TPSinfos

LE STADE GENEVE ATHLETISME, FIN PRET POUR L’ESCALADE (SUISSE) / 04-12-10

Au moment où je dépeignais son portrait, le Genevois Maxence Garin m’a apporté un passionnant éclairage sur sa légendaire escouade du Stade Genève Athlétisme, surgie dès 1916. Et ce à travers l’entraînement de sept « stadistes », dont lui-même, dans l’optique de ce rendez-vous incontournable qu’est l’Escalade qui, le samedi 4 décembre prochain, sillonnera pour la 33ème fois la vieille-ville de la cité de Calvin.
C’était l’occasion pour moi de partir à la découverte du landerneau de l’athlétisme genevois, si proche de la Haute-Savoie, et pourtant si méconnu encore, ou pis, parfois méjugé. Incursion entamée le 7 novembre au Cross de Versonnex en m’entretenant avec les deux lauréats genevois Nisa Camelo et Michaël Fischer, et qui se poursuivra ce 27 novembre avec les Foulées Automnales de Meyrin.

Depuis le 18 octobre, les sept hommes portant les couleurs « jaunes et noirs » du Stade Genève Athlétisme travaillent d’arrache-pied leur vitesse en vue des 7,248km de l’Escalade, sous l’œil vigilant de leur mentor Marco Jaeger, grand spécialiste du 800m pour détenir le 13ème chrono suisse en 1’47. Ils se soustraient en effet à un drastique plan d’entraînement de six semaines comportant pas moins de cinq séances hebdomadaires dont trois dévolues aux fractionnés :
– Lundi, fartleck court-musculation : 16 x 45’’ avec 30’’ de récupération.
– Mercredi, endurance qualité qui voit la vitesse s’amplifier au fur et à mesure que la distance diminue : 4km au seuil, 3km à 85% de VMA, 1,5km à 90-95% de la VMA.
– Jeudi, endurance-musculation moyenne : 50’.
– Samedi, fractionné de côte : 10 x 45’’ avec récupération en descente.
– Dimanche, footing de récupération.
Et maintenant, passons en revue, à travers leur photo et une rapide présentation, les sept athlètes qui défendront les chances du Stade Genève Athlétisme sur l’Escalade, ce 4 décembre.

grande11
Michaël Bohler.
Né le 25 août 1984, il a terminé 9ème en 38’19 sur la Trans’Onésienne, le 20 novembre dernier.
Cliché du Stade Genève Athlétisme.

chabard-christoph
Christophe Chabard.
Né le 22 mai 1980, bossant à l’inspection genevoise des finances, il n’était licencié que depuis un an avant de rejoindre le Stade Genève Athlétisme en septembre dernier. De 2009 à 2010, il était en effet pensionnaire à la Foulée d’Annemasse dans le seul but de figurer sur les cross classants et qualificatifs français.
Le 20 novembre dernier à l’occasion de la Trans’Onésienne, il aura marqué les esprits en endossant le costume de dauphin, à 41’’ de Maxence Garin.
Cliché du Stade Genève Athlétisme.

myo_1810
Maxence Garin lors de sa première victoire chez les seniors, le 20 novembre dernier sur la Trans’Onésienne. Il l’emportera en 35’38, soit un bond en avant d’1’41 par rapport à 2009.
Né le 9 juin 1988, ce Genevois pur jus, a établi ses quartiers à Veyrier. A l’heure actuelle, il est en master première année à l’Université de Genève pour devenir un des disciples d’Albert Londres. Ce qu’il est déjà en réalité, mais en tant que pigiste collaborant à « Léman Bleu », télévision locale qui couvre l’aire franco-valdo-genevoise.
Ayant accompli l’an passé 23’47 sur l’Escalade, se positionnant par ricochet 45ème, nul doute qu’il sera fin prêt pour s’approcher des 23’, et qui sait, cerise sur le gâteau, de descendre sous ce seuil fatidique. Son éclatante démonstration onésienne achèvera de convaincre les derniers sceptiques.
Son portrait figure sur notre site Web « Trail-Running en Pays de Savoie / Ain » :
http://www.trail-running-savoie.fr/maxence-garin-letoile-montante-genevoise-26-11-10/

onesie10
Le podium scratch de la Trans’Onésienne (11,275km) du 21 novembre 2009, avec deux « stadistes » entourant l’homme victorieux en 36’24, l’Espagnol Eduardo Oliveira :
– A gauche, Nathaniel Kleiner, 2ème en 36’32.
Né le 4 juillet 1987, cet étudiant en master de droit avait terminé 44ème en 23’46 sur l’Escalade 2009.
– A droite, Julien Salamun, 3ème en 36’42.
Né le 16 mai 1981, ce doctorant dans un laboratoire de recherche médicale s’est lancé avec succès dans le marathon cette saison. Le 21 mars à Rome, il finissait 57ème en 2h39’18, puis le 6 novembre à New York, 135ème en 2h40’12.
Pas tout à fait remis de son périple étatsunien, il ne s’est adjugé deux semaines plus tard que la 6ème position sur la Trans’Onésienne, accusant un déficit de 39’’ par rapport à sa prestation enregistrée sur la précédente édition. A l’Escalade 2009, il était arrivé 58ème en 24’20.
Cliché de FV.

grande10
Julien Lyon.
Né le 15 décembre 1990, cet étudiant en économie vient de décrocher la timbale sur le 4,375km de la Trans’Onésienne, le 20 novembre dernier. A plus de 20km/h, il fait exploser le chrono établi par Olivier Marchon en 2009 en l’abaissant de 59’’. L’an passé, il avait terminé 6ème en 37’19 sur le 11km de cette même manifestation.
Cliché du Stade Genève Athlétisme.

