katmandou et la Haute-Savoie, elle excelle en effet sur le format supérieur, à l’exemple du Trail des Aiguilles Rouges 2013 qu’elle acheva en 3ème position.
Mais que dire de la Cluse Christiane Lacombe (Athlé Saint-Julien 74) qui, à 54 printemps, pointe au 5ème rang à un peu plus 4’ de l’Asiatique. Elle aussi était radieuse après coup. Et pour cause puisqu’elle bonifie son chrono 2013 de près de 5’ ! Sans doute, un signe tangible d’éternelle jeunesse !

François Vanlaton pour le compte du site Web du Club Athlétique du Bassin Bellegardien, en date du vendredi 11 avril 2014 :
http://www.cabb.bellegardesurvalserine.fr/actualites/caroline-chaverot-27-de-la-victoire-au-trail-des-glaisins/#more

(1) Ayant vu le jour le 22 février 1974, Cyrille cavalait pour la première fois en tant que V1.
(2) Sur la cuvée 2013 du Trail des Glaisins, Caroline s’octroiera le 4ème rang en 3h29’19.

.
RESULTATS :

Ils figurent sur les deux sites Web suivants :

– « L-Chrono », dirigé par Ludovic Galland alias Ludo qui aura mis à la vitesse de l’éclair ces classements :
18km : http://www.l-chrono.com/resultats2014/glaisins_18km.pdf
29km : http://www.l-chrono.com/resultats2014/glaisins_29km.pdf

– La FFA :
http://bases.athle.com/asp.net/liste.aspx?frmbase=resultats&frmmode=1&frmespace=0&frmcompetition=151295

.
PHOTO :
14040903485617441412135416Julien Coudert (Team Craft Saucony ; Arve Athlétisme Bonneville Pays Rochois, section de l’Entente Athlétique de l’Arve), nouveau recordman du 29km du Trail des Glaisins en 2h30’34.
L’image est prise dans la portion inférieure de la première grosse descente joignant la Montagne de Lachat au Fier. En toile de fond, apparaissent les spectaculaires falaises du Parmelan.
Cliché de Philippe Bellard.

 

AFFICHE 2018 TPSBeb - RESULTATS ET COMPTE RENDU DU TRAIL DES GLAISINS / 05-04-14
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events