1488291395.5384animation3 - LE STADE GENEVE ATHLETISME, FIN PRET POUR L’ESCALADE (SUISSE) / 04-12-10

27162410
Enfin, ultime fer de lance de ce team très prometteur, Alexandre Roch.
On le distingue ici au moment de la 32ème édition de l’Escalade, le 5 décembre 2009. Il se classera 26ème en 22’33, soit le 4ème Suisse dans une compétition à très forte connotation internationale, fréquentée en particulier par les athlètes des Hauts Plateaux de l’Afrique de l’Est et des Grands Lacs.
Né le 28 mars 1986 et demeurant à Vandoeuvres, dans le canton de Genève, c’est le coureur sur qui se fondent les plus grands espoirs pour l’Escalade. Ses temps référence parlent en effet pour lui :
800m : 1’54’’55 en 2006.
1000m : 2’25’’06 en 2007.
2000m : 5’24’’33 en 2007.
1500m : 3’49’’30 en 2007.
3000m : 8’25’’01 en 2010.
5000m : 14’33’’91 en 2007.
Ce samedi 27 novembre, une semaine avant l’Escalade, il devrait de nouveau se tester lors des Foulées Automnales de Meyrin.
Cliché de Michaël Bohler.

27168010
Alexandre Roch (maillot jaune et noir), toujours à l’Escalade 2009 sur l’un des multiples raidillons que renferme l’épreuve. Il est alors devancé d’une semelle par son compatriote, le redoutable Stephen Staehli (maillot bleu), né en 1980, pensionnaire de TV Bösingen (canton de Fribourg). In fine, celui-ci sortira vainqueur de ce formidable corps à corps pour 9… centièmes de secondes (25ème en 22’32’’6 contre 26ème en 22’33’’5).
Cliché de Michaël Bohler.

A travers son blog, Alexandre nous conte exhaustivement sa fabuleuse chevauchée durant l’Escalade 2009. Un récit que j’ai remanié à la marge pour le rendre plus limpide :

Jolie performance à l’Escalade !

Après quatre ans d’absence (sélection aux Championnats d’Europe de cross-country en 2005, 2006 et 2008, blessure à l’adducteur en 2007), j’ai renoué avec cet événement insensé ! Mais pour la première fois, je me suis retrouvé au départ de l’Escaladélite. Trois tours totalisant 7248m sont au menu. Le parcours, sillonnant le coeur de la vielle-ville de Genève, est très accidenté avec d’incessantes montées-descentes et des relances à chaque coin de rue, sur les pavés pour les rares « ignorants » !
Au départ, la nervosité est palpable sur les visages de tous les athlètes, notamment des Genevois qui souhaitent tous frapper un grand coup devant leur public. Puis ce sont les dernières poignées de mains aux potes d’entraînement avant que le starter n’annonce l’imminence de l’envol : plus qu’une minute ! Le cœur tape et l’attente est insoutenable ! Puis c’est le coup de canon et le rush ! Heureusement, je suis en seconde ligne et après 200m de cavalcade, j’avais déjà de la place, ce qui ne devait pas être le cas des cinq cents coureurs derrière moi (nous serons exactement 523 à être classés) !
Je n’avais aucune idée du rythme à adopter et c’est toujours très dur à savoir car le départ est en montée. En plus, je n’ai plus disputé de compétition depuis le mois de septembre alors question rythme… on pouvait faire mieux !
Bon ok, je me retrouve aux alentours de la 30ème position derrière une vingtaine d’Africains… Mais quel niveau ! Très vite pourtant, le rythme de course rentre dans les jambes puis intervient le terme de la 1ère boucle… Jusqu’ici, tout va encore bien mais j’espère que je ne me suis pas élancé trop vite… Dans ces cas-là, on s’en rend compte hélas trop tard pour changer quoi que ce soit.
Le 2ème tour est de plus en plus pénible et je me retrouve avec trois de mes concitoyens : Ali Hakimi, Pierre Fournier et Stephen Staehli. C’est très dur de maintenir le tempo et à l’entame de la 3ème boucle, je me demande si je pourrais demeurer jusqu’au bout au sein de ce quatuor, restant malgré tout concentré jusqu’à cet ultime passage au Bourg-de-Four. A ce moment, je sais le dénouement proche.
Après le tour de la cathédrale, je prends la tête du groupe et, par instinct, décide d’accélérer (comprenez : tout donner !). La dernière grimpée, très escarpée mais très brève, est franchie et c’est un terrible sprint dans la descente qui mène à l’entrée du parc des Bastions. Les jambes se fracassent littéralement sur les pavés et arrivé en bas en totale survitesse, je ne me retourne pas et donne tout ! Je suis à ce moment là sûr que j’ai lâché le groupe.
On y croit, on y croit, on y… Ah ! Staehli me dépasse par la droite en sprintant (formellement interdit normalement : -) ! Je donne tout mais cela ne suffira pas !
Je termine au 26ème rang, et le 4ème chez les Helvètes, dans le temps de 22’33, soit 3’06 au km.
Une agréable surprise, tant la place que le chrono puisque mon automne aura été une succession de contretemps engendrant une préparation peu reluisante ! En conclusion, une prestation extrémement encourageante pour la suite… La suite, c’est justement la course de Noël à Sion samedi prochain !

Alexandre Roch

Le blog d’Alexandre Roch, particulièrement exhaustif : http://peruvson.skyrock.com/

1488291395.5384animation3 - LE STADE GENEVE ATHLETISME, FIN PRET POUR L’ESCALADE (SUISSE) / 04-12-10
%d blogueurs aiment cette page :

2015 Copyright. TPS Events